[Texte - 2] Claude Favre, A.R.N._ Agencement Répétitif Névralgique_ Voyou [Dossier : Claude Favre ou la poésie comme langues de guingois]

[Texte – 2] Claude Favre, A.R.N._ Agencement Répétitif Névralgique_ Voyou [Dossier : Claude Favre ou la poésie comme langues de guingois]

juin 19, 2013
in Category: créations, UNE
2 1546 7

La parution en juin de Vrac conversations (Editions de l’Attente), Métiers de bouche, ijkl (Ink), sans oublier ses contributions à la revue Aka et à divers sites, marque le lancement du grand dossier consacré à celle qui est tombée en langues de guingois – vlang ! Jusqu’à l’automne prochain, seront publiés une notice biobliographique, des analyses sur l’œuvre et, par fragments, un long inédit dont le titre commence par A.R.N. (Agencement Répétitif Névralgique) pour offrir un clin d’œil à l’auteur de cette appellation (Fabrice Thumerel). [Lire la première livraison]

Simplement, dire, dire elle dit, dire c’est beau que ça travaille, beau c’est doux, elle dit j’aimerais, je me rends au langage, se rendre, c’est plus qu’un verbe, et pain sur langue planche, à, elle dit autre chose qu’illusions artifices, trancher il faut payer, elle dit si, si, si ça y est, si, si, se rendre est un verbe insistant, ça ne peut être qu’après, après  le chaos, après apprendre qui est réapprendre, un drôle de verbe à peine préhensible, dessous des langues, qu’on croit entendre, mots limailles des mots douceur, non n’aurait pensé, un mot, ce mot, elle dit, je ne puis, je ne puis le dire, ce mot si, peut-être, voudrais-je, après, le dire

 

 

Elle dit mal j’ai ne suis, pas que litres quel sang, quel style, dès pipés, encore moins exercice, plus que retranchements, m’accroche la vie dedans, ex, un peu un rien bestiole un peu crâne, assassin le sang et circule, écharnage elle dit mal c’est n’être,  puis la folie, ex, dis, à se tuer soi je n’en dirais pas plus, un peu de correction quand d’autres d’autres d’autres, et tant des gens comme vous moi, tués, tués, tués, tués, tués, ma petite histoire d’assassin, broutille

 

 

Elle dit je veux commencer une phrase par parce que, parce que, des enfers descendus sont revenus Gilgamesh, Dionysos, Orphée et Tirésias et Enée, Ulysse et, parce que, Achille, tant et tant s’y sont rendus, et caetera travailler pour l’incertain, parce que, aller sur la mer, passer sur une planche, parce que si gestes chasseurs membres douloureux corps à, vertiges, convulsifs et sur certaines rives  longs fleuves sibériens il y aurait des printemps hommes des printemps femmes et n’en revenir, aussi Dante, parce que et, inquiet, Mandelstam parce que, elle, dans crâne il n’y a pas la moindre amorce d’idée il n’y a pas elle dit trop de monde elle dit cinéma, flèche retour, rire parce que boite à magie pandore, et même pire, parce que

 

 

 

N’imagine pas ce qu’un corps à certaines heures comateuses à la mort parle, pelures citron, vies silencieuses, bleus boomerang, déchets, méchef

 

 

Entre le désir du corps et le désir du texte rôle ingrat mais nécessaire pour garder la mémoire et non seulement la mémoire et non seulement le je ne sais quoi contre la folie il n’y a rien à entendre que c’est exactement ce que je voulais dire, parole, qu’il m’en souvienne, parole, n’y comprends rien, vous dites fable roman, qui ne serait grammaire texte à écrire, on laisse à poésie, billevesées plaies par la bouche par la bouche elle dit, je tiens à mon sujet, la rudesse qui fait la lecture mais ce soir je vous quitte, voir tout myope les gouttes de pluie sur le fil à linge

 

 

Elle dit je ne suis pas humaine, vous l’avez dit un peu, ne l’entendez, pas, il n’y a plus d’après, pas, elle, dit, ne veux aucune clémence, vieille caisse ce corps, forcenée fais beaucoup trop de bruits ça n’avance pas beaucoup, boîte à outils micmac bizarreries, corps qui dit beaucoup et trop, pas joli pas poli, en désordre, et caetera boucan, c’est pas rien quelque chose se passe à, et l’extérieur m’en direz tant,  pas perdreau de l’année, vous le savez elle dit, plus simple si, chacun, moins à soi et d’écoute, sans tous ces faux-semblants de famille clans, jalons, de facto ce serait le monde, bonjour bonjour, aussi le monde pourrait, des caves si, si ce serait si nous voulions, nous ne

, , , ,
rédaction

View my other posts

2 comments

  1. MORICE Catherine

    Retrouve bien là, cette façon si particulière d’écrire, si syncopée, qui élague l’inutile pour l’essentiel.
    Il faut aimer cette façon d’écrire parce que forte, déliée, délivrée, tempête de mots qui se jettent sans préavis..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *