[Chronique] Pierre Jourde, La première pierre, par Périne Pichon et Fabrice Thumerel

[Chronique] Pierre Jourde, La première pierre, par Périne Pichon et Fabrice Thumerel

octobre 25, 2013
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 2407 32
[Chronique] Pierre Jourde, La première pierre, par Périne Pichon et Fabrice Thumerel

Maintenant que l’honneur est sauf (pensez donc : faisait partie de la première liste des nominés au prix Goncourt 2013 celui-là même qui, depuis La Littérature sans estomac (2002), s’était fait une réputation de "Tonton flingueur" en s’attaquant à toutes les médiocrités et complaisances du petit milieu – et donc à la spécificité française en matière de prix littéraires), revenons sur un roman qui, succédant au carnavalesque Maréchal absolu, – selon un mouvement de balancier propre à l’auteur – développe une méditation mélancolique sur son pays perdu comme sur le pouvoir de la littérature. Et comme cette Première Pierre est marquée du sceau de la dualité, cette chronique le sera également (FT puis PP).

 

Pierre Jourde, La Première Pierre, Gallimard, septembre 2013, 192 pages, 17,90 €, ISBN : 978-2-07-014215-6.

"Tu prends la mesure, petit bonhomme, de la déflagration produite par les quelques dizaines de pages publiées par un écrivain obscur chez un petit éditeur. Ce n’est pas seulement ta vie qui s’en trouve changée, mais c’est, définitivement, celle de tout le village, et d’une bonne partie de ceux qui le fréquentent. Toi qui ironisais volontiers sur ceux qui débitaient de grands discours sur le pouvoir de la littérature…"

Pour n’avoir pu prendre suffisamment de distance par rapport aux histoires locales, ou s’être perdu dans les fictions villageoises, il est arrivé à Pierre Jourde dans son pays auvergnat ce que n’a pas connu Richard Millet en limousin : en ce pays des pierres et des taiseux, pays perdu dans ses légendes, l’écrivain a failli se faire lapider un an après la parution de Pays perdu (L’Esprit des péninsules, 2003), qu’il était loin de considérer comme une offense à son (mi)lieu originel : "Le livre ne se voulait pas réaliste, parce que la réalité n’est pas réaliste. Ou plutôt parce que le réalisme est impuissant à délivrer toute la charge d’imaginaire qui bonde le réel. Le livre était une élégie pour une jeune fille morte, une tragédie se déroulant en un même lieu en un seul jour, une épopée, un conte mythologique" (p. 135). C’est alors que le péquenot rattrape l’intello

La Première Pierre est un dialogue avec le premier Pierre – le "péquenot" -, son habitus primaire de paysan conservateur ; un récit écrit par un "tu" – celui du "petit bonhomme", du dépositaire – pour dire le "je" du père qui s’est toujours tu – et à jamais depuis la tombe. Rien d’étonnant à ce que ce récit sobre et émouvant de la dualité interne soit dynamisé par toute une série de couples antinomiques : secret/révélation, étrangeté/familiarité, rêve/réalité, honte/honneur, propre/sale, ombre/lumière, merde/poésie, régional/universel, absence/présence… /FT/

♦♦♦♦♦

Il y a peu, l’écrivain Pierre Jourde s’est vu décerner le prix Jean Giono pour son livre La Première Pierre. Ni roman, ni pamphlet, ce discours à la recherche de son “je” propose une analyse des effets d’un livre, Pays perdu, sur les habitants d’un village d’Auvergne l’ayant inspiré. En prenant racine dans les fictions intimes des paysans, Pierre Jourde a enfreint un tabou qui appelle un châtiment : la lapidation. L’écrivain et sa famille sont accueillis par des jets de pierre. Mais, dans ce pays perdu qui a vu naître le premier Pierre, qui est responsable de la première pierre ? La Première Pierre ressemble à une enquête intime, servie par un pronom “tu” vindicatif, scrutateur. Cette quête nous projette dans une époque légendaire où l’écriture est considérée comme une pratique sacrilège et mortifère. Le temps, dans ce village d’Auvergne, a perdu sa linéarité, et les morts du Coudair sont appelés à parler eux aussi, à sortir de leurs tombeaux.

La pierre est à la fois fondatrice et destructrice ; et son double jeu sert le jeu binaire sur lequel se construit le texte. Les alliances de contraires, déjà soulignées par F. Thumerel (familier/étranger, obscurité/lumière, etc.), révèlent la tension et l’écart entre ce qui se passe sous la pierre et sur la pierre. C’est d’ailleurs d’un "lourd vêtement de pierres" que les habitants du village se parent, pour garder intact un "je" intime, un "noyau de silence" sous la "fiction de l’être". En écrivant Pays perdu, l’écrivain avait malgré lui lancé une pierre contre ce manteau et rompu l’équilibre du village en perforant le mur de la fiction. La fiction est un mode de vie dont il faut scrupuleusement respecter les rites, en commençant par ne jamais la désigner comme fictive. Les habitants du village vivent dans la nécessité de se représenter dans une fiction codifiée. Les histoires secrètes et intimes de chacun conservent leur saveur à partir du moment où la fiction vécue maintient son charme à l’extérieur des enveloppes de pierre. “Car s’entourer d’un lourd vêtement de pierre, que renforcent encore les interdits et les rites, visibles toujours en transparence sous les postures calculées de la simplicité paysanne, c’est créer la fiction de l’être en entourant de formes son noyau de silence.” (p. 126). La fiction est une nécessité, une nourriture de la réalité, un rideau poreux où s’abrite le "je" intime et silencieux. Nécessité dans le petit village décrit par Pierre Jourde, où les histoires sur les familles des uns et des autres se transmettent de la bouche des uns aux oreilles des autres. Montrer l’histoire est le rôle du livre, la montrer c’est également briser un "tabou", une loi sacrée, c’est faire basculer la représentation jouée par les villageois. La pierre découverte montre l’abîme secret, l’angoisse du "je" jusque là masqué par les histoires trop racontées et l’honneur chevaleresque de comédie. De quoi nous interroger sur le pouvoir et le pourquoi de nos propres fictions.

C’est d’ailleurs en remontant le fil des histoires des autres que l’écrivain revient à sa propre histoire, ou plutôt à celle de son père, la « première pierre ». La Première Pierre nous convie donc à remonter jusqu’à la parole hésitante et conciliante du père. Le “je” qui finit par faire face au “tu” utilisé au début de l’enquête se veut le “je” du père, un retour à une parole qui n’a jamais osé se dire et s’est retrouvée emmurée dans le tombeau. Là commence la filiation dont est issu l’écrivain, mais également l’origine de son attachement à la terre. Le village devient à la fois si présent, tentant, et pourtant absent, intouchable, pour l’écrivain excommunié comme pour son lecteur, qu’il oscille entre fiction et réalité fantasmée. Le pronom « tu » indique la rupture, la déchirure avec le lieu des origines, lieu de l’enfance. On en ressent l’absence de concession et la violence comme un dernier hommage au lieu et à ses habitants, à leur brutalité mais aussi à leur dignité singulière. /PP/

, , , , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *