[News] News du dimanche

[News] News du dimanche

février 21, 2016
in Category: Livres reçus, News, UNE
0 1705 11
[News] News du dimanche

Ce soir, pleins feux sur le puissant et poignant témoignage de Patrice Robin, Des bienfaits du jardinage ; RV, ensuite, avec les éditions Mix mais aussi au CNES…

Vient de paraître…

Patrice Robin, Des bienfaits du jardinage, P.O.L, février 2016, 128 pages, 9 €, ISBN : 978-2-8180-3871-0.

Présentation éditoriale. En mars 2014 on a proposé à Patrice Robin une résidence d’écriture dans un établissement Public de Santé Mentale et plus précisément dans le centre horticole implanté en son sein. Il a hésité, d’abord parce qu’il s’imaginait mal écrire sur le jardinage, ensuite et surtout parce qu’il ne se voyait pas passer du temps dans un hôpital psychiatrique à l’heure où sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer depuis huit ans, sombrait dans la démence. Puis il a visité le jardin, rencontré les patients et pensé qu’écrire sur eux lui permettrait peut-être d’écrire aussi sur elle, via leur étrangeté commune, d’écrire sur la vie qu’ils vivaient encore un peu ensemble et ainsi, qui sait, de ralentir, un temps, leur irrémédiable éloignement. Des bienfaits du jardinage dit les allers-retours de Patrice Robin entre elle et eux durant ces quelques mois de résidence, allers-retours entre les vies, celles brisées parfois, tassées souvent, de ces hommes et femmes lourdement médicamentés, celle de plus en plus immobile et silencieuse de sa mère. Des bienfaits du jardinage dit aussi la sienne, déstabilisée, accompagnant sa mère, en fils, vers sa fin, mais aussi l’enregistrant et la prenant en photo, en écrivain, comme il prenait en photo le jardin et recueillait les témoignages de ses usagers. Des bienfaits du jardinage dit son trajet vers ces derniers, lent, difficile, douloureux parfois, puis apaisé enfin, dit surtout comment ils l’ont accompagné, apporté un peu de paix, sans le savoir, tout au long d’un printemps, d’un été et d’un début d’automne.

Note de lecture : Au bord de ma mère… /Fabrice Thumerel/

"Il pousse plus de choses dans un jardin qu’on n’en a semé"
(proverbe serbo-croate cité en exergue).

"Est-ce qu’écrire n’est pas une façon de donner"
(Annie Ernaux, Une femme).

Celui qui a toujours voué une admiration à l’œuvre d’Annie Ernaux finit par rencontrer la même maladie que celle qui a touché la mère de l’écrivaine : Alzheimer – doublée ici d’une "aphasie de Broca" (p. 31). Glacé par le "froid constat" médical (57), le narrateur assiste avec appréhension au "lent mourir" (114) de celle pour qui la compréhension comme la préhension sont problématiques : "elle ne tenait plus rien autour d’elle, ni le fil des heures, […] ni l’ordre des années, […] encore moins celui des mondes" (39)… Dans Des bienfaits du jardinage, nulle écriture de l’entre-deux – de la tension entre Eros et Thanatos – comme chez Ernaux, mais une même volonté de retenir la vie. Et vivre, "c’est être caressé, touché" (Ernaux, Je ne suis pas sortie de ma nuit) : ce que n’oublie pas un fils qui accompagne sa mère jusqu’au bout de sa nuit ! Mais écrire, c’est pour lui une revanche contre cette "incapacité totale à nommer" (31) qui a frappé sa mère, c’est faire fleurir les amandiers (allusion à Camus), c’est la faire passer de la nuit à la lumière (dernières lignes : "Le soleil éclaire son visage, le rend extrêmement pâle. Elle se tient de profil, bras levés, sourit doucement, lèvres closes, entourée de roses rouges").

Cependant, au moment même où il sent sa mère lui devenir étrangère, l’écrivain en résidence se rapproche de ceux qui lui étaient étrangers, les patients d’un hôpital psychiatrique qui s’adonnent au jardinage : "René le bougon", "Abdel l’élégant", "la femme libre", "l’homme à la cuirasse", "Nadia au doux sourire"… Le récit autobiographique se double ainsi de micro-récits de vie, l’auteur d’Une place au milieu du monde (P.O.L, 2014) se révélant attentif aux souffrances de ses compagnons d’infortune, à leurs passions comme à leur façon de parler.

 

Libr-événements

► Jeudi 25 février 2016 à 19H : rencontre avec Patrice Robin à la Librairie Le Bateau Livre (154, rue Gambetta à Lille).

Jeudi 25 à 19H, Librairie Ignazi (17, rue de Jouy 75004 Paris) : présentation des nouveautés aux Éditions Mix, avec Gilles A. Tiberghien, Alessandro De Francesco, Antoine Dufeu & Fabien Vallos.

Du 18 au 20 mars 2016, au CNES (2, place Maurice Quentin 75001 Paris) : Faites l’expérience de l’Espace pendant trois jours au siège du Centre National d’Etudes Spatiales transformé pour l’occasion en un lieu peuplé de cyborgs, robots et autres compagnons. Partez à la rencontre d’artistes qui s’inspirent de l’Espace dans un lieu étonnant peuplé de formes de vie hybrides. [Programme détaillé]

Dans la Salle de l’Espace :

Vendredi 18 mars à partir de 20h30 :
– Ex Nihilo de Corinne Frimas et Guillaume Roy
– Bla-Bla-Car de Jeanne Moynot, Anne-sophie Turion et Erik Billabert
– QuiManipuleQui ? de Jean Louis Heckel avec Pascale Blaison, Anne Shreshta et Michel Viso
– Le corps infini… prémisses de Kitsou Dubois avec Léo Manipoud, Thierry Miroglio, Petteri Savokorpi et Anne Sedes

Samedi 19 mars 20h30 :
– Space Audity de Pascal Battus et Angie Eng
– Tatayet astronaute de Michel Dejeneffe
– Prophylaxie de Pamina de Coulon
– Troisième corps de Jeanne Morel, Paul Marlier et Aina Vela
– La Main de l’âme de Didier Petit, Jean Gaudy, Anaïs Moreau et Jean Yves Cousseau

Dimanche 20 mars 16h-18h :
– Idéal Indéfini de Valérie Cordy
– My Dog is My Piano de Antonia Baehr et Frederic Bigot
– CosmOsEroS de Hortense Gauthier
– Apocalypse de Aymeric Descharrières, Fabien Duscombs et Sylvain Kassap

Dans le Caravansérail de l’Espace :

Samedi et dimanche à partir de 14h, en accès libre et gratuit
Artistes, écrivains, scientifiques et machines feront vivre ce lieu avec des œuvres plastiques, des projections, des lectures et des entretiens.
Avec Jakuta Alikavazovic, Gael Baron, l’humanoïde Brioux, David Christoffel, Éric Cordier, Raphaël Dallaporta et Bertrand Rigaux.

, , , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *