[chronique] News de la blogosphère#1 : Confusion is text

[chronique] News de la blogosphère#1 : Confusion is text

septembre 14, 2006
in Category: chroniques, UNE
0 1231 2
post-digital-music-for

Jean-Michel Espitallier, dans Caisse à outils, loin de s’appesantir sur la seule poésie textuelle, réduite souvent au seul livre, met en évidence, de quelle manière, si la poésie a longtemps été réfractaire au rock — mais aussi à d’autres expériences telle l’utilisation de dispositifs électroniques — elle a rencontré peu à peu le rock, et nous pouvons le souligner plus largement les expérimentations musicales électroniques (Jacques Donguy) ou liées aux samples (Olivier Quintyn). Non pas au sens de l’illustration, comme cela peut être vu dans de nombreux endroits, non pas seulement au sens d’un texte mis en musique en tant que cela traduirait une primauté de la poésie, mais en tant qu’écriture hybride, nécessité créatrice de l’hybridation entre densité linguistique et vibration instrumentale. C’est ainsi que Jean-Michel Espitallier explicite quelques expérimentations, de Heidsieck aux « performances allumées de Joël Hubaut ou de Julien Blaine« , de Lucien Suel ayant créé des groupes free-rock noïse, à Manuel Joseph, « en poète punk qui déchiquète la langue« . Cependant des poètes explicitement rock, il écrit, laissant le doute d’une interrogation, qu’il n’y aurait que Christophe Fiat, alliant tout à la fois posture existentielle et énergie, lisant ses poésies à l’aide de sa légendaire guitare à une corde.
Si l’analyse de Jean-Michel Espitallier permet de saisir les enjeux de cette liaison entre rock, musique et poésie, cependant, il m’apparaît qu’il y a quelques oublis, oublis qu’un nouveau blog permet de combler : le blog de Sylvain Courtoux et d’Emmanuel Rabu, Confusion is text, qui présente non pas seulement quelques expériences musicalo-poétiques comme cela fleurit par moment dans la blogosphère, mais qui donne à entendre 10 ans d’expérimentation sonore, accomplies tout à la fois séparément par les deux créateurs, chacun étant relié à des réseaux distincts, puisque Sylvain Courtoux est de Limoges et Emmanuel Rabu de Nantes, et en commun depuis leur rencontre faite en 2000.
Sylvain Courtoux représente une culture post-punk-situationniste irriguée par Burroughs, Guyotat, Roche et tant d’autres qui ont marqué la modernité. Punk-rock attitude hybridée par la new-wave de Duran Duran à Depeche mode, ses créations sonores si elles montrent une certaine forme de désespoir époqual face au monde [proche par moment de certaines litanies de Costes], cependant en biaise le jeu par une forme ludique d’auto-critique et de mise en crise du milieu littéraire lui-même. Alors que littérairement ses textes publiés sont travaillés comme des cut exigeant, l’écriture musicale qu’il entreprend, seul ou accompagné de Jérome Bertin, se propage comme parole directe, déchirée par l’affect, objectivement donnée à entendre. Parole crue, pop, parfois chantonnée parfois criée. Ces dernières créations manifestent cet horizon, tel la vie est pop, où Courtoux se jouant de lui-même, met en dérision le milieu littéraire parisien.
Emmanuel Rabu, issu des milieux expérimentaux de Nantes, explore davantage les dimensions électroniques, passant des recherches concrètes aux dimensions minimalistes [avant d’arriver à Nantes, il était dans groupe La Disjonction de Freddy, où il travaillait à l’aide de perceuses]. Cette recherche musicale est reliée à son travail de langues qui se structure sur des micro-agencements, des glissements dans l’inframince des signifiants. Il a développé ses perspectives aussi bien seul, à partir d’agencements et de remixages de samples que par des rencontres qui ont abouties à des compositions communes avec par exemple Basile Ferriot (percussions, objets), Emmanuel Leduc (sampler, machines) ou Phil Tremble (synthétiseurs analogiques, effets). Le travail qu’il a ainsi créé avec Ev Zone, texte publié à Derrière la salle de bain, montre en quel sens ce type de création, loin de surgir d’une seule énergie, se compose par le croisement d’impulsions qui donnent la matérialité/texture même de l’événement sonore : un accident de la matière et du langage.
À partir de ces deux directions hétérogènes s’est ainsi composé un travail dans le temps, passant par la création en 2001 de post-digital music for post-digital people [dans lequel on peut entendre le très drôle parce que le schtroumpf est bleu] allant jusqu’au cut-up piano manifeste de 2006 dans lequel participe aussi Lise Etchevery et Jérome Bertin.

, , ,
Philippe Boisnard

Co-fondateur de Libr-critique.com et administrateur du site. Publie en revue (JAVA, DOC(K)S, Fusees, Action Poetique, Talkie-Walkie ...). Fait de nombreuses lectures et performances videos/sonores. Vient de paraitre [+]decembre 2006 Anthologie aux editions bleu du ciel, sous la direction d'Henri Deluy. a paraitre : [+] mars 2007 : Pan Cake aux éditions Hermaphrodites.[roman] [+]mars 2007 : 22 avril, livre collectif, sous la direction d'Alain Jugnon, editions Le grand souffle [philosophie politique] [+]mai 2007 : c'est-à-dire, aux éditions L'ane qui butine [poesie] [+] juin 2007 : C.L.O.M (Joel Hubaut), aux éditions Le clou dans le fer [essai ethico-esthétique].

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *