[archives Donguy] Live in Sao Paulo

[archives Donguy] Live in Sao Paulo

janvier 7, 2010
in Category: audiocast poétique, UNE
0 127 0

  [En partenariat avec Etienne Brunet et Jacques Donguy, nous publions en parallèle du site http://www.donguy-expo.com  l'audio-poème de Jacques Donguy et d'Etienne Brunet du live de Sao Paulo [septembre 2009] qui est issu des archives de Jacques Donguy. En effet, il nous a semblé important de rendre le plus possible visible ces archives sur la poésie expérimentale et numérique, au sens où jacques Donguy, comme il l’a montré dans son livre sur la poésie expérimentale aux Presses du réel, est l’un des rares témoins à avoir enregistré et filmé systématiquement depuis maintenant plus de 30 ans les lectures et performances publiques. Libr-critique remercie infiniment ces deux créateurs de leur confiance.] Intégralité du disque Son@rt 049
Jacques Donguy (voice)
Etienne Brunet (live electronic )
recorded 20th september 2009 at "The Casa Das Rosas" Sao Paolo

Le concert a eu lieu le dimanche 20 septembre 2009 à la Casa das Rosas – Espaço Haroldo de Campos, lieu situé sur la Paulista à Sao Paulo  au Brésil, en présence du grand poète concrétiste brésilien  Augusto de Campos, qui est aussi un musicologue et l’auteur en 1977 d’un Penthexagramme pour John Cage. Textes de 1986 en quasi boucles, textes plus récents, sorties imprimante à base de "found poetry", Framatome ou autres, exploration de la transparence du monde à travers Hubble ou le cyclotron, où seule la voix mécanisée par le vocoder laisse filtrer malgré elle une part de sensibilité. Voix live accompagnée de fragments  en boucle de voix en écho de Deleuze ou de Filliou. A ce concert participaient aussi Philippe Boisnard, par des typographies en 3D traitées en pure data, et Jean-François Bory à travers un enregistrement sur DVD. Donc plusieurs générations, de la Poésie Visuelle à la Poésie Numérique.

Jacques Donguy, octobre 2009

Je tapote un rythme de samba sur un urinoir numérique. L’urinoir, une soucoupe de faïence blanche navigue vers une planète du système solaire : sons modélisés sur un synthétiseur virtuel. Sons arbitrairement nommés Pluton, Saturne, Duchamp, Vénus, etc. Le bruit de fond de l’espace musical est une galaxie d’échantillons des voix de Virilio, Bory, Dufresne et une pléiade de poètes contemporains. La voix de Jacques Donguy est transformée par un vocodeur en étages harmoniques “la, ré, do” issus des initiales d’Augusto de Campos : ADC dans la notation anglo-saxonne. Ces trois notes dessinent la ligne de basse en réponse à la mélodie : “do, la, sol, mi”, lettres initiales de CAGE. Ces lettres lues à l’envers génèrent le deuxième renversement de l’accord “la” mineur septième, souvent utilisé dans la musique populaire. Cette partition-participation jouée à la “Casa das Rosas” de Sao Paulo est improvisée en temps réel, contrôlée par le logiciel “Live” d’Ableton.
Etienne Brunet, Octobre 2009

 

, , , , , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>