[Chronique] Olivier Domerg, La Méthode Vassivière, par Christophe Stolowicki

[Chronique] Olivier Domerg, La Méthode Vassivière, par Christophe Stolowicki

mars 2, 2019
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 1093 30
[Chronique] Olivier Domerg, La Méthode Vassivière, par Christophe Stolowicki

Olivier Domerg, La méthode Vassivière, Dernier Télégramme, Limoges, 2018, 208 pages, 15 €, ISBN : 979-10-97146-09-2.

Décrire, un arc de cercle, sa trajectoire, de sa personne non de son regard, décrire resté transitif dans un halo pronominal, décrire de toute sa personne concentrée dans le regard, corps et âme, âme corps, et cependant décrire le paysage, s’y immerger, s’en transfuser. Anti-Robbe-Grillet, décrire en vers (de prose), décalés, en strophes ajourées pleine page : serait-ce cela la méthode Vassivière ?

À jeux de mots d’enjeu brassé corps accord, Domerg lance ses boutades lettrées qui touchent à présent à l’essentiel. Venu le temps de dresser de sa vue, de sa vie le mode d’emploi ?

De sa vue, de sa vision, ce que visionne en clairvoyance un sens que son contexte abstrait en concrétudes. En contre-ut de tous ses dièses. Entre ce qu’il voit, ce qu’il conçoit et ce qu’il imagine, les lignes de force et de fracture. Tout ce que l’ouïe plutôt en appoint (« hormis les chants d’oiseaux / […] et les rameaux brisés », « le froufrou de leurs ailes / dans les futaies ») l’odorat (presque) passé sous silence, ont infusé dans le regard. Purs poèmes, imprimés sur le blanc immense d’un paysage ouvert – en regard de l’œuvre de George Oppen. En résidence d’écriture au Centre international d’art et du paysage de l’île lacustre de Vassivière, sur le plateau de Millevaches en Limousin – reliée toutefois au rivage par une route, pas le château des cent-vingt journées.

« Dehors, / une telle beauté. » « Un arbre et non rien » – on ne se pose plus avec Leibnitz la question des questions qui réfute la vanité des vanités. Pourquoi quelque chose plutôt que rien tombe sous le sens, sous l’essaim des sens que prodigue le sens premier, la vue. « Platonique du plateau », non tectonique des plaques ni sa mise à plat. Platonicienne de plain-pied aplanissant Socrate.

Où « un paysage s’approfondit / de colline en colline », « la lumière semble sourdre du vert, / de sa diffraction / et de la qualité de ses nuances », du « duvet moelleux de la vêture limousine » – en un hymne à la vivante clarté qui rappelle celui de l’œuvre de Matisse dans une autre géographie. « Les arbres s’écoulent // et l’herbe est comme de l’eau / le long de l’asphalte. » À plein être pénètrent quelques « pépiements tôt le matin ». « Le lac, // réserve du ciel / en condensé ».

À force de se diffuser dans un paysage ouvert sur le moutonnement de collines par delà un lac, de réinventer l’horizon, le regard décrit une ellipse géante dont remontent des phrases denses, non elliptiques, qui déplacent les pions du réel ; décrire devient l’acte même d’écrire ; quelque chose a bougé, il y a poésie, la tautologie se fait suivant l’étymologie.

« Tu lançais ta ligne tels ces pêcheurs / le paysage prenait ou pas ». La relation au réel du poète démiurge s’est inversée, a tourné en caillé généreux, de cailloux de Poucet a semé l’itinéraire des saisons. Dans « les choses vêtues de ciel », « le lac éteint / couleur étain », au « Savoir incrusté / dans les collines massives », à « poèmes précis / comme le ciel bas », « Le mot / limpide comme les bois », « Yeux écarquillés comme les fleurs de cerisier ». En deux décennies d’écriture le paysage, ce vin vieux d’éternelle jeunesse, nectar cul sec dans l’ambroisie frayant son boyau entre deux talus, grand cru classé ou vin de soif qui désaltère l’inaltérable, a infusé en Domerg, pris de la bouteille, robe sépia ambrée de roux dans l’ambre gris du temps vécu, du temps retrouvé.

« Tu ne te perds pas dans la forêt, / c’est la forêt qui te trouve / perdu. » « Les arbres s’écartent ou cessent // et on débouche. » « L’abstraction, / tel un zoom avant. » « Toute cette enfance enviait / la rumeur de la forêt et du lac. » Deux mois d’immersion.

Des nombreuses citations de George Oppen qui parsèment l’ouvrage, peu ressortent (« le vide de voir » rapporté à la plénitude des choses), beaucoup rappellent du déjà lu.

, , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *