[Texte] Christophe Esnault, Lettre au recours chimique (extrait)

[Texte] Christophe Esnault, Lettre au recours chimique (extrait)

novembre 23, 2019
in Category: créations, UNE
0 624 33
[Texte] Christophe Esnault, Lettre au recours chimique (extrait)

Après Antonin Artaud et Sarah Kane, écrire la psychiatrie et le recours chimique à hauteur d’un face à face avec le psychiatre. Affirmer que vivre, vivre vraiment est aujourd’hui devenue une pathologie. Et puisqu’au travail et ailleurs la critique sociale est psychiatrisée, se psychiatriser davantage pour aller vers une nouvelle critique sociale. Ce texte n’est ni un poème, ni un essai ni une lettre, ni un pamphlet ou encore un monologue théâtral, sa forme est juste la seule possible pour tenter de faire preuve de pensée (et de riposte vaine, mais salvatrice), en usant d’humour et d’autodérision. C’est un refus qui dit oui, on ne fera pas la révolution sans éclats de rire. En sachant que la pensée de l’auteur a des angles morts qui ouvrent sur des questionnements plus larges que la seule question que l’on lui pose un peu trop : Quelle est la pathologie ? 

 

Lettre au recours chimique – extrait

Et je suis devant des psys qui ignorent tout d’un processus de création
Plusieurs fois ce sont mes excès d’implication en écriture
Qui m’ont mis dedans
La jubilation de l’écriture
La convocation du passé
Et le comment être post-moderne
Après les post-modernes
Et la recherche formelle
Ou la recherche du feu
Et le pourquoi écrire si on n’invente pas une langue ou/et une forme
Une respiration calée sur le flux
Et la recherche d’angoisses et d’états-limites pour nourrir le texte
Le relier à l’inconscient et au chaos
Jeu avec la culpabilité d’exploiter l’autobiographie
De faire de personnes existantes des personnages
Sans parler de mon impudeur
L’accès de panique quand arrive la fin du texte
Les descentes de lacets de montagne avec pas de frein sur le vélo
Des relectures hypnotiques avec le logiciel d’anagrammes
Des lectures lacanoïdes du texte
Ou quand le signe et l’interprétation deviennent la maladie elle-même

Se relever la nuit
Art de l’euphémisme
Essayer de s’endormir et allumer la lumière
20 fois
50 fois
100 fois
Voilà c’est ça
Le processus d’écriture qui empêche de dormir
Comme si j’allais trouver du meilleur matériau
Dans les affres de l’insomnie
Et des cogitations incessantes qui tournent autour du texte et du langage
De la pensée qui arrive en tel flux continu qu’il est impossible de dormir
Maladie du travail de l’écrivain trop impliqué
Impossible de dormir
Une nuit
Deux nuits
72 heures sans sommeil
Aller au travail au radar
Et au retour ne pas dormir
Écrire des notes sur un carnet
Lâcher deux pages sur Word
Ou dix
Gros avatar de merde quand tu chies sur mon monde de création
Quand tu ne veux pas en entendre parler
De ça et des 100 films réalisés en 2018
Dis-toi bien qu’il n’y a pas un Toféno social
Avec qui tu parles cinéma ou politique
Ma vie est vouée à la littérature
Je suis cet homme-là
Si tu veux en voir un autre
Trouve-toi
Un autre pote
Un autre patient
Un autre camarade
Un autre frère
Ce n’est pas être autocentré
Être égocentré
Rater aux yeux de mes juges la transmutation du Je
Sublimement
Et refuser le réel
D’un monde qui ne soit pas création
Et ma vie vive est une création
Et on me demande chaque jour de redescendre à hauteur
De ceux qui vivotent
Même si vivoter
Au regard d’où ils se traînent
Vivoter à côté, c’est vivre dans les nuages

Dois être votre premier patient client à venir avec mon matos de pêche
Je vous l’ai dit : j’aime la Loire
Et pour vivre la Loire
On peut marcher le long des berges
Sortir une barque, une gabare, un canoë ou un kayak
Pour vivre la Loire on peut pêcher
Ou chasser
Ou nager
Ou y faire l’amour
Et si j’étais entré avec mon filet à appelants canards
Plutôt qu’avec ma canne à lancer
Oui avec une housse de fusil sur l’épaule
Peut-être auriez-vous été un poil plus attentif
Peut-être auriez-vous mieux écouté
Un peu mieux considéré ma présence devant vous
Surtout si par jeu j’avais joué lors de mon monologue
Joué comme on joue avec une boule anti-stress
Avec des cartouches de calibre 12

, , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *