[News] Daniil Harms, Elisabeth Bam à la Cartoucherie, mise en scène de Claude Merlin

[News] Daniil Harms, Elisabeth Bam à la Cartoucherie, mise en scène de Claude Merlin

mars 20, 2019
in Category: News, UNE
0 1131 33
[News] Daniil Harms, Elisabeth Bam à la Cartoucherie, mise en scène de Claude Merlin

Du 1er au 13 avril à 20H30, un événement à la Cartoucherie : réserver Elisabeth Bam de Daniil Harms, adaptation et Mise en scène Claude Merlin.
Avec Camille Thomas, Marc Buard, Basile – Bernard De Bodt, Bielka,
Guy Cambreleng et Jacques Alwright.
Théâtre de l’Epée de Bois : 22 € plein tarif ; tarif réduit sur demande, 10 €.
Téléphone : 01 48 08 39 74.

POURQUOI ELISABETH BAM ?

Pourquoi Elisabeth Bam ?
Parce que, comme la rose, elle est sans pourquoi.
Une pièce de théâtre, cette narration erratique, impossible à résumer, ces personnages à l’identité indécise et perpétuellement changeante, en prise avec des situations fuyantes, autant tragiques que comiques ?
Mais si, comme l’écrit Eugène Ionesco, « une œuvre définie et classée est morte », alors Elisabeth Bam c’est le jaillissement de la vie.
Ce qu’on croit en saisir, comme le furet de la chanson, a déjà filé. Tel genre, tel style reconnaissables un instant, ou encore telle situation qui fait mine de s’installer, les voilà aussitôt brisés et remplacés par d’autres aussi instables, aussi éphémères.
Et pourtant de cette déroute des repères et des raisonnements monologiques, un monde va surgir, « monde flottant » (le nôtre ?), où toujours l’inattendu arrive. N’est-ce pas là le réel qui se dévoile : multiple, discontinu, chaotique, contradictoire, irréductible – mais recomposant de ce fait un ordre paradoxal, renaissant, enfantin, infernal/paradisiaque, où des harmonies inouïes s’échappent du « heurt des significations » ?
D’ailleurs le nom d’OBERIOU, donné par D. Harms et ses amis à leur mouvement veut dire : Société pour l’art réel.
On est donc assez loin de l’absurde ou du pur non-sens, comme on l’entend dire trop souvent.
On aura beau désarticuler le langage, on ne peut tuer le sens : inépuisable, il rejaillira toujours, se refigurant en de multiples épiphanies.

Ici, on serait du côté de Lewis Carroll, mais qui aurait croisé Jarry.
La scène de théâtre devient le lieu où « sentir le monde », « débarrasser l’objet des cultures putréfiées du passé » (manifeste Obériou).
Lieu du renouvellement permanent, de l’éclosion de vérités secrètes, germinales.
Lieu de l’émerveillement.
Mais aussi, puisque rien n’est simple, secoué par les convulsions de l’Histoire.
D’où l’insistance d’un thème récurrent dans l’œuvre (et dans la vie hélas) de Daniil Harms et que l’on retrouvera ici : celui de l’arrestation arbitraire, qu’un réel pour le coup sinistre allait confisquer tragiquement.

SUR LA MISE EN SCENE

Avec Elisabeth Bam, nous continuons à explorer les liens qui unissent poésie et théâtre (mais en tournant le dos au « poétique » et au « théâtral »).
Poésie et théâtre ont un fond commun, une même origine peut-être : un appel à susciter une présence qui fait venir à nous le monde, nous le fait apparaître comme à la lumière d’une petite lampe, ou déployé à partir d’une vibration première, comme ce son de cloche que l’on entend précisément dans le nom : Bam.

Pour aborder Elisabeth Bam, les acteurs doivent se délester de toute volonté interprétative pour se laisser conduire et envahir par les forces qui, communiquées par la pièce, gravitent sur le plateau : rythmes, pulsations, variations d’intensité, brusques ruptures de ton…
Ils se font explorateurs de la SCENE, cette planète étrange qui, accordée à l’étrangeté du texte, manifeste au spectateur sa propre étrangeté.
Il y a une manière de laisser la pièce s’inventer sous nos yeux, livrer ses secrets et ses surprises, délivrance qu’il s’agit d’accompagner avec beaucoup de tact.

La langue, d’autant qu’elle est poétique ou décalée, doit être restituée à ses dynamiques naturelles, rendue pleinement organique, rythmique, à l’opposé d’un phrasé « naturaliste » souvent inconscient qui contraint la parole et bride le déploiement du sens, des sens.

Un même courant circule entre les acteurs. Quoique fortement individualisés, ils constituent un chœur éclaté, en mille morceaux. Une mouvante et instable constellation.
La scénographie doit favoriser ces éclosions. D’une extrême légèreté elle met en valeur les quelques objets prégnants : une porte, une cloche, un bolet…
Par ses interventions et ses inventions souvent incongrues, l’acteur-musicien, à l’aide de quelques instruments hétéroclites, contribue à ce qui doit apparaître non comme une mécanique de l’absurde, mais comme des opérations surprenant la naissance du sens, un peu à la manière du Cosmos de Gombrowicz.

, , , , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *