[Texte] Olivier Matuszewski, N'importe où toujours au même endroit (8/8)

[Texte] Olivier Matuszewski, N’importe où toujours au même endroit (8/8)

février 27, 2018
in Category: créations, UNE
0 1144 5
[Texte] Olivier Matuszewski, N’importe où toujours au même endroit (8/8)

Une fin en feu d’artifices : lieux communs et télescopages divers… [Lire le 7e extrait]

Un trait menace et puis me nargue

Un trait me trace

sur toute la longueur nécessaire, nécessairement démocratique

S’aimer fragile sans douter que mille fois on est tombé dedans

Ceci dit, je mens dès que je rencontre

Chaque rencontre est mensonge parce qu’il y a des fragments

Il y a un arbre qui a trop d’eau dans ce pays d’où je t’appelle

Un pays de putes et d’ex enfants de mauvaise graine qui se perdent en souvenirs hachés menus

J’t’ hachure parfois

que la rencontre est un mensonge

Encore qu’il n’y ait rien de physique, comme dans la lutte ou le déni perpétuel

< Y en a franchement (…)

C’est comme quand on se décide à finalement ne pas allumer la lampe / quand nous prend une envie subite et dorée sur les coups de 3 h du matin

< Ça, c’est du sport !

Il y a de bonnes raisons de tout débrancher ou de se gaver d’une bonté gouailleuse et sucrée revenue contre toute attente

Allez reviens !

La porte est aussi seule que toi dans sa réalité

Tu veux te cogner, ça te regarde

Mais ne réveille rien

 

A ce moment le peu de ciel visible n’appartenait plus à personne, et ses points par millions qui veulent faire croire au jour, le propriétaire de ses yeux-là, pensera-t-il à les ouvrir, demain, quand les ombres auront doublé la mise ? 

, ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *