[Libr-relecture] Sandra Moussempès, Beauty Sitcom/Acrobaties dessinées, par Emmanuèle Jawad

[Libr-relecture] Sandra Moussempès, Beauty Sitcom/Acrobaties dessinées, par Emmanuèle Jawad

août 23, 2014
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 2497 37
[Libr-relecture] Sandra Moussempès, Beauty Sitcom/Acrobaties dessinées, par Emmanuèle Jawad

En addendum à la chronique de François Crosnier sur Acrobaties dessinées de Sandra Moussempès (éditions de l’Attente, 2012) et à l’extrait proposé par LC du CD Beauty sitcom ("Récipient de métal vert", avec Kristin Prevallet), voici une libr-relecture du CD Beauty sitcom qui accompagnait le livre Acrobaties dessinées.

 

Neuf audio-poèmes comme autant de pistes d’une véritable bande-son, sous le titre Beauty Sitcom, sont proposés à l’écoute dans un CD accompagnant les Acrobaties dessinées de Sandra Moussempès. L’enregistrement ne semble requérir l’appui du texte dans sa lecture, se suffisant à lui-même, les éléments qui se déploient dans l’espace sonore captant entièrement l’attention de l’auditeur.

 

Dans la performance, la voix live de Sandra Moussempès s’inscrit dans le tissu des voix enregistrées et de l’électro-acoustique. Le traitement des sons, dans leur agencement et montage, combine voix récitantes (parlées),voix chantées (mélodies) et sons électro-acoustiques, provoquant des images mentales qui pourraient être cinématographiques.

 

Les voix, dans le tissu sonore constitué, se fondent, superposées comme autant de fondus enchaînés visuels, et se détachent alternativement, lorsque l’une d’elles prend le dessus en une voix unique murmurée ou une voix narrative, récitante (exclusive alors, laissant s’effacer les autres constituants sonores).

 

Les voix de Sandra Moussempès se mêlent le plus souvent (chants empreints de sensualité, récits, bruitages vocaux, sons) formant les différentes couches sonores d’une bande-son dans laquelle l’écho et la répétition ou les effets de boucle participent à l’étrangeté, concourant à l’envoûtement progressif de l’auditeur. Ainsi, à l’écoute de la piste 1 de Beauty sitcom, la réitération du motif « Scarlett Scarifiée Sacre Simulacre Stupre », leitmotiv avec réitération homophonique au sein même du motif, avant d’être délaissé, dans sa clôture, pour le chant, la mélodie.

 

Certains titres des audio-poèmes ainsi que différents textes enregistrés se réfèrent à un lexique cinématographique (Remake, piste 6, ainsi que la piste 2 dont le texte se trouve en prise avec des préoccupations cinématographiques) remettant en situation des notions visuelles et sonores (titres Résurgences momentanées des sensations visuelles et Partition Haneke).

 

Dans le maillage sonore, une voix est prélevée, dominante un temps, le fond sonore interrompu, laissant clairement entendre la voix de narration, dans des coupes soudaines ou des légers décalages de bribes différées, répétées. Voix multiples : le chant, que l’on pourrait imaginer surgir d’un continent lointain (Asie ?) ou encore, voix chantées, souvent en langue anglaise, enfin une voix pouvant être celle de l’engagement, énumérant, dénonçant (« le capitalisme, l’obsession, la domination patriarcale etc… »).

 

Avec la voix de Sandra Moussempès alterne, se répondant et s’imbriquant, la voix américaine d’un récit de Kristin Prevallet (piste 4).

Le son convoque l’image dans son absence, « l’écran noir »(piste 5).

Le texte énoncé dit « la fonction de l’obscurité ».

 

La mise en abyme est ici celle conjointe des images et des sons « un homme regarde un film se sachant filmé ». Le récit entendu est celui évoquant une suite d’images (filmiques).

Les voix du récit, d’un réel, appellent les registres de l’imaginaire.

Echos et vibrations viennent altérer la clarté de la voix récitante soumise à des modulations de volume articulées sur la « rythmique répétitive » du texte.

 

Davantage que la partie sonore d’un texte, Beauty Sitcom s’apparente au travail d’une bande-son dans l’élaboration méticuleuse des strates sonores, la production de niveaux et décalages des éléments constitutifs, bande sonore appelant une bande-image autant filmique que mentale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

, , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>