[Texte] Julien Ladegaillerie, Lacrymogenèse (extrait)

[Texte] Julien Ladegaillerie, Lacrymogenèse (extrait)

octobre 8, 2019
in Category: créations, UNE
1 973 30
[Texte] Julien Ladegaillerie, Lacrymogenèse (extrait)

En avant-première, cet extrait d’un livre à paraître bientôt dans la collection « PLI » de Justin Delareux aux éditions Les Presses du réel : c’est bien dans le corps qu’il faut aller chercher la genèse de nos larmes – dans une langue tailladée…

 

stries d’échafaudage / les racines
de contradiction plantées / dans de
la terre de tête tamisée / le ciel / un trou

 

de bouche / pleine / de papier jumeau dont on
nous prive / au mitard

 

tenir / accroupi sous le givre / mâcheur

 

sur six cent kilomètres coma / notre corps le
motif humain / des vêtements qui nous porte
en rampant sans coudières / les tempes
bourdonnantes / le vertige / impression que dans le crâne un frère / appelle à l’aide / et déjà
vivre est ce / balancier permanent ligaturé au
fait de croire qu’on est soi / et seul

 

à cause du verre / pilé dans les jambes

 

il faut qu’on sorte d’ici / des neuf mètres
carrés de larsens / clôtures au niveau du
menton / bouchent les trous / de la maison /
des mains / naissent bandages

 
 

et de tesson / et de glu / visage ôté sans gants /
clinamen de clés dans une serrure pleine de
murs / de gravats / ces haines / arrachées en
partie / reconstituées plus loin

 

impossible d’/ aller / plus loin / une collection<-br />
de blessures / un poing / serré le désossement c’
est la preuve / incarcération

 

à l’intérieur la peur / entre / nous pénètre
perquisitionné par / ne pas le dire

 

en bandoulière du cri de / s’en aller des
couloirs en fonte en refuge de cervelle / les
débris des mains / dans le déplacement des
objets / oubliés dans les tiroirs / du ventre

 

s’arc-boutent / mâchoires les dents du bas
manquent d’espace / on nous a / déboulonné le
corps de l’air on s’est / dilué salement dans la
vie / on ferait mieux de se taire

, , , ,
rédaction

View my other posts

1 comment

  1. Musset paul

    ça pue le scotch: tape; au champ des phrases, miner des dépôts eux-mêmes gros d’explosifs solides, nous éludons le déclin de la guerre (la bonne) par désertisme sordide…
    le sordide n’est pas cet appel à la faim conjuguée mais cette main tendue vers d’autres chants, d’autres déserteurs, parallèles, cloisonnés dont on éprouve l’écoeurement, les échos qui résonnent et nous intiment d’approcher l’oreille droite du mur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *