[Chronique] Sombre Les détails de Guillaume Fayard, par H. Gauthier et P. Boisnard

[Chronique] Sombre Les détails de Guillaume Fayard, par H. Gauthier et P. Boisnard

juin 28, 2006
in Category: chroniques
0 915 1

Sombre Les détails est sorti à l’automne 2005.
Guillaume Fayard dans ses pages essaie de traduire l’expérience de la concordance des mots avec le vécu phénoménal de la conscience. Ainsi il s’attache à exposer le problème traditionnel d’une des recherches poétiques, qui tiendrait à la possibilité pour la langue de traduire la variation infinie des détails de la phénoménalité :

Quel degré d’arrachements des ombres
Quel plissage Loin Méduse dans l’oeil, fuite sous les

[…]
Détail, à Précision d’enveloppe En fuite Les yeux
[…]
Attaque l’oeil en Brûlure de Blanc
[…]
L’un l’autre, et l’élasticité – l’attention portée aux détails L’oubli des

En effet, depuis la mise en question de la langue en rapport au réel au XIXème siècle (de Rimbaud à Nietzsche), la poésie ne cesse, et ceci surtout dans les écritures blanches, de réactiver la différence fondamentale entre langue et être. Ce qui conduit Fayard à une écriture qui déborde dans cesse la linéarité de son apparition. Les mots n’ont pas le temps de tracer une perspective de sens, immédiatement, ils sont interrompus par l’impact poétique d’une autre angularité phénoménale. Langue qui en quelque sorte tressaute, bégaie le réel, prise dans l’amorce permanente d’un voir qui s’échappe par sa rapidité du dire.

Mais Fayard, à trop vouloir présenter le fourmillement des détails perçus par angularité subjective sans épaisseur temporelle, en arrive peu à peu à une forme poétique homogène, sorte de réalité magmatique d’où plus rien ne perce. Finalement l ‘extrême différence, par les interruptions perpétuelles du texte, s’homogénéise, disparaît, pour ne laisser place qu’à une surface de variations linguistiques. On reprochera, sans doute à tord comme nous allons le voir, le manque de ruptures, de lézardes qui viendraient vraiment bousculer parfois cette étendue monotone dans sa diversité. Illusion de fourmillements dans le parcours du quotidien.
À tort, disions nous, car Fayard l’expose lui-même :

Surface vernie d’une Homogène, la
Croyant homogène, là Prenant l’attention la conduisant liquide
Accrochant une Accroche, qualités, et Touchant Ce qui
retient dans une
Texture La peau Un angle

Cependant, mettant en critique ici la croyance en l’homogénéité du réel, et prônant la rencontre des angularités et de leur richesse — ce que cette expérience poétique propose —, la conscience en arrive elle-même, dans son expression, à reproduire ce à quoi elle a voulu échapper.

Il semble alors, que l’on ait à faire ici à une forme déconstruite de lyrisme qui malgré sa matérialité laisse quand même apercevoir un certain esprit mélancolique quant à la saisie du réel et du caractère éphémère de la rencontre de la conscience avec le monde. Ainsi, Fayard se positionnerait dans la ligne d’une modernité négative, qui passe aussi par la poésie blanche. Or, comme René Girard le souligne parlant de la négativité qui traverse la langue poétique, et des silences, des ruptures qui l’instabilisent : « L’esthétique du silence est un dernier mythe romantique. […] Dix ans ne passeront pas avant qu’on reconnaisse dans l’écriture blanche et son degré zéro des avatars de plus en plus abstraits, de plus en plus éphémères et chétifs des nobles oiseaux romantiques. Ils ne veulent pas la solitude, mais qu’on les regarde en proie à la solitude. Ils ne choisissent le silence que comme marque d’honorabilité littéraire, l’insignifiance n’est chez eux qu’une ruse de l’impuissance, qui l’utilise comme apparence d’un sens mystérieux« .

Si pour une part la modernité est travaillée par la critique violente des systèmes de représentation hégémonique du réel, ici avec Fayard, une tout autre voie dans la modernité est tracée. Avec ce genre de poésie est proposé au lecteur le retrait individuel d’une conscience qui cherche à travers une certaine illisibilité sa propre intimité.

, , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *