[Chronique] Fabrice Thumerel, Les aventureux de Tinbad : une restauration littéraire ?

[Chronique] Fabrice Thumerel, Les aventureux de Tinbad : une restauration littéraire ?

février 20, 2017
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
6 2035 8
[Chronique] Fabrice Thumerel, Les aventureux de Tinbad : une restauration littéraire ?

Les Cahiers de Tinbad, revue bi-annuelle, Paris, 14 € la centaine de pages : du n° 1 (hiver 2016) au n° 3 (hiver 2017).  // Guillaume Basquin, (L)ivre de papier, Tinbad, 2016, 240 pages, 21,50 €, ISBN : 978-2-9553035-3-5.

"Et si c'est terminé, qu'est-ce qu'on va devenir ?
Devenir moderne trop tard, c'est idiot" (Olivier Cadiot, Providence, P.O.L, 2015, p. 83).

C'est toujours un plaisir que de découvrir une nouvelle revue et/ou maison d'édition. Qui plus est si elle se propose de poursuivre l'aventure des avant-gardes, chose pas si courante de nos jours. On lit donc de près le programme affiché dans l'en-tête du site des éditions Tinbad :

"On trouve cette assonance de Sinbad (le Marin) dans une suite de jeux de mots dans Ulysses de James Joyce, livre exemplaire de l’écrivain qui a poussé le plus loin les recherches en modernité formelle dans la Littérature. Oui, les avant-gardes sont défaites et défuntes, tout le monde a abandonné ce combat-là ; mais on peut encore en raconter l’histoire, sans se contenter pour autant de « mâcher les reliques du savoir » comme disait Laurence Sterne dans son Tristram Shandy. Nous nous sentons une cause commune avec les premiers Cahiers de l'Herne  : la remise au goût du jour de la création littéraire la plus contemporaine ; aussi lancerons-nous une revue, irrégulière, qui sera un atelier pour les futures publications : Les Cahiers de Tinbad. Nous publierons aussi des essais très littéraires et personnels sur les ultimes œuvres s’inspirant de la dernière avant-garde littéraire, « Tel Quel ». Comme nous estimons que les deux décennies s’étalant entre 1910 et 1930 (Futurisme, Dadaïsme, Surréalisme, Proust, Joyce) constituent  la période la plus féconde en modernismes de notre Histoire et que c’est donc de là qu’il faut repartir nous ne nous interdirons pas de publier des inclassables qui seraient au croisement de la poésie et du roman moderne : un violent « je » autobiographique sera recommandé et même essentiel".

Certes, on tique bien un peu : emboîter le pas aux avant-gardes revient-il à opérer un retour sur ("remettre au goût du jour", "repartir") ? Tel Quel n'est pas la dernière avant-garde historique, mais le groupe TXT (Prigent, Verheggen, Novarina, Clémens, Minière, Frontier, Le Pillouër...), dont l'impact sur le champ est actuellement bien plus important. Par ailleurs, avoir pour ligne éditoriale le lancement d'"inclassables" - lieu commun de la critique journalistique - peut prêter à sourire... D'autant que la seule précision nous renvoie dans le topos (post-)moderniste : l'écriture à la première personne - et l'on sait à quelles dérives autofictives elle a pu donner lieu... Mais sont pour nous rassurer le (L)ivre de papier de Guillaume Basquin - "montage général polyphonique de l'histoire littéraire" (p. 25) qui mérite le détour -, la belle tenue de certains textes, les ouvertures sur le cinéma, les contributions de Philippe Jaffeux et de Jacques Cauda - sur les derniers livres desquels nous reviendrons bientôt... Assurément, la revue porte l'empreinte de son directeur, Guillaume Basquin : "les écrivains les peintres et les cinéastes ne se parlent plus il y a bien encore des individus isolés à l'avant-garde de leur art philippe garel jean-luc godard pierre guyotat de ce côté de l'atlantique jonas mekas thomas pynchon de l'autre mais ils sont très isolés" ((L)ivre de papier, p. 69).

On s'aventure donc plus avant, confrontant l'édito du premier numéro de la revue à la présentation éditoriale du site et au contenu des trois numéros parus... C'est alors qu'aussitôt apparaît cette stratégie élémentaire qui consiste à noircir le tableau pour mieux rayonner : heureusement que Tinbad arrive, car tout fout le camp... Les "revues littéraires en France aujourd'hui : un mélange pas détonnant du tout d'idéologie, de politique et de dossiers en béton armé autour de grands auteurs du passé"... "Les lettres françaises aujourd'hui ? Un véritable lieu de restauration esthétique à tout va, inimaginable désert métaphysique !" Et là on se frotte les yeux : de quels lieux parlent-ils, à part médiatiques - mais autant enfoncer des portes ouvertes ou s'attaquer à des moulins à vent ? Dire que nombreux sont les critiques et/ou chercheurs à courir après le temps vu le nombre de revues et de créations inventives à explorer... Quant au numérique, c'est tout un et c'est l'ennemi numéro un : Facebook-Twitter-blogs-revues en ligne, c'est le même désert - que n'arpente plus grand monde... Fabrice Pastre emboîte le pas à Guillaume Basquin pour fustiger - non sans talent, du reste - l'"uniformisme virtuel"... Mais comment peut-on sans ciller asséner autant d'âneries ? Quelques années après la querelle entre poésie en vers et poésie scénique (voir Disputatio), assistons-nous à une nouvelle étape de la restauration littéraire ? Qui peut sérieusement avancer que l'inventivité est consubstantielle au support - que l'écrit-sur-le-papier est forcément meilleur que toute publication numérique ? Et si ces aventuriers littéraires étaient un peu aventureux ? Pour la petite histoire, voilà où conduit ce parti pris aveugle pour le Tout-papier : "De l'amour choit, je me dégoûte à petit feux / Pour ne pas la nier elle, il me faut l'atteindre / L'existence de cet acte enjoint de l'éteindre / J'émèche mon sursis, tombe à l'auge -aune d'eux"... Au ridicule, donc. Que le texte soit dactylographié à la vieille machine à écrire, est-ce une raison suffisante ?

Au reste, les lieux numériques ne sont pas tant boudés que cela : ils peuvent toujours s'avérer utiles... C'est précisément sur un blog autour de Sollers que Guillaume Basquin recense un livre de Pascal Boulanger, lequel l'encense dans le dernier numéro des Cahiers de Tinbad : "La démesure littéraire manque à notre panorama. Il fallait ce nom propre : Guillaume Basquin"... Mais ce n'est pas le seul : Cyril Huot admire la folie de celui qui ose défendre le livre de papier et écrire un livre de 95 500 mots sans aucune respiration (comme c'est nouveau, non ?!) ; Murielle Compère-Demarcy va plus loin encore, décortiquant en six pages ce chef-d'œuvre (de quoi couper l'herbe sous le pied au moindre critique volontaire !)... Au plan de l'autopromotion, la Maison fait mieux que dans le système éditorial rejeté.

Outre ces pratiques curieuses dans ce type d'entreprise indépendante, on peut déplorer un modernisme navrant (on y apprend qu'Artaud c'est "effarant de vérité")... un aristocratisme hautain, un moralisme élitiste pour s'attaquer à l'actuelle nullité éditoriale et, plus généralement, démocratique... aux intellos de gauche, au bon-sentimentalisme d'Al dante qui s'engage auprès des Roms, à "la clique cultureuse, narcissique et néo-progressiste"... Et si leurs véritables tentations étaient Cioran et Nabe ?... Et quand on sait que Laurent James, entre autres dans l'équipe, est un proche de Soral, présent sur le site Égalité et réconciliation... Alors, on comprend leur stratégie : se nimber de l'auréole "anti-système" pour rallier le plus d'esprits critiques possible dans le champ... Qui sait, en ces temps de confusionnisme axiologique, ça pourrait marcher, hein ? Leur propre arme critique se retourne contre eux, ces antimodernes : s'il y a "un véritable lieu de restauration esthétique" et politique, ne serait-ce pas chez Tinbad ?

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

View my other posts

6 comments

  1. Basquin Guilaume

    Précision historique : ma chronique du livre de Pascal Boulanger, « Mourir ne me suffit pas », a été d’abord publiée par « Recours au poème », puis reprise sur pileface.com. Et, Vive la critique sur Internet ! (J’ai, à ce sujet, changé complètement d’avis. Il n’y a que les idiots qui etc…)

  2. Pascal Boulanger

    C’est le problème avec les petits flics malveillants, leurs fiches ne sont pas à jour. Précisons à l’enfant de Bourdieu que ma lecture des livres de Guillaume Basquin précède son bel article publié sur la revue en ligne : « Recours au poème ». Précisons aussi que je n’ai jamais négocié mes passions littéraires. Toute mon activité critique et poétique, depuis 30 ans, le prouve. Et oui Fabrice Thumerel, je suis libre d’attaches idéologiques et institutionnelles, ouvert à des expériences d’écriture parfois à l’opposé des miennes (et capable de lire et de chroniquer des oeuvres de Prigent comme de Jean-Pierre Lemaire). Résister aux oukases et aux clôtures psychologiques et sociologiques a été et demeure ma ligne de conduite. Mais qu’a lu F.T. de mes travaux poétiques et critiques ? Rien bien entendu.

  3. Mercier Christelle

    Droit de réponse : 1/ Les notes de Pascal Boulanger sur « (L)ivre de papier » précèdent de plusieurs mois le texte de Guillaume Basquin sur « Mourir / ne me suffit pas ». 2/ Laurent James n’a rien à voir avec Alain Soral, rien du tout. Ce n’est pas de sa faute si certains de ses textes (d’ailleurs tous très bons) sur Marc-Edouard Nabe ont été, à l’époque, relayés par lui. Merci.

  4. Fabrice Thumerel (author)

    L’avantage du numérique est d’être engagé de fait dans un work in progress : suite à vos réactions, j’ai donc précisé certains points.

    Je n’ai donc plus rien à ajouter ni à retrancher : l’article est nuancé et argumenté.

    Pour le reste, ce n’est pas sérieux :
    * Sans aucun plan de navigation – naviguant à vue -, Guillaume Basquin lance une revue contre le numérique et pour le Tout-papier… pour nous dire maintenant, sans plus de circonspection, qu’il est à fond pour le Net…
    * La réception du livre de Guillaume Basquin se circonscrit essentiellement dans la revue même LES CAHIERS DE TINBAD… On n’est jamais mieux servi que dans l’entre-soi !
    * Bien entendu, être fasciné par Nabe n’est pas révélateur…

    Que d’inconséquences !
    Cela dit, libres&critiques, nous oeuvrons toujours sans a priori : je vais poster une chronique de JP. Gavard-Perret sur COMILÉDIE de Jacques Cauda – dernière publication de Tinbad.

  5. Mercier Christelle

    Après un texte de Françoise Favretto, Directrice des éditions l’Atelier de l’agneau, sur « (L)ivre de papier » paru dans « Zone Critique » le 28/02/2017, nous nous réjouissons d’un autre texte à venir dans la prestigieuse revue « Europe », par Claude-Raphael Samama, avant l’été.

  6. Fabrice Thumerel (author)

    Tant mieux pour le livre de G. Basquin, que je n’attaque pas – mais les pages autopromotionnelles devraient rester majoritaires, non ?
    Vous pourrez vous réjouir de découvrir sur LIBR-CRITIQUE un dossier sur L’Atelier de l’Agneau, précisément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>