[Chronique] Valère Novarina : qui sont les ombres ? ou comment prolonger l'ivresse des temps, par Jean-Paul Gavard-Perret

[Chronique] Valère Novarina : qui sont les ombres ? ou comment prolonger l’ivresse des temps, par Jean-Paul Gavard-Perret

octobre 29, 2020
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 922 55
[Chronique] Valère Novarina : qui sont les ombres ? ou comment prolonger l’ivresse des temps, par Jean-Paul Gavard-Perret

Les prochains événements prévus étant annulés, en ces temps obscurs pour la culture comme pour le politique, restent à découvrir le volume collectif Valère Novarina : Les Tourbillons de l’écriture et le virevoltant Jeu des ombres

 

Valère Novarina, Le Jeu des ombres, P.O.L, 15 octobre 2020, 272 pages, 17 €, ISBN : 978-2-8180-5098-9.

Dans la dernière pièce de Novarina, l’acte créateur recouvre le plateau de théâtre à la fois d’ombres et de métamorphoses. Le spectateur en devenant « spectrateur » va pouvoir changer d’identité au sein de « mêmes » qu’il connaît et qui appartiennent à sa mémoire : celle  des mythes comme d’une actualité plus ou moins décalée. Sont réunis Orphée, Eurydice, Cerbère, Charon, Hécate, Pluton et ce qui est plus étonnant Sosie, Flipote, les Machines à dire beaucoup, Robert Le Vigan, Michel Baudinat, Gaston Modot, Anne Wiazemski, Louis de Funès, Christine Fersen et Daniel Znyk.

A la sortie des enfers, une fois l’Achéron retraversé, tout se produit par les truchements de « passes » et de passages où le théâtre devient aussi comique que tragique au sein d’un langage qui lui aussi se transforme en une créature hybride et effrontée. Cela ne date pas d’hier chez le dramaturge. Le drame humain (en son animalité même) est la comédie des mots. Ils grouillent au sein même de leur réincarnation en entrelacs, anagrammes, acrostiches, monocondyles, etc., pour brûler les frontières des temps comme du corps et de l’esprit.

Le théâtre n’est plus habité de mots, ce sont eux qui l’habillent et tout autant le mettent à nu à travers des inventions centrifuges en une « affection » généralisée. La pièce devient l’endroit où danse la langue et où se consume la mort dans une irradiation vertigineuse. Les personnages veillent à la naissance d’autre chose là où l’animal humain au moyen de sa voix tente de reconquérir une force sacrificielle au moment où les esprits parlent.

Existe là un voyage farcesque des mots au bord du vaisseau fantôme de la langue.  Celui-ci dérive sur le plateau chahuté par tous les revenants qui flottent – forcément – à corps perdus. Mais la dématérialisation de l’être via les ombres n’est là que pour sauver l’envie d’exister dans cette polyphonie puissante du langage. Novarina reste plus que jamais poète et philosophe. Il enrichit la connaissance par une langue d’un comique tragique confondant où se gueule ce qui jusque là était resté dans le silence de mort de l’enfer ou des bas-fonds de l’inconscient.

 

, , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *