[Livre] Dennis Hopper, Drugstore camera, par Jean-Paul Gavard-Perret

[Livre] Dennis Hopper, Drugstore camera, par Jean-Paul Gavard-Perret

mai 21, 2015
in Category: Livres reçus, UNE
0 2215 12
[Livre] Dennis Hopper, Drugstore camera, par Jean-Paul Gavard-Perret

Dennis Hopper, Drugstore camera, Damiani editor, USA, avril 2015, 29 $.

 

Ce que les mots dans leur abstraction disperseraient des images de « Drustore Cinéma » le rameutent. Elles  prouvent que la nostalgie fait toujours son effet : d’une certaine manière elle nous nourrit de son lait même si avec le temps il devient aigre. Pour l’acteur, metteur en scène et photographe, de tels clichés ne créent pas une chapelle funéraire où trôneraient des dépouilles. Certes, le livre embaume les souvenirs mais surtout soutient un nouveau regard, une chevauchée, une incursion dans l’épopée et les arcanes hippies où trônent Carole Laure et un aréopage de filles nues. Sortant pour quelques heures du tournage d’Easy Rider, celui qui en fut le producteur croqua, à l’aide d’appareils basiques et en des tirages de laboratoire de drugstore, ces images restées inédites – tout sauf anecdotiques.

 

L’artiste s’y révéla le photographe qui, rejetant les poses cosmétiques, fit jaillir une vie. Elle reste à plus d’un titre intéressante à regarder. Car les clichés échappent à « l’effet dépouille » pour permettre de comprendre une époque et lui tendent leur miroir silencieux  là où surgissent des accouplements inédits et des paysages sidérants. Le noir et blanc évite une circulation spéculative-spectaculaire au profit d’une découverte. Les allongées de minuit ne sont plus celles de la tradition chrétienne et au besoin se relèvent pour exhiber la beauté de leurs seins que des démons sont prêt à happer.  

 

En des paysages oniriques et lumineux  du Nouveau Mexique, un chant visuel de Maldoror a lieu.  Grouillant et labyrinthique, tout un monde s’anime. Du magma tellurique gicle un bouillonnement de formes. Hopper y ajoute sa science du cadrage et   une insolence hérétique. Ses « vierges » nous percutent de leur émoi pas très catholique face à leur sorcier, ermite marginal de leur royaume. En apostat sur de ses coups ou en maître vaudou, il a donné à ses prises de quoi provoquer un débarquement charnel dans les canyons de Taos.

 
, , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *