[Album CD] COUAC, no[NOUS]us, par Fabrice Thumerel

[Album CD] COUAC, no[NOUS]us, par Fabrice Thumerel

février 26, 2017
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 1698 18
[Album CD] COUAC, no[NOUS]us, par Fabrice Thumerel

COUAC (Duo Sébastien Lespinasse et Heddy Boubaker), no[NOUS]us, CD, Paris, Trace Label / 044, hiver 2016, 10 € [acheter le CD].

1. Train-train #1
2. Solitude (publicité)
3 . Questions rhétoriques
4 .Interlude
5. Solitude (écouter l’autre)
6. Esthétique de la noyade #1
7. Esthétique de la noyade #2
8. Interlude
9. Solitude (pelote)
10. Kyrie Eleison
11. Interlude
12. Esthétique de la noyade #3
13. no(nous)us
14. Train-train #2

Heddy Boubaker : Basse électrique
Sébastien Lespinasse : Voix, textes & souffles
Enregistré les 21 et 22 avril 2016 au studio DE LA PIERRE VIVE.
enregistrement/Mixage : Rodolphe Collange.
Mastering : Patrick Müller.
Remerciements : Marie Baltazar, A.C. Hello, André Rober, Théâtre le Hangar, collectif IPN, La Poutre.

Présentation éditoriale

Duo vibratif & performatoire : Sébastien Lespinasse défait les identités, marche sur la crise, bruisse le quotidien à pleine bouche, improvise des noms d’oiseaux au bout de la langue, pendant que Heddy Boubaker maltraite sa basse électrogène avec amour et philosophie.

 

Note de lecture

En ce temps de régression où "le présent presse", allons-nous assister à "l'épuisement du possible" ? à notre effacement ?

"Ça nous parle / à travers / en travers / nous"... Quoi ? L'absurdité... Ce n'est pourtant pas le ON qu'il faut écouter, mais l'Autre...

Dans notre univers régi par les flux marchands et médiatiques, Sébastien Lespinasse et Heddy boubaker veulent introduire un COUAC. Le mixage et le montage de sonorités dramatiques associées à un sociotexte recyclé (sonotexte) leur permettent de déconstruire le discours dominant, de passer à la moulinette critique les mots du pouvoir : "identité", "naturalisation", "Français d'origine musulmane", "immigration", "jeune immigré"...

Souffles, bruitages, bourdonnements/bégaiements ressortissant à une "esthétique de la noyade" traduisent l'engloutissement de la subjectivité dans la masse. Contre cette aliénation, les deux compères proposent une rare écriture du NOUS : « Nous disons "nous", non pour résoudre mais pour commencer la question qui nous fonde »... Et si l'on suit Alain Badiou dans À la recherche du réel perdu, ce NOUS opère le passage au réel démocratique. Ce NOUS est donc à mettre en pratique : une écoute collective est possible sur le site de Trace label. À nous de partager cette expérience inouïe avec nos proches, nos amis, nos élèves, nos étudiants !

, , , , , , ,
Fabrice Thumerel

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>