[Livres] Libr-kaléidoscope (2), par Fabrice Thumerel

[Livres] Libr-kaléidoscope (2), par Fabrice Thumerel

janvier 21, 2018
in Category: Livres reçus, UNE
0 1506 9
[Livres] Libr-kaléidoscope (2), par Fabrice Thumerel

Le principe du Libr-kaléidoscope : revenir de façon essentielle sur des livres importants parus dans les quinze derniers mois mais qu'on n'a pu présenter jusqu'ici... Ce soir, on appréciera les écritures critiques de Véronique Bergen, Béatrice Brérot, Laure Gauthier, Emmanuèle Jawad ; Vincent Tholomé / Xavier Dubois... [Libr-kaléisdoscope 1]

► Véronique BERGEN, Jamais, éditions Tinbad, automne 2017, 124 pages, 16 €.

Jamais est constitué d'une heure de logorrhée qui s'achève ainsi : « Le seul vocable que je tiendrai en réserve et calerai entre mes joues, c'est "jamais" »... Jamais ne s'arrête la narratrice, qui, d'emblée, s'inscrit dans le sillage de Beckett : dépeupleuse, cette polyglotte dont le prénom est révélateur (« "Sarah" et "ça rate" sont logés à la même enseigne ») laisse débonder un discours marqué par les déraillements isotopiques et les télescopages. Entre cette folle de mère enfermée entre les murs de l'hôpital et une fille maniaque du Verbe vogue la galère d'un babil solipsiste qui nous emporte sans que jamais l'on puisse résister.

► Béatrice BRÉROT, splAtch !, Color Gang, Saint-Génis-des-Fontaines, été 2017, 48 pages, 20 €.

Voici, dans un superbe livre grand format aux couleurs vives, un agencement répétitif critique (ARC) qui explore avec fracas (splAtch !) et tout en glissements phonétiques et sémantiques les chutes et bévues de notre monde immondialisé. Tandis que nous tripaliumons, d'autres gèrent les flux et pratiquent "le terrorisme du flouze"... Ainsi sommes-nous emportés par la tempête TINA : "tina c'est l'argent roi pour les puissants de ce monde / tina c'est la production de richesses par les pauvres pour les riches /tina c'est un programme où la misère le chômage sont nécessaires"...

► Laure GAUTHIER, Kaspar de pierre, éditions La Lettre volée, 52 pages, 14 €.

Kaspar Hauser (vers 1812 - 1833), "l'enfant placard", enfant trouvé / "enfant troué", ne peut qu'intéresser la poésie : "Muré = sans expérience = cœur pur = verbe premier = poésie !"...
Kaspar Hauser, "l'enfant sans source et sans delta" : "Combien d'autopsies poétiquement menées, peau douce et œil pur ?"

Pour Kaspar Hauser, cette ballade musicale, cette magnifique "incantation sans liturgie" par un je/il (jl) "sans mots"... Un agencement répétitif névralgique (ARN) troué d'"abnormités de langage" lexicales et syntaxiques. Pour notre plus grande sidération !

► Emmanuèle JAWAD, En vigilance extérieure, Lanskine, automne 2016, 84 pages, 12 €.

Selon Emmanuèle Jawad, la poésie doit faire le mur... pour mieux voir - dans la mesure et la démesure... Depuis Faire le mur, précisément, et aussi Plans d'ensemble, volumes parus en 2015, elle allie poétique et politique : montages et télescopages dénoncent une société de flux qui n'est libérale que pour les capitaux ; pour les dominés et déclassés, ce ne sont que murs, barrières et frontières... Son écriture insidieusement objective est un dispositif poétique érigé contre un dispositif politique : "dispositif de filtre restrictif permis / de circulations reconduites de biens et / de personnes barrière sécuritaire barrière / électronique mur-béton barrière de sable / fossés d'eau sel obstacle barrière mur" (p. 36)...

► Vincent THOLOMÉ (textes et voix), Xavier DUBOIS (guitare) et Klervi BOURSEUL (guitare), KAAPSHLJMURSLIS, éditions Tétras Lyre, Liège, livre de 56 pages + CD, 14 €.

"+ + +  nous vivotons hallucinotons petites loupiotes petits fanaux dans le jour hallucinant jour et nuit perdus perdus dans nos rêves"...
Écriture sismographique, étrangeté électro-acoustique, bégaiements et babil enfantinesque se conjuguent dans cette descente en deça du bon-sens. Infantivité et animalité caractérisent ces "fictions déglinguées mi-tragiques et mi-comiques" dont le titre, censé être emprunté à la langue lettonne, est imprononçable : "KAAPSHLJMURSLIS signifie la sensation d'enfermement que l'on peut parfois ressentir dans les transports en commun bondés. Mot parfaitement approprié, à nos yeux, pour désigner notre travail en hôpital psychiatrique" (p. 6).

, , , , , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>