[News] Libr-vacance (2)

[News] Libr-vacance (2)

juillet 14, 2016
in Category: chroniques, News, UNE
0 2593 26
[News] Libr-vacance (2)

Cette deuxième livraison de Libr-vacance commence par des Libr-brèves (plein feu sur Frank Smith et RV à noter dans vos agendas) et se termine par de très riches Libr-parcours d’auteurs (Edith Msika et Stéphane Vanderhaeghe).

Libr-brèves

Frank SMITH : On ne manquera surtout pas le dossier que lui consacre cet été la revue en ligne DIACRITIK, lancée il y a tout juste un an (abécédaire, cinétracts, entretien, lecture…).

* Mercredi 17 août à 10h, lecture avec une création sonore de Gilles Mardirossian dans le cadre des Rencontres d’Aubrac, festival littéraire du 16 au 20 août 2016.

► À noter d’ores et déjà dans vos agendas : du 12 octobre au 10 décembre 2016, la seizième édition du festival Frontières et projections, placée sous le commissariat d’Hortense Gauthier et Philippe Boisnard, se déploiera sous la forme d’une exposition de deux mois dans la Grande Galerie du Bel Ordinaire et d’un festival de 4 jours sous la forme d’un parcours en différents lieux de l’agglomération paloise.

Libr-parcours d’auteurs

Edith MSIKA (écrivain)

l’été est une saison compliquée pour moi : il faut s’occuper, bizarrement ;
il faut occuper le corps qui a chaud, sans trop le remuer sinon il a encore plus chaud,
il faut le baigner, ce corps, il faut donc trouver un bord d’eau, mais il faut aussi
trouver un endroit pour dormir en ce bord, le payer, et s’il y a des moustiques, c’est pire,
or le moustique signe l’été, bref, c’est compliqué ;

ma vacance est libre tout le temps sauf l’été, ma vacance est un credo, un in vivo
perpétuel – et ce sera tout sur le sujet –

pour notre sujet de l’écriture, avec moustiquaire adaptée,
il y a une lecture déjà annoncée sur le site de P.O.L

et L’enfant fini, que j’ai fait paraître
en feuilleton sur ma maison d’écriture édith-msika.eu
sera publié à l’automne en livre papier par Cardère éditeur

 

Stéphane VANDERHAEGHE (écrivain et chercheur – auteur d’un premier roman remarqué, Charøgnards)

Les programmes de lecture, comme les bonnes résolutions de début d’année, sont faits pour ne pas être tenus. J’emporte volontiers toute sorte de livres dans mes valises pour me rendre compte que c’est celui que j’ai hésité à prendre et qui m’attend sur un coin de bureau que j’aurais finalement souhaité lire. La période estivale est idéale à la fois pour se replonger dans des classiques et découvrir de nouveaux auteurs, mais aussi pour se laisser porter par des envies venues d’on ne sait où — l’an dernier à la même époque je replongeais dans l’œuvre de Céline ; il y a deux ans, c’était Robbe-Grillet. Cette année, j’ai envie de croire que ce sera Proust, mais déjà m’appellent quelques contemporains — Mark Doten, Jeremy M. Davies, Eugene Marten côté américain ; Pierre Michon, Quentin Leclerc, Pierre Senges par chez nous.

C’est aussi une période propice pour goûter la poésie ou, au contraire, s’aventurer dans des œuvres longues (je garde un souvenir vif de cet été provençal passé en compagnie des Reconnaissances de William Gaddis, il y a 4 ou 5 ans maintenant). Et puis il y a les lectures qu’on voudrait s’imposer, susceptibles d’étayer les projets en cours d’écriture. Tous les étés, ils sont quelques ouvrages à attendre sur un autre coin de bureau — études critiques, essais, documents divers… Tous les étés, je les emprunte à la bibliothèque, en lis quelques pages mais parviens rarement à les lire jusqu’au bout. Mon rapport à l’écriture passe sans doute par autre chose que le souci du détail réaliste, factuel, historique — la vraisemblance, au fond, m’importe peu (je n’ai jamais franchi le premier tiers de cette étude sur le comportement des corvidés). Une idée vague et générale me suffit — le reste en ce qui me concerne est affaire d’imagination et d’invention, et les deux courtisent l’erreur. Et l’erreur, je crois, est poétique. Alors comme tous les ans, j’imagine, je feuilletterai quelques pages, grappillerai telle idée que l’écriture ensuite déformera.

En cours, un roman entamé aux deux-tiers dont j’aimerais achever le premier jet — qu’il me faudra ensuite patiemment reprendre ; et une énième traversée d’un roman achevé depuis quelques semaines déjà, si tant est qu’un roman puisse l’être (cette envie toujours de reprendre, de modifier, de retrancher pour rajouter, les bifurcations non explorées car jusque-là invisibles, les ratures, les déplacements — une nouvelle tirée d’un passage finalement enlevé de ce roman pourrait ainsi être publiée dans une revue à l’automne). L’un des deux romans devrait voir le jour dans le courant 2017 chez Quidam. J’ignore encore lequel à ce jour.

♦♦♦

Alors que cette année touche enfin à son terme, qu’il n’a plus d’incipit à se mettre sous le scalpel, que le manuscrit de son roman #2 (qui en réalité est le roman #1) repose depuis quelques longues semaines déjà sur le coin de son bureau sans qu’il ose remettre le nez dedans, il s’arrête un instant et pense à établir son programme d’écriture pour l’été qui s’annonce:

– terminer le premier jet du roman #3, entamé aux deux tiers.

– se résoudre à relire le manuscrit du roman #2 (qui en réalité est le roman #1), le raturer encore, découper de nouvelles pages, les recoller plus loin, se rendre compte que non, on recommence: entamer avec force et conviction la 7ème ébauche.

– mettre en chantier la version comédie musicale de son roman #1, Charøgnards (qui en réalité est le roman #2), avec dans le rôle du corbeau atrabilaire, Michel Fugain, et Shy’m dans celui de la corneille sexy, p. 137.

– écrire le livre de recettes en projet depuis des lustres — surtout ne pas tenter d’exécuter ces recettes.

– récrire intégralement le roman #3 (qui en réalité est pour le moment toujours le roman #3).

– terminer la 8ème ébauche du roman #2 (qui en réalité est le roman #1), hésiter à la proposer à nouveau à son éditeur qui s’épuise à le relire.

– proposer à la place le roman #3 à son éditeur (qui en réalité est le roman #3 mais risque donc de devenir le roman #2).

– se rendre compte que le roman #2 (qui en réalité est le roman #1), malgré la 8ème ébauche, n’est toujours pas abouti; entamer la 9ème avec force et conviction.

– renier le roman #1 (qui en réalité est le roman #2), fruit hasardeux — il peut le dire maintenant — d’un logiciel de traitement de texte obsolète.

– entamer le roman #5 (qui en réalité a de fortes chances de devenir le roman #7).

– terminer mentalement le roman #6 et se rendre compte qu’en réalité il ressemble au roman #2 (qui en réalité est le roman #1) et par conséquent ne vaut pas la peine d’être écrit.

– se rendre compte qu’il a zappé le roman #4 et qu’il a bien fait.

– revenir à l’ébauche #7 du roman #2 (qui en réalité est le roman #1) et se rendre compte qu’il l’a malencontreusement écrasée.

, , , , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *