[Chronique] Laurent Albarracin, Le Grand Chosier, par Tristan Hordé

[Chronique] Laurent Albarracin, Le Grand Chosier, par Tristan Hordé

octobre 1, 2016
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 1884 14
[Chronique] Laurent Albarracin, Le Grand Chosier, par Tristan Hordé

Laurent Albarracin, Le Grand Chosier, éditions le corridor bleu, 2016, 184 p., 18 €, ISBN : 978-2-914033-64-0.

Personne, sauf erreur, n’a vu dans Les Choses de Perec l’influence de Ponge, et il ne me semble pas que Le Grand Chosier ait à voir avec l’auteur du Savon. Le néologisme du titre est bien construit : le suffixe –ier s’emploie pour des mots qui désignent un recueil — fablier, semainier — et le livre rassemble 114 « choses » des plus variées, dont la liste alphabétique est donnée à la suite de la table des matières. On trouve « L’assiette », « Le diamant » et « La pomme », à côté de « La petite route sinueuse » et « La mer », et s’ajoutent « Le moqueur français » et « Les bonds » : c’est dire que les poèmes ont pour sujet tout ce qui existe, toute réalité quelle qu’elle soit, y compris « Les bruits », « le parfum » et « Le rayon de soleil ». Chacun des éléments nommés a une existence — en soi ou occurrentielle, comme par exemple « briller », puisque « Briller consiste à frotter vivement quelque chose sans du tout bouger. […] ». Et la relation entre mot et chose est affirmée, aussi bien dans les poèmes (« Le mot est conforme à la chose ») que dans l’essai qui ferme le livre, « Postface aux choses », dont je recopie la dernière phrase, « Elles [= les choses] sont comme elles sont, comme les yeux en face des trous, afin que le monde soit comme il est. »
On lit clairement cette proposition sur l’existence des choses dans un poème en strophes de 4 vers, dont chaque strophe s’ouvre par « Il y a » (également en titre), avec trois variantes, « Il existe », « Il est » et « Je connais », et l’on comprend que la relation posée entre mot et chose permet d’explorer ce qui peut être dit d’une chose à partir de sa prononciation, de ce que l’on sait ou que l’on imagine d’elle, de ce que la littérature en dit, etc. Ainsi : « Je connais même / un moustique / qui se pique d’être un moustique », ou : « Il y a un il y a / qui ouvre le conte / des inventaires ». On ne lira évidemment pas la série de descriptions qu’on aurait pu attendre, les choses nommées sont prétexte à passer d’un mot à l’autre : ainsi, dans un des poèmes avec une quatrième variante, « On prétend qu’une épée / dans une faille du monde / fait défaillir le monde ».
Ce monde, Albarracin en donne avec une jubilation constante l’extraordinaire diversité, ce que résume un vers : « Nos yeux qui clignent c’est le monde qui se donne » — vers d’un des quarante sonnets (de 12 syllabes) du livre. À la diversité des choses du monde répond la variété de l’écriture (proses de différentes dimensions comme les poèmes, poèmes en strophes, poèmes et proses mêlés), dont la virtuosité va jusqu’à proposer avec quelque ironie un calligramme pour figurer le « rebond s’amenuisant » de la balle de ping-pong, le dessin de la courbe conduisant à couper des mots pour représenter l’immobilité de la balle : « (…) molle / ment su/ r le côt / é. Po / urqu / oi / ? » Ce qui peut restituer la multiplicité et la complexité des aspects du monde, ce sont des liens que l’on établit entre des mots — donc, entre des choses — éloignés par leur sens. Dans Le Grand Chosier, la paronomase, le rapprochement de mots phonétiquement proches, met en relation des réalités que rien autrement n’aurait lié ; on en fera moisson et je recopie au hasard : « le miroitement du poirier (…) ou sa moire (…) Loire », « Son évanescence vanne nos vanités », « la dragée contient son trajet (…) trachée », « enfilant le gant / sa main manigance », « à la lippe et aux nippes », etc. Albarracin fait un éloge masqué de la paronomase en ouvrant son livre avec « Grappin d’abordage » : le grappin rapproche deux navires, comme dans ce poème sont rapprochés des mots, « Des agapes et du festin, de la grappe et du raisin », et que faire de cet « objet poétique » qu’est le grappin ? « Agrippons-nous à lui comme à une bouée pour les profondeurs »…
D’autres ressources que la paronomase sont mises en œuvre, comme le jeu avec la dérivation ;
Cheminée ne dérive pas de chemin, mais la proximité est utilisée : « Si la cheminée était le contenu d’un chemin / comme la cuillerée est le contenu de la cuiller / alors nous irions plus vite au ciel /(…) ». On relève l’altération d’une expression (« (on est juge et parti, observateur et embarqué) » ou le détournement du sens figuré (« Si l’on pousse le bouchon un peu plus loin (…] »), la répétition (par exemple, « temps » et « fait » dans le poème « Le temps qu’il fait »), l’homophonie (« la fontaine crache des fétus »), etc. On reconnaît ici et là des allusions culturelles, y compris le renvoi à l’imaginaire de la fable (la grenouille et le bœuf, p. 64) et du conte (l’ogre et la fée, p. 143) dont les poèmes sont souvent proches. Mais on lit aussi en exergue du « Poirier » un extrait de Sei Shônagon où sont énumérés des « Sujets de poésie » : parmi lesquels « le poirier ».

Le lecteur se réjouira de trouvailles qui, souvent, le font entrer dans un univers carrollien où les mots, comme déformés par le miroir, le conduisent à regarder autrement ce qui l’entoure. Pour reprendre un titre d’Éluard, le Grand Chosier donne à voir, et conduit aussi à comprendre comment la langue permet de passer du réel à l’imaginaire. Comment également ce qui pourrait apparaître un jeu a, avec évidence, à voir avec la poésie : « Il n’y a pas de littéral qui n’engage tous les sens. »

, , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *