[Chronique] Erections de Barbara Polla, par Jean-Paul Gavard-Perret

[Chronique] Erections de Barbara Polla, par Jean-Paul Gavard-Perret

novembre 27, 2016
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
2 1751 12
[Chronique] Erections de Barbara Polla, par Jean-Paul Gavard-Perret

Barbara Polla, Éloge de l’érection suivi de Lycaon, apologie du désir de Dimitris Dimitriadis (traduction Michel Volkovitch), Bruxelles, Editions Le Bord de l’Eau, Collection "La Muette", novembre 2016, 160 pages, 20 €, ISBN : 978-2-35687-486-3.

Qu’on ne s’y trompe pas, Barbara Polla ne fait pas dans l’érotisme pur ou « étroit ». Ce qui compte pour elle est « de faire bander un pays ». Pas n’importe lequel : la Grèce. Revisitée depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. A travers diverses contributions et à travers l’œuvre de Dimitris Dimitriadis qui précise le concept érectile : « Pour moi l’érection est le contraire de la dépression. L’érection est un état intérieur général où l’on se trouve en position debout. Mais en même temps on est plein. C’est un hymne acathiste, l’érection. On n’est pas assis, on n’est pas à l’aise, on est tout en haut. Et l’image de l’érection donne cette dimension : on est prêt à éjaculer. Donc à créer ». En une telle posture, non seulement l’être mais la société grecque abattue se relève et s’érige.

Quant à la maîtresse genevoise de cérémonie, pour parachever ce livre, elle offre un temps lyrique non sans humour dans ce qui tient d’une fable. Les hommes « bandaient dans la ville et les femmes heureuses et les jeunes gens les regardaient et les aimaient bandant elles aussi eux aussi et ensemençant jusqu’aux rues de la ville et les fruits jonchaient les rues ». Barbara Polla prouve la nécessité de ce qui est non seulement l’objet de procréation mais qui devient un sujet politique et sensuel de révolte d’anarchie, de rituel d’incarnation. Il mélange le chaos et l’ordre, la perte de maîtrise mais l’envers de l’aliénation par « élévation ». Il n’est donc pas jusqu’à l’écriture féminine d’appeler à cette figure qui « renforce le désir, prolonge l’attente et augmente l’impatience pour le moment où ce qu’on appelle écriture va enfin devenir le blanc achèvement du Siècle ne laissant plus rien à celui qui s’est chargé de l’œuvre » (Maria Efstathiadi). Preuve que l’érection n’est pas affaire d’hommes.

, , , ,
rédaction

View my other posts

2 comments

  1. Pingback: LIBRE CRITIQUE | Le Nouveau Blog de Barbara Polla

  2. Pingback: LIBRE CRITIQUE | Je bande comme un pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>