[Chronique] Un poème écrit à la vitesse de 3 cm par minute (à propos de S. Moussempès, Sunny girls), par François Crosnier

[Chronique] Un poème écrit à la vitesse de 3 cm par minute (à propos de S. Moussempès, Sunny girls), par François Crosnier

avril 2, 2015
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 1638 24
[Chronique] Un poème écrit à la vitesse de 3 cm par minute (à propos de S. Moussempès, Sunny girls), par François Crosnier

Voici le second volet du diptyque consacré au dernier livre de Sandra Moussempès, Sunny girls : une chronique de François Crosnier qui met en évidence le fait poétique même. [Premier article sur Sunny girls ; autre article de F. Crosnier sur A. Moussempès]

Sandra Moussempès, Sunny girls, Flammarion, février 2015, 216 pages, 17 €, ISBN : 978-2-0813-4191-3.

 

Comme l’héroïne dans la scène finale de Zabriskie Point (Antonioni 1970) – film générationnel, dont le texte qui donne son titre au livre apparaît comme un commentaire décalé –, Sandra Moussempès observe les retombées au ralenti des éléments du récit épique qu’elle a fait exploser :

 

J’ai décidé d’écrire ce poème à la vitesse de trois centimètres par minute

 

Rien d’étonnant, dès lors, que la construction de Sunny Girls relève du mouvement brownien (comme s’intitule la cinquième partie de l’ouvrage, qui en compte quinze) plutôt que d’une trajectoire linéaire. Et certes, le lecteur est averti d’emblée que rien ne doit être explicable si l’explication est la seule chose qui reste.

 

Certaines lignes apparaissent cependant avec évidence, et tout d’abord l’ancrage autobiographique matérialisé par des lieux (j’habitais Londres, puis de nouveau Paris), par des fragments de passé tantôt clairs :

 

Punks en 78 à Worthing. J’ai 13 ans, en discothèque je danse le slow avec un garçon dont le copain me plaît davantage je rentre manger dans la maison de brique de la jelly et des spaghettis on toast, chaque nuit dans ma chambre, j’entends une clé tourner dans la serrure

 

tantôt énigmatiques (l’auteur affirmant ne choisir que par distillation des éléments portés à votre connaissance) :

 

 J’ai pensé à la « nymphette » de treize ans que je fus / Avec un bruit de fusil derrière moi, un bruit pour seul compagnon / Et ce n’est pas une métaphore

 

et par un poème entier (Cluedo) qui évoque de nouveau, comme dans Acrobaties dessinées, la figure paternelle.

 

L’humour ensuite, qui est consubstantiel à la poésie de Sandra Moussempès, fait de fantaisie :

 

mad men, mad cow, madly in love, mad’moiselle 

 

de rapprochements cocasses :

 

un cerveau

un oeuf

un insecte

un employé de banque

 

ou d’autodérision :

 

Ensuite ils s’expliquèrent sur la façon d’amener du monde aux lectures de poésie et du monde il y en eut davantage lorsque de poésie on passa à performance zodiacale / Et de patience psychique à ambiance post-transcendantale

 

Mais là n’est pas l’essentiel. On sait que tout recueil de poèmes est plus ou moins délibérément un Art Poétique, et Sunny Girls, à cet égard, est probablement le plus explicite de tous les livres de Sandra Moussempès. Sans entreprendre le relevé exhaustif des passages qui renvoient à l’écriture même – ils sont trop nombreux –, j’emprunte à la section VIDEOGRAPHIA les trois propositions suivantes (extraites du texte L’illusion des dernières choses) :

 

Faut-il attendre une REPONSE, on écrit ce qu’on pense vouloir écrire parfois on arrête d’écrire pensant frôler la volonté d’écrire

 

En ne sachant pas ce que j’écris du livre futur, dans les moments d’attente, je deviens ce qui sera écrit plus tard

 

Une fois introduite dans une proposition la volonté d’écrire devient déjà une abstraction co-écrite

 

Je voudrais, par ces citations, attirer l’attention sur quelque chose qui dépasse le dispositif biographique/fictionnel/fantasmatique mis en œuvre de manière récurrente par l’auteur dans cet ouvrage et dans les précédents, et largement commenté ailleurs. Ces affirmations définissent en effet une poétique subtile où la « volonté d’écrire » est déjà écriture, où le corps même de l’écrivain devient écriture (corpoème selon la belle expression de Jean Senac). Peut-être marquent-elles l’amorce d’une évolution dans le travail de Sandra Moussempès.

 

, , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>