[chronique] DHead de Xki Zone, par Philippe Boisnard

[chronique] DHead de Xki Zone, par Philippe Boisnard

août 10, 2006
in Category: chroniques
0 1162 1

Répétition et modernité
Une nouvelle fois, un livre très bien réalisé par Le Quartanier, qui s’attache à poursuivre l’exploration de nouvelles voix de la modernité. En effet ce texte, très graphique, en composition électroencéphalographique, se présente bien comme un portrait du cerveau pris et désintensifié dans le monde technologique, portrait alors du cerveau en lutte pour son propre être, en lutte contre la déperdition zombie qui touche les cerveaux du monde.

Cette déperdition est développée dès le début du livre : tout à la fois thématiquement et linguistiquement. Xki Zone énonçant l’annihilation du « je » et sa ligne de fuite salvatrice en soi, exprime le constat que la perte de soi est liée à l’ensemble des informations qui conduisent le moitête à n’être que The radio Head, une sorte de Cortex Mix. Et c’est par le jeu du langage qu’est témoigné de ce phénomène, jeu qui croise toutes les expériences modernes du détournement phonique, du glissement sémiotique qui travaillent la littérature depuis les années 60-70. On peut penser par moment à certaines associations créées par Verheggen ou encore à des rythmes prigentiens, même si ce travail linguistique de Xki reste inventif et personnel. Ce qui est critiqué tient ainsi à la zombification des individus dans ce monde saturé de messages/slogans et de technologies au point qu’il ne reste au moitête qu’un « micro monde avarié« . Le zombie = symptôme de l’époque, ce qui correspond à l’analyse classique de la société post-moderne, comme le rappelait d’une manière critique, il y a déjà longtemps (1983), Lipovetsky dans L’ère du vide disant que la dénonciation de l’époque tend à faire penser que l’individu ne serait plus qu’un « nouveau zombie traversé de messages« . C’est en ce sens que Xki Zone, rappelle la description classique du zombie :
« Le zombie ne dit rien, ne tait rien non plus
le zombie cultive le non-dit le non-tu
le zombie dit tout c’est sa manière de se taire
le zombie s’entête à dire
tout et son contraire
 » (p.15)

DHead est ainsi un texte critique, qui pose comme négativité le cerveau par rapport au monde. Ce que l’on retrouve dans la liste définitionnelle du moitête (p.19), qui croise les références à l’art de la folie ou bien à Artaud :
« le moitête est mystère dont le dépositaire est inconnu
Le moitête est nécessaire à la construction d’une identité psychotique
Le moitête ne se traite pas comme un appendice
Le moitête est inapte à la communication autre que glossolalique »

Ainsi derrière une réelle attention à la forme et à la dynamique de progression qui mène vers la possibilité masticatoire d’expression de ce moitête (référence à une poésie orale), ce qui est exprimé reste très convenu, emprunt des thématiques traditionnelles de la modernité et du ressassement critique qui la définit. La vision défendue de la modernité est en ce sens assez manichéenne et monolithe.

, ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *