[Livres] Libr-5

[Livres] Libr-5

octobre 3, 2015
in Category: Livres reçus, UNE
4 2695 23
[Livres] Libr-5

Indépendamment de la foire-aux-prix dits littéraires, voici un premier Libr-5 de reprise : C. Manon, Extrêmes et lumineux ; S. Vanderhaeghe, Charøgnards ; E. Levé, Œuvres (rééd.) ; M. Delvigne, La Fille qui… ; C. Lovera Vitali, Absence des cow boys. De quoi enchanter vos soirées d’automne…

 

► Christophe Manon, Extrêmes et lumineux, Verdier, été 2015, 192 pages, 13,50 €, ISBN : 978-2-86432-805-6.

Mais bon sang… Mais où… Mais qu’est-ce qu…, etc. Ces interrogations qui constituent un leitmotiv structurent une mémoire personnelle et familiale "fragmentaire ainsi qu’un livre dont des pages entières auraient été inexorablement arrachées ou effacées" (p. 120). Pour le poète dont c’est le premier récit, il ne s’agit donc pas d’"exhumer une hypothétique réalité", mais plutôt de "retracer les contours indistincts d’un passé oublié" (12) : dès le début – qui fait songer à Kafka comme au Nouveau Roman -, il est clair que la quête ne saurait être proustienne ; les anadiploses inter paragraphes font se télescoper êtres et lieux, photos et bribes de souvenir dans toute leur intensité lumineuse, leur puissance d’évocation. Et nous lecteurs d’être plongés avec ravissement dans une galerie des glaces où se réfractent de multiples éléments narratifs mis en valeur par divers jeux typographiques. Une telle poétique ne peut que rappeler celle de Claude Simon.

► Stéphane Vanderhaeghe, Charøgnards, Quidam éditeur, été 2015, pages non numérotées, 20 €, ISBN : 978-2-915018-85-1.

 "Depuis quand sommes-nous entrés sans retour dans l’ère de l’universelle charogne ?" Avec ce "o barré" en plein milieu du mot – de quoi nous laisser bouches bées -, qui sont ces charognards ? Les signes ou les agents de la catastrophe ? Une "espèce poétique" ? La "métaphore d’une menace sourde et impalpable" ? Les symptômes de la folie ? Les reflets d’un diariste parasite et voyeur ?…

Dans ce premier roman qui se situe explicitement en droite ligne des faux journaux intimes ressortissant à un fantastique philosophique (Gogol, Maupassant, Sartre) et joue avec la référence cinématographique par excellence que constitue le film d’Hitchkock Les Oiseaux, nous assistons à la charognardisation des repères spatio-temporels comme du langage même. De quoi nous laisser bouches bées !

 

► Edouard Levé, Œuvres, P.O.L, 2002 ; rééd. "#formatpoche", septembre 2015, 224 pages, 9,50 €, ISBN : 978-2-8180-2169-9.

Voici un projet qui s’inscrit dans le prolongement des réflexions d’un Valery par exemple. C’est une série insolite de 533 projets d’œuvres paradoxaux / originaux dont certains vont jusqu’à se présenter comme des canulars. Et c’est un événement que la réédition de cette somme spéculaire, véritable panorama des pratiques artistiques contemporaines : séries, inventaires, expérimentations divers… et même panoramas de panoramas ! Un exemple : "107. Une personne tente de dire deux textes différents en même temps. L’un par la parole, l’autre par la langue des sourds. Vidéo" (p. 63).

 

► Marie Delvigne, La Fille qui…, Les Comtemporains favoris, été 2015, 38 pages, 10 €, ISBN : 978-2-909140-26-1.

La fille qui danse / cherche son os à ronger écrit comme un lombric, animal fouisseur qui mélange les couches de la langue…
La fille qui s’enfouit dans une écriture modulaire – déliée, ritournellisée…

 

► Corinne Lovera Vitali, Absence des cowboys, dessins de Stéphane Korvin, Ripopée, septembre 2015.

Tentez l’expérience farwestatique : dynamitez votre quotidien et libérez les chevaux… Avec ce type de plaquette dont le texte et les dessins proviennent de / renvoient à l’enfance, assurément "le poète est celui-là qui pour nous rompt l’accoutumance" (Cocteau).

, , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

View my other posts

4 comments

  1. J. F. Causeret

    Bravo pour ces présentations en marge de l’inévitable « Rentrée littéraire ». D’Edouard Levé j’ai aussi beaucoup aimé « Autoportrait », qui semble fait de ce que R. Barthes appelait « biographème ». Merci!

  2. Fabrice Thumerel (author)

    Merci à vous : le dialogue entre lecteurs passionnés est fondamental !
    J’ai également beaucoup aimé « Autoportrait » d’E. Levé. Quant aux autres titres, c’est un vrai régal qui n’a en effet rien à voir avec les livres sélectionnés/labellisés…

  3. Pingback: APNÉE / ABSENCE | corinne lovera vitali

  4. Pingback: ABSENCE DES COWBOYS | corinne lovera vitali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *