[Série-créations] Marc Perrin, Avoir lieu 2011 - I, 14h03

[Série-créations] Marc Perrin, Avoir lieu 2011 – I, 14h03

avril 12, 2011
in Category: créations, UNE
0 850 0

Suite à AVOIR LIEU, livre paru en novembre dernier aux éditions Dernier Télégramme et prolongé par un long et exigeant travail sur le site de l’auteur, Marc Perrin travaille actuellement à une série qui retraite poétiquement le ressassement médiatique. Montage critique d’actualité-fiction, chaque texte-phrases de cette série est associé à l’heure de post d’une dépêche AFP de l’année 2011. Voici la troisième livraison. [Lire la deuxième] /FT/

 

 

 

 

 

Ils se poursuivent.
Ils prennent de l’ampleur.

Il apparaît pour la première fois.
Il débute.

Ils s’insurgent.
Ils se poursuivent.
Ils s’installent.
Ils durent.
Ils se réunissent.

Il est 14h00.

Ils sont à New York.

Ils se réunissent.

Il est 14h00.

Ils sont au Caire.

Il avertit.

Ils autorisent.
Ils attaquent.
Ils systématisent.
Ils attaquent la population.
Ils sont civils.
Ils sont assimilés.
Ils sont criminels.
Ils sont humanitaires.

Il coupe court à toutes rumeurs.
Il fuit le pays.
Il apparaît.
Il va voir les jeunes.
Ils est sur la place verte.
Il est dans la capitale.
Il dément.
Il est vêtu d’un manteau.
Il dément.
Il tient un parapluie.
Il dément.
Il se protège de la pluie.
Il monte dans une voiture.
Il bombarde des dépôts.
Il fait défection.
Il utilise des avions.
Il bombarde.

Ils sont civils.
Ils manifestent.
Ils sont pacifiques.
Ils font défection.
Ils refusent de tirer.
Ils manifestent.
Ils téléphonent.
Ils massacrent.
Ils sont armés.
Ils tirent de manière aveugle.
Ils tuent des hommes.
Ils tuent des femmes.
Ils recueillent des témoignages.
Ils cessent.
Ils font tomber la caserne.
Ils sont responsables de crimes.
Ils sont responsables de l’humanité.

Il affirme.
Il garde l’anonymat.

Ils sont des centaines.
Ils sont morts.
Ils avancent.
Il sont 233.
Ils morts.
Ils sont 300.
Ils sont 400.
Ils sont morts.

Il propose de l’aide.

Elle est dans l’urgence.

Il reçoit des appels de détresse.

Ils demandent de l’assistance.
Ils demandent des médecins.
Ils commencent à évacuer.
Ils sont des salariés.
Ils ordonnent le départ.
Ils sont le personnel.
Ils sont diplomatiques.
Ils sont non essentiels.
Ils préparent.
Ils évacuent.
Ils sont les ressortissants.

Elle envoie trois avions.

Ils sont militaires.
Ils rapatrient.
Ils sont les ressortissants.
Ils ne sont pas indispensables.
Ils sont 1,5 million.
Ils sont bombardés.
Ils sont impossibles.
Ils atterrissent.
Ils annoncent.
Ils ne reconnaissent pas.
Ils autorisent.
Ils ne reconnaissent plus.

Il sert de référence.
Il flambe.

Elles sont en baisse.

Elle prend de l’ampleur.
Elle débute dans le centre.
Elle réclame la chute.
Elle gouverne.
Elle est au pouvoir.
Elle est là depuis de deux siècles.
Elle espère.
Elle mobilise.

Ils sont 100 000.
Ils opposent.
Ils manifestent.
Ils sont partisans du pouvoir.
Ils réclament le départ.
Ils font cinq blessés.
Ils campent sur une place.
Ils sont devant l’université.
Ils tentent de s’approcher.
Ils se rassemblent.
Ils sont les partisans du pouvoir.
Ils attaquent les manifestants.
Ils attaquent les étudiants.
Ils attaquent à coups de matraques.
Ils attaquent à coups de poignards.

Elle intervient.
Elle disperse.

Il est au pouvoir.
Il est là depuis 32 ans.

 

 

 

 

 

, , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>