[Texte] CUHEL, Vive les vacances !

[Texte] CUHEL, Vive les vacances !

juillet 2, 2010
in Category: créations, UNE
6 1511 6

Tout en renvoyant à son site, CUHEL vous souhaite à sa façon de bonnes vacances…

La nature a horreur du vide
l’homondyalisé aussi
la nature de l’homoncule
est de fuir son vidicule

NE VOUS INQUIÉTEZ PAS !

Dans notre sachiété spectrenculaire
pas de vacance
restez vous-mêmes
parce que vous le valez bien
parce que vous le voulez bien

NE VOUS INQUIÉTEZ PAS !

 

Arréseaunez-vous
faites le plein d’vie
d’envies
d’vites
d’bides

 

Marrez-vous
mirez-vous
avec vos clownes
sportez-vous bien
sponsoriez
vous êtes filmés

 

L’homondyalisé est un homo connecticus
un homo economicus
un homo consommatus
de l’homo erectus à l’homo caddicus
quel progrès !

 

NE VOUS INQUIÉTEZ PAS !

 

Dans la sachiété spectrenculaire
gagnez le NIRVÂNA
soyez fada
l’homondyalisé est un fou pour l’homondyalisé
gagnez la troisième dimension
prenez vos mensurations
changez d’optic’
participez à la Rêvolution optic’

 

NE VOUS INQUIÉTEZ PAS !

 

suffit d’être vous-même
pour avoir droit
à votre gala optic’
à votre optic’ aventure

 

NE VOUS INQUIÉTEZ PAS !

 

Ayez les yeux aussi gros que le ventre
votre nombril est le grelot
votre nombril est le gros lot
votre nombril est le gros œil
du monde immondialisé
Vous en aviez rêvé
Nous l’avons fait !

, ,
rédaction

View my other posts

6 comments

  1. denishamel

    Acheter et lire un livre de poésie subventionné par le CNL, c’est pareil que acheter et lire un essai sur le pacifisme subventionné par Napoléon.

    Quand je suis dans une librairie et que je regarde un livre de poésie, si je vois la mention « ouvrage publié avec le concours du cnl » sur la page de garde, je dis « il faut rendre à Cézar ce qui est à Cézar ». Et je remets le livre sur l’étagère.

    Comme toutes les maisons closes, la maison de la poésie ne donne qu’aux riches.

    merci de votre attention.

    Denis Hamel

  2. Fabrice Thumerel

    En poésie ?… mais quels riches ? – voyons, voyons…
    Sans le CNL, nous n’aurions quasiment rien de ce qui n’est pas commercial !
    L’esprit critique qui doit nous animer présuppose un certain discernement – et de ne pas s’attaquer bêtement à ce qui favorise la libr-création…

  3. denishamel

    Le vrai but du cnl n’est pas de promouvoir la poésie, mais de l’étouffer. En effet la poésie doit s’édifier dans la sphère privée, individuelle d’autocréation, et non pas dans la sphère publique de soumission à une critériologie érigée en dogme par les valets de l’état capitaliste.

    merci de votre attention
    denis hamel

  4. Fabrice Thumerel

    La libr-création et la libr-circulation ne datent pas d’aujourd’hui – loin s’en faut ! -, et constituent une réelle alternative au circuit officiel. Mais il serait par trop simpliste d’opérer ce genre d’amalgame : ce qui appartient à la sphère privée est original ; ce qui est subventionné/édité est conformiste… Pour avoir visité de nombreux blogs privés de poésie (on le lit comme on veut…), je préfère cent mille fois les livres subventionnés par le CNL !

    Tout le problème est celui de la reconnaissance symbolique : à un moment donné, pour passer du simple loisir au véritable travail ce création, il faut passer par l’évaluation des milieux spécifiques…
    Et où avez-vous vu cette « critériologie érigée en dogme par les valets de l’état capitaliste » ??? La grande diversité des livres de poésie subventionnés par le CNL – et souvent chroniqués par LIBR-CRITIQUE – est une preuve objective du contraire…

    Une fois encore, de la mesure, de la mesure, de la mesure – avant toute chose… Faut observer, se renseigner, analyser, avant de fustiger tous azimuts…

  5. saihtaM

    Pour avoir parfois eu vent assez précisément du fonctionnement de certaines commissions du CNL (copinage, relations, etc.), je ne suis assez sceptique.
    Le plus souvent, on donne à des gens qu’on connaît déjà, ou qui bénéficient d’un soutien.
    Le CNL est effectivement une validation de l’état, et des « milieux spécifiques ».
    Ce n’est pas forcément positif, selon certains points de vue.
    Après cela ne m’empêche pas de lire les livres… Mais s’il s’agit d’un livre contestant d’une manière ou d’une autre ce qui est, je rigole doucement.

  6. Fabrice Thumerel

    On lit d’autant plus les livres subventionnés par le CNL que la plupart des écrivains français actuels les plus importants sont représentés !…
    Cela dit, il ne s’agit pas de nier l’évidence : dans ce domaine comme dans d’autres, il y a des réseaux et des (en)jeux de pouvoir… qui peut nier cette réalité sociale, à part les naïfs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *