[Chronique] François Bordes et Ann Loubert, Cosa, par Jean-Paul Gavard-Perret

[Chronique] François Bordes et Ann Loubert, Cosa, par Jean-Paul Gavard-Perret

juin 30, 2017
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 951 10
[Chronique] François Bordes et Ann Loubert, Cosa, par Jean-Paul Gavard-Perret

François Bordes et Ann Loubert, Cosa, L'Atelier Contemporain, printemps 2017, 80 pages, 15 €, ISBN : 979-10-92444-47-6.

Cosa est une fin d’histoire, sa perte : libération ? : peut être. Une lutte ? Sans aucun doute. Dans un pays intérieur et un paysage faits de brûlures et de glaciations rôde un fantôme. Pas n’importe lequel. Mystique et tellurique.  Bordes et Loubert  l’évoquent en reliant des extrêmes : finesse du trait, dureté de la pierre.

Les deux créateurs font beaucoup avec peu. Ils ouvrent des fondrières où la lumière noire s’évade plutôt que de s’amenuiser. Ils ne cherchent pas forcément l’éclaircissement, mais témoignent de la complexité de l’existence. Leur Cosa est aussi mentale qu’affective, c'est la présence de l'absence, le pays de naguère qui est allé retrouver son sillage vers une autre parallèle.

Reste un vide de matière. Les traits et les mots ne le bouchent pas forcément. Demeure un état vibratoire et un vertige. L'image tente de trancher ce que les mots ont du mal à séparer. Reste la perte en gestation. Peu à peu elle est comme une certitude qui brise le carcan de l’idée. Si bien que le livre place en deux feux. Les auteurs tentent de se refaire la peau d'un autre perdu et éternel.

C'est une affaire très complexe, expérimentale et nécessairement évolutive dans ce jeu entre les lignes qui rayonnent sur, dans la matière de. Mais l’unité du livre est celle de la vie et d’un flux ordonné jusque là par l’énergie d’un noyau ou d’un foyer.

Mais viennent les temps d’une forme d'écart ; de spatialité particulière loin d'une conjonction intime. Celle des deux auteurs voudrait la remplacer : les lignes proposent les éclaircies déchirantes. Il y a chaque fois l’esquisse et la totalité d’une fuite impossible puisque l’image n’est plus indivise mais divisée.

Le peu provoque un excès de réalité, une ouverture partielle d’un fragment du réel traversé là où rien n’est projet ou attente. L’événement n’est que celui que l’instant apporte dans l’action réciproque entre les mots et les images qui se voudraient les tenseurs du temps.

François Bordes et Ann Loubert proposent donc une unité harmonique particulière qui émerge le franchissement de ce qui apparemment - et dans une rondeur initiale - semblait parfait, immuable. C’est ainsi qu’un éternel présent affleure de la profondeur de l’absence. Elle se creuse et l’image et les mots ne peuvent qu’en relever encore les indices.

, , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>