[Chronique] Philippe Jaffeux, Autres Courants blancs, par Emmanuèle Jawad

[Chronique] Philippe Jaffeux, Autres Courants blancs, par Emmanuèle Jawad

février 3, 2015
in Category: chroniques, UNE
0 2890 25
[Chronique] Philippe Jaffeux, Autres Courants blancs, par Emmanuèle Jawad

Concernant Philippe Jaffeux, voici le second volet d’un double diptyque : le second volume des Courants blancs et la chronique d’Emmanuèle Jawad à lire dans le prolongement de son Grand entretien avec l’auteur.

Philippe Jaffeux, Autres courants, Atelier de l’Agneau, St-Quentin-de-Caplong (33), janvier 2015, 80 pages, 16 €, ISBN : 978-2-930440-82-8.

 

Autres courants, dans la composition d’un diptyque avec Courants blancs, poursuit sur une même structure (70 blocs textuels de 26 phrases), selon les mêmes modalités (à l’aide d’un dictaphone), un agencement de propositions mettant en relation des contraires au sein d’une même phrase. On notera la couverture du livre symétrique, en pôle opposé ou négatif, à celle de Courants blancs. Ces énoncés rejoignent les suites paradoxales de Courants blancs, dans l’introduction, au sein d’une même phrase, de ce qui pourrait être des pôles négatifs et positifs d’une même notion (ainsi visible/invisible, sur la notion de temporalité : futuriste/passé ; sur le lien : attacher/quitter ; sur la notion de construction : brique/ déconstruit, etc.), champs lexicaux recouvrant, au sein de chacun d’eux, une dualité, une « magie binaire ». De cette logique structurante, commune à ce diptyque1 mais sans doute ici moins radicale, Autres courants s’en déporte, par endroits, dans une sensibilité accrue, introduisant ainsi aux côtés de l’abstraction des notions mises en équation, des affects, émotions (notamment peur, angoisse).

 

La construction des propositions s’opère dans une mise en correspondance de deux segments coordonnés, en référence à la structure du contrepoint (la superposition de deux thèmes en constituant un troisième). Ce deuxième segment d’une même phrase, dans Autres courants, peut être également explicatif, dans un renforcement sémantique alors du premier. Ainsi : « Les mots de sa terre perdaient leur sens car sa planète tournait autour d’un monde absurde » , ou encore : «  La réalité de sa page était d’autant plus angoissante qu’il imaginait la solitude d’un vide féerique ». La mise en relation de contraires, de registres ou domaines de références différents, peut s’établir d’un segment à l’autre ainsi qu’à l’intérieur d’une même segmentation de la proposition (ainsi associant vie mentale/corporelle : « présence psychique de son corps »).

 

La spiritualité, la notion de sacré, prégnantes dans l’ensemble du texte, la représentation d’un espace («univers», « chaos ») avec ses différents éléments (eau, feu, air) ainsi que, sur un autre axe, l’écriture dans sa matérialité et ses éléments spécifiques (interligne, page, lettre, alphabet, ordinateur) restent les motifs structurants de l’ensemble. L’alphabet, s’il est énuméré par la réitération du mot « lettre », conserve une entité propre, abstraite, que Philippe Jaffeux relie au sacré (« l’alphabet purifiait sa parole chaotique », « alphabet féérique »). L’étendue du lexique se rapportant à la spiritualité et au sacré est considérable (« prophéties », « les Dieux », « terre sacrée », etc.). La notion de sacré se rapporte également aux nombres (« nombres divins ») et aux animaux, tissant des liens avec une temporalité éclatée (rapport à la préhistoire, à la genèse « l’homme à l’image des nombres », à notre contemporanéité).

 

Si l’on retrouve la structure et l’ensemble des motifs présents dans les précédents livres de Philippe Jaffeux (structure des Courants blancs, divers motifs communs à Alphabet également), des écarts se produisent dans une forme d’assouplissement des énonciations paradoxales par l’introduction ou la présence marquée de certains motifs moins portés vers l’abstraction (en particulier celui du corps). L’expérimentation formelle ne se soustrait pas à la rigueur des propositions, leur structure, mais les accompagne dans l’introduction de jeux sonores, homophoniques, orthographiques (« le hasart » faisant lien avec Courants blancs), détournements (phrase en miroir).

 

 

De cette composition rigoureuse, parfaitement maîtrisée, les séries formant blocs textuels se trouvent jalonnées par de superbes propositions qui font lien et que l’on peut isoler (« Des octets transparents cristallisent le grain d’une page qui recueille le sel d’un vide numérique. »).

 

1 Terme employé par Philippe Jaffeux concernant Courants blancs et Autres courants.

, , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *