[Dossier] De la démo(n)cratie en France... (3/5)

[Dossier] De la démo(n)cratie en France… (3/5)

septembre 4, 2010
in Category: créations, UNE
0 1333 2

"Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. – Voilà la troisième fois que j’en vois. – Et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la Haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons" (Flaubert, Lettre à Sand du 12 juin 1867).

Au moment même où partout en France se déroulent des manifestations contre la xénophobie à l’appel de la Ligue des droits de l’Homme, nous avons tenu à programmer ce large extrait de "R.O.M", écrit par le poète slameur Marc Alexandre OHO BAMBE – dont on pourra visiter le site –, qu’accompagne la carte d’un monde renversant/renversé dont l’auteur est le "géograve" ROMain LIAGRE.

R.O.M

Marc OHO BAMBE

Dédié à Frantz FANON, né martiniquais, mort algérien, et qui ne cherchait "rien d’autre en l’homme, que l’homme".

RÉSISTER : – être enclin au désordre,
– se battre CONTRE sa propre faiblesse devant l’ordre des choses établies, et l’ombre du début de tout sentiment d’indifférence au monde,
– se battre POUR réussir, malgré tout, à ne jamais perdre le goût des autres..

Depuis toujours je cherche une terre d’asile de fous, fous d’art, fous gueux aux coeurs fougueux et bienveillants, déviants vaillants, défiant la MORT par Amor de LA VIE.

Je suis un R.O.M, et mon exil prendra fin au commencement de la fin de ce livre-ailé, texte ivre dédié à mon peuple migrateur épris de liberté.

LIBERTÉ : – principe désuet, piétiné par les hommes qui ont dévoré les utopies,
– art abstrait, ou réalité concrète vécue par les ménestrels, les troubadours et les poètes chantant,
– idéal de vie, combat de tous les instants mené depuis la nuit des temps par des hommes intègres contre d’autres (les ogres de la première ligne), ayant tous les pouvoirs, tous sauf celui de désintégrer les rêves et tuer l’espoir…
– soleil ardent vers lequel marchent les peuples […]

Je suis un R.O.M, allez leur dire, allons leur dire, que la terre est notre village, allez leur dire, allons leur dire, que nous sommes des gens simples, que nous aimons, nous rêvons, nous voulons des choses simples, du pain pour nos gosses et des roses, pour nos femmes. Du pain, oui du pain. Et des roses.

Rêver, c’est déjà être libre me murmure tous les soirs un jeune prophète vieux en son pays.

Alors allez leur dire, allons leur dire, que nous sommes des R.O.M, nègres juifs palestiniens arméniens indiens d’Amérique, damnés de la terre d’hier, d’aujourd’hui et demain, petits roumains montrés du doigt, désignés coupables de maux, tous plus grands que nous.

La vie étant le plus incertain et le plus beau d’entre tous les voyages, allez leur dire, allons leur dire que nous sommes tous des gens du voyage, allez leur dire, allons leur dire que leurs chiens peuvent toujours aboyer, nos caravanes passeront car nous avons pour nous, le feu, la force, la folie des grandes heures. De l’humanité déchue.

JE SUIS UN R.O.M, ALLEZ LEUR DIRE…

Résistant d’Outre-Mer, j’offre ces mots, à qui veut les entendre, veut les comprendre, j’offre ces mots. En partage.

, , , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *