[Livre] Valère Novarina, Observez les logaèdres !

[Livre] Valère Novarina, Observez les logaèdres !

octobre 25, 2014
in Category: Livres reçus, UNE
0 2544 31
[Livre] Valère Novarina, Observez les logaèdres !

Le dernier Novarina réunit la version pour la scène du Vrai sang (3e version du texte depuis 2006) et trois essais : "Une pierre vide", "Le Déséquilibre spirituel" et "Mercredi des cendres".

Valère NOVARINA, Observez les logaèdres !, P.O.L, 2014, 320 pages, 14,50 €, ISBN : 978-2-8180-2085-2.

 

VN : Valère Novarina / Voie Négative – "La passion est une voie négative : je dois passer par la défaite de tout le théâtre humain. Toutes nos idoles sont mises têtes en bas" (p. 110). Pour l’écrivain comme pour le comédien, cette Voie Négative est une ascèse : "Je est le contraire du moi. Je réclame le vide" (42). À méditer en ce temps d’individualisme et d’identitarismes…

En plus de la version pour la scène du Vrai sang, ce volume propose ainsi un prolongement aux précédents essais poétiques (Devant la parole, Lumières du corps, L’Envers de l’esprit, La Quatrième Personne du singulier) : une réflexion critique sur le langage, la poésie et le théâtre ; une méditation philosophique et théologique ; un (r)appel à l’insoumission… À tous les communicants avides de spectacle : "Mettez fin-enfin ! tout-de-suite ! au dévidage et à la déclinaison de l’homme en chapelets d’humanoïdes stabulés, quantifiés un à un, anthropo-prototypisés de fond en comble ! Cessez de nous sur-et-sous-définir et comptabiliso-quantifico-périmétrer, mensurer, sous tous les angles !" (14). Si nous voulons demeurer vivants, suivons ces consignes : "la ménagerie humaine, la fuir. Les sigles, signes, étiquettes, le fléchage humain, l’effacer" ; "nous défaire de toutes les singeries humaines, les détisser patiemment. Voir autre. Penser l’homme en marionnette morte et animal pas là" (p. 14-15).

Observez les logaèdres ! nous rappelle que le théâtre n’est pas un lieu de spectacle, mais un réceptacle spirituel qui fait advenir le sujet, un lieu où se défait la figure humaine et d’où l’on voit la matière vive du langage : "Les logaèdres sont les cellules du langage – phrases, lettres, mots, séquences d’un raisonnement, scènes de la pensée – qui, assemblées et désassemblées sous nos yeux, en font un organisme vivant" 89).

© Arrière-plan : photo du Vrai sang à l’Odéon par Alain Fonteray (2011).

, , , , , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *