[Chronique] Une (auto)biographie du dehors : Alain Frontier, Érudition, par Fabrice Thumerel

[Chronique] Une (auto)biographie du dehors : Alain Frontier, Érudition, par Fabrice Thumerel

décembre 19, 2017
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 1685 14
[Chronique] Une (auto)biographie du dehors : Alain Frontier, Érudition, par Fabrice Thumerel

De Montaigne à Roubaud, l'autobiographie s'est faite autobiobibliographie.

Alain Frontier, Érudition, 7 lectures commentées, éditions Louise Bottu, novembre 2017, 168 pages, 14 €, ISBN : 979-10-92723-16-8.

"en / famille / si l'on ôte / m / ça / fait / faille"
(Pierre Le Pillouër, Poèmes jetables, Le Bleu du ciel, 2002 ;
cité dans Érudition, p. 53).

 "Question. Quels sont les événements de la vie d'un homme
que l'autorité sociale entend certifier et authentifier ?
Pourquoi ceux-là plutôt que d'autres ? Quels sont les critères de son choix ?

Deuxième question. Quelle réalité biographique concrète est-il possible d'induire
à partir de ces seules attestations ? Qu'en est-il de l'être de Henri Gaston F,
mort à Crépol (Drôme), le 18 septembre 1983 ?"
(Le Compromis, éditions Sitaudis, 2014, p. 11).

 

Sans ambages, dès le titre, Alain Frontier revendique une forme d'appropriation culturelle très générale qui, c'est le moins que l'on puisse dire, n'est plus en vogue : si la référence aux livres est explicite (7 lectures commentées), celle à l'autobiographie ne l'est nullement. Le lecteur doit attendre l'orée du texte ("Premières photographies du personnage") pour être fixé : un contrôle routier renvoie le Je narrateur à un souvenir d'enfance marqué par l'absence du père, prisonnier en Allemagne, et par là même au précédent livre, Le Compromis (compromis familial entre les parents après l'aveu du "secret" ; compromis auctorial avec le genre autobiographique) ; Gaston F[rontier] sera ainsi à nouveau la figure centrale de cette autobiographie qui, cette fois, se révèle plus oblique. Mais à quelle lecture commentée avons-nous affaire ? Même si se trouve mentionné Voyage au centre de la terre, il ne s'agit pas d'analyse littéraire classique : le narrateur présente et commente divers documents (photos et lettres). Et il faut se plonger dans des notes hypertrophiées pour découvrir de nombreuses références livresques : Fénelon, Voltaire, Verne, Barthes, Leblanc, Pindare, Fern, Racine, Diderot, Maupassant... Mais aussi toutes sortes d'informations et considérations sur la faïence lithophanique de Rubelles, le permis à points, la géographie du paysage originel, le collège Stanislas, l'olivier, le scoutisme, les mots "machine" et "item"... Ainsi l'accent est-il mis sur le dédoublement auteur / commentateur, plutôt que sur le traditionnel narrateur (adulte) / acteur (enfant) - ce dernier étant quasi inexistant.

Il en va de même dans les six autres sections : "Société parisienne" repose sur des documents trouvés aux Archives municipales ; "Le Piton de la Fournaise" sur des recherches générales concernant la branche maternelle (on doit à l'arrière-grand-père d'Arvède Romieux "la première approche scientifique du Pithon de la Fournaise") ; "Portait de la bienfaitrice" sur une correspondance familiale et la brochure publiée par Virginie Schildge-Bianchini, celle-là même grâce à laquelle Gaston a pu être admis au prestigieux Collège Stanislas ; "La Mer d'Iroise" sur des photos et le Manuel du marin ; "Lettres de l'infirmière" sur la correspondance entre Gaston Frontier et Yvonne Jean ; "Une demande en mariage" sur la correspondance entre Gaston et Odette Coustal, sur le journal de cette dernière - pourtant non mentionné, même en note (indication de l'auteur, au cours d'une conversation téléphonique) -, un manuel de savoir-vivre ainsi que sur la photographie officielle du mariage. Ainsi peut-on parler d'autobiographie objective, comme pour Annie Ernaux : c'est du dehors, et à partir de traces matérielles, que se construit non pas une cathédrale mais un kaléidoscope. Une exobiographie.

Autant dire qu'est battue en brèche l'illusion réaliste, consubstantielle à la fonction référentielle du langage : aucun récit ne peut rendre compte de la réalité immédiate. L'ancien membre de TXT qui cite souvent Barthes en note insiste sur la médiatisation de toute écriture : on ne peut écrire qu'à partir du déjà-écrit, du déjà-représenté. D'où le piedenez final en guise de punctum (Barthes) :

          Venu zieuter le défilé de clowns sérieux,
                       un gamin à la Doisneau s'est glissé en douce dans le champ de l'image.
                       Immortalisé à son tour : culotte courte, chandail, béret basque, regard hési-
                       tant entre le goguenard et l'admiratif (164-165).

Toute réalité - fût-elle la plus officielle - ne peut que se dérober en douce : à vouloir appréhender "l'ami mésis" (Prigent, Une phrase pour ma mère), fantasque et insaisissable, on se heurte à l'imprévisible, le champ de la représentation étant miné. C'est dans les derniers mots que se profile du reste la tache aveugle du miroir : « "Je savais", écrira Gaston quelques années plus tard, "qu'en décidant de me marier, j'entreprenais une tâche surhumaine" » (p. 165). La citation qui sert de clausule est extraite d'une lettre à sa femme datée de septembre 1940, en grande partie reproduite dans Le Compromis (p. 25) : Gaston (1908-1983) appartient à une époque pour laquelle "les sentiments incompréhensibles" qui l'habitent (ibid., p. 22) ressortissent à l'irreprésentable, l'innommable.

Aussi le recours à un artifice romanesque daté n'est-il pas surprenant :

      Les événements ici rapportés se sont déroulés dans une époque lointaine et sensiblement différente de la nôtre (le XXe siècle). Il est toutefois conseillé, au moins lors d'une première lecture, d'ignorer les nombreuses notes qui, à tout instant, sous prétexte d'éclaircissement, interrompent fâcheusement le fil du discours, et dont la seule utilité est d'induire après coup, modestement, un début de réflexion sur les notions de savoir, de prolifération, d'humour et de contexte.

Plus qu'à tourner en dérision la linéarité du récit traditionnel et adresser un piedenez à la sacro-sainte lisibilité, l'avertissement ironique vise justement à attirer l'attention sur un hors-texte jouissif, le paratexte et le contexte. L'originalité de ce second volume autobiographique par rapport au plus testimonial Compromis, qui traite de la période 1939-1952 (avec un bref retour sur les années 1932-1939 et une ouverture sur les trente dernières - 1953-1983 - en manière d'épilogue, en plus des perpétuels va-et-vient temporels du narrateur enquêteur escorté de son inséparable épouse photographe, Marie-Hélène Dhénin) en s'appuyant sur divers documents et en intégrant dans le texte ce qui pourrait donner matière à notes, réside dans un appareil de notes décalé et disproportionné qui parodie l'édition savante : outre que ce dispositif assure la prédominance de la fonction métalinguistique sur la fonction référentielle, c'est la tension comme le jeu entre texte et paratexte, matériau autobiographique (récit de formation fragmentaire qui, abordant les années 1916 à 1933, nous conduit du collégien à l'homme marié) et machinerie polymorphique et polyfonctionnelle (fonctions digressive, dilatoire, ludique/comique, philosophique, sociologique, idiosyncrasique, métatextuelle...) qui comble la libido sciendi. Le projet même de cette autobiofragmentographie n'existe que dans le jeu de miroirs entre texte et infratexte : telle note cite un passage du Compromis, telles autres notes convoquent les amis Prigent, Lucot, Demarcq, Le Pillouër ou Clémens... La note 30 nous livre l'adhésion de l'auteur à la mythologie de l'autoengendrement de soi par la littérature, via Jacques Demarcq : « "Ce qu'ignorent les biographes et plus généralement le saint-beuvisme expliquant l'œuvre par l'homme, [...] c'est qu'un être humain vient moins au monde qu'il ne tombe dans un langage." C'est pourquoi sa généalogie sanguinaire (comme il dit lui-même) n'intéresse pas Jacques Demarcq : Papa ? connais pas ! Maman ? tout autant ! Qu'on me parle plutôt des livres que j'ai lus [...] » (p. 41).

Le même jeu réflexif s'avère très éclairant sur le contexte social. Les stéréotypes sont traqués : "Il y aurait donc des familles qui seraient bonnes, voire très bonnes, et d'autres qui seraient mauvaises", lit-on par exemple dans la note 42. Les codes sociaux dévoilés : le règne de la "politesse" masque le rejet de ce qui constitue un véritable tabou (l'étude lexicographique - "homosexuel"/"homosexualité" - est ici une façon de suggérer l'homosexualité possible d'Yvonne Jean et celle, attestée, de Gaston. Ces deux derniers chapitres mettent en scène la comédie sociale des conventions et règles de savoir-vivre qui régissent les relations entre jeunes gens de "bonne famille", des fiançailles jusqu'aux noces. Le romanesque est phagocyté par le code de bonne conduite : "Les protagonistes n'inventent rien - sinon les détails de l'exécution, chacun interprétant son texte scrupuleusement, fidèle aux exigences d'un scénario que, malgré leur inexpérience en la matière, tous deux semblent connaître par cœur" (p. 136). Quelques pages auparavant : "Les scènes suivantes continuent de répondre à l'attente du public familial" (131)... Ajoutez de savoureuses notes sur "tomber" (113) ou "la visite de digestion" (121), et le plaisir du lecteur atteint son paroxysme. Contre la mascarade des "clowns sérieux", la distanciation humoristique peut adopter un tour malicieux : la garçonnière de Gaston, par exemple, a cédé la place au fil du temps à "une manière de bordel" (note 126, p. 151) ; peu après, la réflexion sur "bouge" est des plus cocasses (note 128, p. 153)... De quoi rendre contagieuse et irrésistible l'érudition d'Alain Frontier.

 

► Un grand merci à Alain Frontier et Marie-Hélène Dhénin pour les photos de famille, dont voici la légende :

- § 1 : Gaston, au Collège Stanislas (Paris).

- § 2 : Gaston marin (en bas, 2e à partir de la droite).

- § 3 : Mariage de Gaston Frontier et Odette Coustal le 20 avril 1933.

- § 5 : Fiançailles le 18 décembre 1932.

Photo d'arrière-plan (M.-H. Dhénin) : Alain Frontier au cimetière de Bagneux. Ci-dessous : Gaston scout ; Virginie Schildge-Bianchini au bras d'un général.

 

 

 

, , , , , , , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>