[Chronique] Benoît Casas, Précisions, par Bruno Fern

[Chronique] Benoît Casas, Précisions, par Bruno Fern

mars 7, 2019
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
2 991 25
[Chronique] Benoît Casas, Précisions, par Bruno Fern

Benoît Casas, Précisions, éditions NOUS, Caen, collection « Antiphilo-sophique », 2019, 386 pages, 22 €, ISBN : 978-2-370840-63-9.

Une fois encore, cet ouvrage de Benoît Casas est celui d’un dévoreur de livres (1) qui tire la matière même de son écriture des textes qu’il a lus. D’autres que moi, ici ou là (2), ont déjà exposé la méthode utilisée, à savoir le montage de prélèvements uniquement issus de notes de bas de page, méthode qui fut inventée, comme le rappelle l’auteur lui-même, par Gérard Wajcman. Cela dit, au-delà d’une performance textuelle qui pourrait s’inscrire dans le cadre des jeux oulipiques, il s’agit d’une véritable réussite, aussi bien à l’échelle de chacun des textes (qui, tenant sur une seule page, comportent entre deux et douze énoncés) qu’à celle de l’ensemble qu’ils forment indéniablement, ce que la numérotation de chaque fragment vient souligner.

Bien entendu, le titre peut au moins se lire de deux façons : la première tient à la nature des éléments prélevés car en règle générale une note de bas de page sert à fournir des précisions qui, dans le cas présent, se rapportent paradoxalement à un vide puisque le texte de départ est absent et qu’en dehors de quelques exceptions il semble impossible de l’identifier ; la seconde renvoie au travail minutieux de l’auteur grâce auquel chacune de ces 2458 pièces a été insérée dans le mécanisme tout en y ménageant du jeu. De ce fait, le lecteur se retrouve face à une imprécision calculée ou, si l’on préfère, à une suite de calculs aléatoires – et il y a incontestablement plus d’un coup de dés là-dedans, Mallarmé étant présent tout du long, ainsi que Lucrèce, et ce dès les citations liminaires où est affirmée la volonté de (se) lancer pour inventer du neuf.

Sur les deux tiers inférieurs de chaque page – le tiers laissé en blanc correspondant au(x) texte(s) manquant(s) – sont donc disposées des lignes qui constituent un texte, ce dont peuvent témoigner plusieurs indices. Tout d’abord, on distingue souvent un début et une fin : par exemple, on passe de « 1326. Aux jours brefs : en hiver. » à « 1330. Aux jours longs : en été. » ou de « 1989. [« Erotica »] » à « 1996. Il y a du phallus dans l’air. » ; par ailleurs, d’autres textes présentent une forte cohérence thématique : ainsi le Witz pour celui de la p. 131. De plus, au fil du livre, on entrevoit de multiples lignes de force : l’amour, la mort, les questions politiques, la lecture, etc., sans oublier l’écriture mise en œuvre, tant nombreuses sont les allusions au protocole choisi et notamment à la disparition élocutoire de l’auteur qui en résulte, même si cette dernière est relative : « 1608. Le décentrement du sujet implique un « sujet vide », et non une fin (une disparition) du sujet. » En effet, si le corpus requis (où dominent la littérature, la philosophie, l’histoire de l’art et la psychanalyse), la récurrence de certains traits biographiques (par exemple, l’Italie et sa langue) et les partis pris (« 649. En particulier parce que le système hégélien n’a pas laissé d’éthique et, par conséquent, ne sert à rien. / 650. On peut adresser à la philosophie de Heidegger les mêmes reproches. ») évoquent l’individu singulier Benoît Casas, l’objectif d’atteindre, selon la fameuse formule de Gertrude Stein, « l’autobiographie de tout le monde », est régulièrement rappelé : « 621. C’est le va-et-vient incessant entre le particulier et le général. » ou bien encore « 1183. On pourrait étendre cette réflexion au statut mouvant de la personne dans le chœur antique grec, qui transite sans fin du nous au je. »

Cette fluctuation fondamentale est pareillement sensible dans l’intervalle plus ou moins grand entre chacun des fragments qui, pour certains, tendent à l’aphorisme (3) : on relève des suites apparemment logiques, voire syntaxiquement compatibles, comme si une phrase originelle avait été simplement segmentée (« 2419. Les formes pour les larmes. / 2420. Se séparent en une averse. / 2421. Et puis descendent de nouveau. / 2422. Presque comme toute chose »), mais également des enchaînements dont l’étrangeté donne d’autant plus matière à penser : « 801. La linguistique structurale consiste elle aussi à ramener toute propriété à une relation. » / « 802. « Le Néant condensé en Mystère, bulles du rien dans les choses… » / « 803. Elle dut alors traverser son propre manque de réponses. » Ces décalages permettent parfois de faire preuve d’humour : « 508. « Pris dans son tout, le langage est multiforme et hétéroclite. » F. de Saussure, Cours de linguistique générale. » / « 508. Le panettone est une brioche fourrée de raisins secs et de fruits confits. »

De ce livre « labyrinthe », « fourmilière », « poème-puzzle », « toile d’araignée », « fantastique magasin de bric-à-brac », qui ne saurait avoir de fin, le lecteur sait qu’il n’est heureusement pas près de sortir : « 135. La complète intelligence de ce qui suit exige bien sûr qu’on relise ce texte. »

(1) « 995. Quelle nourriture ! Riche en calories et en vitamines mentales ! »
(2) Voir les sites Sitaudis, Poezibao et Diacritik.
(3) Ce dont l’auteur est conscient, Lichtenberg étant cité à plusieurs reprises.

, , , , , , , ,
rédaction

View my other posts

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *