[Texte] Bernard Desportes, Chère petite Fleur [Libr-humeur]

[Texte] Bernard Desportes, Chère petite Fleur [Libr-humeur]

novembre 2, 2014
in Category: créations, UNE
0 2592 38
[Texte] Bernard Desportes, Chère petite Fleur [Libr-humeur]

Dans sa lettre ouverte de Libr-humeur, Bernard Desportes nous emmène cette fois au pays des Merveilles – qui, comme chacun sait, se trouve en Béotie -, là où tout n’est que luxe, ordre et naïveté. [Dessin en arrière-plan : "Fleur Pellerin et son pot-au-lait" – © ZOMBI]

 

En octobre 2014, au Pays des merveilles

 

Chère petite Fleur,

 

Vous fîtes de brillantes études politiques et vous réussîtes le concours de l’ENA, vous y devîntes élève de la promo Averroès – sûtes-vous qui était Averroès, chère petite Fleur ? ou l’ignorâtes-vous ? Puis vous fûtes conseillère à la cour des Comptes (qui n’est pas comme chacun sait la cour des Cons), et bientôt ministre des PME, secrétaire d’Etat au commerce extérieur… Enfin vint le jour où vous reçûtes de l’Elysée ce coup de fil fatal :

– Fleur, c’est François…

Quelle émotion fut la vôtre !

– Ouiiii, François… Que dîtes-vous : le ministère de l’agriculture, oh oui ! quelle joie !

– Non-non, Fleur, le ministère de la culture…

– Ah bon… c’est quoi, ça, François ?

– Eh ben, j’en sais trop rien, Fleur… Je crois, je crois que la culture… c’est maintenant ! Et puis tu sais, Fleur, ça sert à rien la culture, mais vois-tu ça fait partie d’un gouvernement normal…

 

Et c’est ainsi, chère petite Fleur, que, pimpante comme une fleur de printemps, vous arrivâtes rue de Valois. Mais, las, que la vie est donc ingrate, vous vous prîtes les pieds dans le tapis : Modiano, c’est quoi, ça ? Puis vous vous enroulâtes dans le même tapis : jamais lu un livre de ce type, moi… d’ailleurs ça fait plus de deux ans et demi que je ne lis aucun livre… Chère petite Fleur, ça fait pas 2 ans 1/2 mais 46 ans que Modiano publie des livres… 5 ans avant votre naissance…

Ah, chère petite Fleur, ça sert à quoi tout ça, hein, toute cette histoire, toute cette littérature, à l’âge du numérique ? Et voilà que vous vous justifiez, vous vous dîtes prête à faire des “fiches techniques” sur vos lectures comme preuve de vos connaissances… C’est un peu lamentable, non ? Vous vous noyez dans l’eau usée du vase, chère petite Fleur, imaginez-vous Malraux utilisant des fiches techniques pour parler de Gide, de Mauriac ou de Camus ? Vous vous enlisez, chère petite Fleur… Petite fleur obscure des sous-bois de l’Administration, personne ne vous connaissait… et soudain, hop ! on parle de vous sur la planète entière ! pour quoi ? pour votre inculture ! quel scoop… on reconnaît bien là la ministre de la communication…

 

Allons, rien de grave… Si vous ne savez rien de Modiano, chère petite Fleur, qui connaissez-vous donc comme écrivain français vivant ? Zadig & Voltaire ? Pensez-vous comme M. Sarkozy, un autre brillant politique, homme de culture, ami de Jean-Marie Bigard (que vous connaissez sans doute ?), pensez-vous donc comme lui qu’il faut être “un sadique ou un imbécile” pour s’intéresser à La Princesse de Clèves ? Connaissez-vous Madame de La Fayette, chère petite Fleur ? Saviez-vous pas qu’à bord de L’Hermione elle est allée rejoindre Washington et a libéré la Virginie ? Quelle bouillie…

Tout se complique, pauvre petite Fleur, tous ces écrivains, tous ces romans c’est pas pour vous… Proust, au fait, n’est-ce pas une marque de madeleine ? Lâchez tout ! Oubliez ce mauvais rêve, la culture c’est pas pour vous, la littérature c’est pas pour vous, car vous ne rêvez pas, vous : le rêve c’est pas connecté, c’est pas numérique… Pauvre petite Fleur soudain pensive, retournez donc vous occuper de commerce extérieur ou d’ENA… ça vous évitera peut-être de dire d’autres âneries…

Mille baisers, chère petite Fleur.

Bernard Desportes

 

, , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *