[News] Libr-événements

[News] Libr-événements

février 4, 2016
in Category: Livres reçus, News, UNE
0 2163 11
[News] Libr-événements

Trois RV importants dans les deux semaines : avec Eugène Savitzkaya à Bruxelles ce samedi, où se déroulera également un Cabaret DADA – mais à Paris -, et avec Amandine André, dont est présenté le dernier livre, fascinant De la destruction.

 

Samedi 6 février 2016, lecture-performance d’EUGÈNE SAVITZKAYA : « Le long journal intime des dames / et des demoiselles… » (de mars 1865 à janvier 2012).
Quatre lectures du poème, à 15h, 16h, 17h et 18h précises.
Aux cimaises blanches de la Galerie Didier Devillez, une seule œuvre : le manuscrit (91 x 66 cm) posé sur châssis du « Long journal intime des dames et des demoiselles… »

GALERIE DIDIER DEVILLEZ – 53 rue Emmanuel Van Driessche – 1050 Bruxelles (Belgique)

 

CABARET DADA, Session performative pour artistes et poètes. Célébration du centenaire de l’ouverture du Cabaret Voltaire (Zurich, 6 février 1916). Samedi 6 février 2016, 15 heures – entrée libre Halle Saint Pierre (Paris )– auditorium : réservation conseillée : 01 42 58 72 89.

 ► Vendredi 19 février 2016, 21H30 au Connétable (55 rue des Archives 75003 Paris) : lecture-rencontre avec Amandine André pour De la Destruction.

♦ Amandine André, De la destruction, préface de Michel Surya, Al dante, février 2016, 112 pages, 13 €, ISBN : 978-2-84761-732-0.

"J’écris pour qui entrant dans mon livre,
y tomberait comme dans un trou, n’en sortirait plus" (Bataille, cité par M. Surya).

Ecrire, c’est détruire l’appartenance : à soi, à son corps, au monde comme à la langue. Ecrire, c’est avoir "tête dans la gueule du mot" (p. 22). La tête, ce lieu non dialectique où se neutralisent l’en-chien et le hors-chien, le sens et le non-sens. Les Agencements Répétitifs Littéralistes ("Chien ordonne la rémission de la métaphore") d’Amandine André (ARL) font se télescoper les signifiés : la langue sait se faire archaïque pour dire le combat entre chien et non-chien.

Ecrire, c’est pour Amandine André écrire avec son chien. "Des mots puissants. Propres à détruire tous mots qui s’opposent au mot qui s’opposent à sa puissance" (14). C’est avec son chien qu’elle creuse le trou qu’évoque Bataille. /Fabrice Thumerel/

, , , , , , , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *