[TEXTE] Les filles jolies aux bouches savantes d'Isabelle Zribi

[TEXTE] Les filles jolies aux bouches savantes d’Isabelle Zribi

septembre 4, 2007
in Category: créations, UNE
3 1391 0

zribi3.gif Isabelle Zribi est écrivain, elle a publié dernièrement aux éditions verticales Bienvenue à Bathory aux éditions verticales, elle co-dirige la revue Action Restreinte.

Tout le monde a entendu parler de ces night-clubs particuliers auxquels ne sont admis que des clients triés sur le volet. Une personne non-initiée est immédiatement repérée par mille indices, ne serait-ce que par la manière de tenir son verre, et son embarras dans les occasions qui paraissent aux autres toutes naturelles. Chaque posture, chaque geste, chaque regard, chaque pas de danse, tout est codifié. Dans ces night-clubs, les filles jolies se reconnaissent immédiatement entre elles, et les bouches savantes également. Dès que C. entre dans ce type de boîtes, toutes les filles jolies aux bouches savantes la repèrent sans doute comme une des leurs. Dès son arrivée, tous les spots des yeux des filles jolies aux bouches savantes doivent se braquer sur C., et C. doit améliorer presque sur le champ sa connaissance déjà très au point de la bouche humaine. Dans ces boîtes de nuit réservées aux filles jolies et savantes, les clientes ne se satisfont pas aux w.-c., dans une hygiène déplorable, jetant, en cas de conclusion heureuse, une offrande de pièces de cuivre au petit dieu dépressif Dame pipi. Les toilettes sont libres bien plus souvent qu’ailleurs. Les filles se donnent du plaisir à même la piste de danse, les sièges confortables qui la bordent, ou devant le bar. Alors que dans les autres boîtes, le sexe comporte une forte dose de grotesque et de laideur, dans ces night-clubs particuliers, il se pratique devant tous, éclatant, aussi pur qu’une machinerie bien huilée.

,
rédaction

View my other posts

3 comments

  1. gmc

    APPRENDRE A BAISER

    Le sexe poétique est une transe
    Dont sont exemptées les bouches savantes
    Peuplée de fellations inverses incolores
    Cette danse n’a pas besoin de night-club
    Pour que reluisent les nervures de l’irradiation
    Qu’une langue chatoyante
    Impulse d’un point de vue échancré
    Seuls les déhanchements de l’hymen
    Font varier postures et perspectives
    Teintant de pourpres saveurs
    Les brandons de jouissance
    Qu’un joyeux glas distribue

  2. dominique quélen

    J’ai lu. Oeuvre savante sous son apparence junkie, et qui – pour parler comme les communicants – monte en puissance dans la dernière partie, c’est très fort. Dépasse très vite et de très loin les limites de l’objet mode qu’on pourrait croire tenir entre ses mains à la lecture trompeuse et superficielle de la première page. Isabelle Zribi s’est emparée des armes adverses et les manie avec jubilation. Sans parler du comique à un degré assez rare, avec un tour d’écrou supplémentaire quand c’est dans l’horreur.

  3. rédaction (author)

    En effet, comme je suis en train d’y travailler depuis quelques mois (quel retard !) il y a dans le texte d’Isabelle Zribi, une force qui vient fissurer l’apparente fluidité pop du récit. Non seulement dans la reprise et la réinterprétation du personnage,mais en plus comme je tente de l’écrire dans la question de la liaison de la littérature aux sciences humaines et notamment à une philosophie critique. Merci de votre commentaire Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *