[Création] Joël Hubaut, EpidémiK (17)

[Création] Joël Hubaut, EpidémiK (17)

octobre 17, 2020
in Category: créations, UNE
0 434 23
[Création] Joël Hubaut, EpidémiK (17)

Pour votre Noël 2020, chers Libr-Lecteurs, vous disposerez d’un objet littéraire déconcertant et bouillonnant, d’une rare vie singulière : la somme épidémike de Joël HUBAUT, écrite dans les années 70 – et introuvable. [Lire le seizième texte]

Dans INTER-ACTION C.L.O.M. (Joël Hubaut) (Le Clou dans le fer, 2007), Philippe Boisnard rappelle que, pour lui, « le terme d’épidémiK, loin de s’entendre au sens viral, doit s’entendre selon le principe d’une cancérisation » (homogénéité vs hétérogénéité). [Lire sur LC : « Lissez les couleurs »]
Fabrice Thumerel : « Étrangère au style comme appropriation idiolectale de la langue, la cancérisation épidémik fait sortir la langue de ses gonds. Dans lissez les couleurs ! à ras l’fanion (Al dante, livre + CD, 2003), à la mollesse de la « langue pure moulée à la louche », le poète excentrique oppose « une langue libre démoulée » » [cf. « Poésie, musique et chanson dans le champ poétique contemporain »]

 

Infiltration d’épidémie caméléon camouflée en marron dans zone morale d’épidémie marron…
La peau de la langue enfle et gonfle sous la peau empotée avec les pupilles romantiques dilatées dans les gouttes au ralenti bourrant les amas à la pelle dans les fosses…..
et la queue de la langue est comme une queue coulant sous la langue perforée par les boulons marron de l’université de la police judiciaire le trou qui révèle la poche de ganglions ornés de scarifications orange dans la viande de la langue les croix arrachées comprimant le sternum la pression violente plaquant les spirales bleues dans les embouts qui agissent sur le moteur avec les courroies hypertrophiées en attraction dans l’image rouge de la peau de la langue retournée dans la patte transportée dans les cuves de la maladie bleue où agissent les diaphragmes électriques qui découpent les peaux de langues arrachées en lamelles courbes nouées dans l’orbite rose tendresse éternelle excitée par des cônes de bois qui s’enfoncent dans la chair de la langue-fac-administration éclatant les tissus police-secours démembrés bloquant les conduits excréteurs de tous virus alphabétiques extra-terrestres verts jaillissant du trou de la bouche pourrie avec le mix de la douleur extrême de la parole post-ultra lettriste argentée contaminée par la langue pieuvre cosmique infra-rouge en gelée dans la langue baveuse du langage épidémique ultra-violet des croupions universitaires gris malaxés aux mollusques intoxiqués de syntaxe-cafard coulant dans l’épiglotte du claquement psychanalytique blanc des portières la plaie-langue bouchant la cavité-parole atrophiée par les tentacules glosso-pharingiennes orange comme des psycho-huîtres/moules/vagins/ rouges crevant la pseudo-cramouille rose bornée de morale-sanitaire la langue saucisse mixée aux plaquettes-infirmerie croix-rouge avec la langue greffée rose proliférant dans les canalisations glossolaliques du jus d’hygiène sémio-juge fasciste gris marron noir dans les toilettes catholiques grises marrons-moines comme une langue gestapo noir imposant la langue plate grise marron ségrégation soumise aux injections dans les pare-brises célestes transparents encastrés dans le nerf lingual du bulbe de soumission des masses marron engloutis dans la routine grise des vulves contaminées par une normalité marron-maman-langue-bite CRS capo gris bleu noir-assurance maladie marron banque de France perforant le nombril télévision gris marron dans la langue baveuse fouinant les pores dans les crevasses de la peau pastille crème de peau morte de pus dégoulinant marron dans les languettes du langage matraque de l’écran borné gris du crédit agricole…
Joël Hubaut 1976 …………………………………………………………………………

Visuel Action épidémik dans les rues de Sarlat avec Alain Suel ( frère de Lucien Suel ) Joël Hubaut 77

, , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *