[Texte - série] Marc Perrin, Fragments Spinoza #17 & 18

[Texte - série] Marc Perrin, Fragments Spinoza #17 & 18

mars 26, 2013
in Category: créations, UNE
0 1045 1

Voici la suite de votre série humopoésophique, dont vous pouvez lire la présentation et le dernier post.

[BABA & DANGEROUS NANA, 3]
 
 
 
Reprise. Tout être parlant marchant toute femme tout homme en action s’approchant de Baruch est une menace pour lui en ce début d’après-midi du 3 novembre 2011 place Tien An Men. En ce début. D’après-midi. 3 jeunes femmes en approche sont la menace de Baba. Paura di Baba. Appel au secours di Baba. Mama, Nana, Mama ! Baba. Appelle Mama Spino. En vain. Baba. Dans son landau. Place Tien An Men. Il a six mois. 3 jeunes femmes entrent dans sa chambre obscure, le réveillent, le menacent. 3 jeunes femmes s’approchent de lui. Elles sont : 3 jeunes unités chinoises de production en cours de formation, qui, dans un même mouvement, s’approchent de lui + fusionnent en un seul corps et deviennent une espèce de forme unifiée menaçante c’est-à-dire une espèce d’altra mama not la mama di suo Baba. Trois jeunes femmes. Unifiées. Débarquent dans la chambre de Baba. Il a six mois. Elles tendent les bras. Elles le prennent. Elles l’emportent et c’est ainsi que six bras les six bras de l’altra mama enlèvent Baba qui a six mois. Un bras. Pour chaque mois. Kidnapping réussi.

 

[BABA & DANGEROUS NANA, 4]
 
 
 
Les 3 jeunes chinoises embarquent Baba. Kidnapping. Elles le séquestrent dans une maison à l’écart de la ville. Elles rédigent un communiqué de presse. Nous, Unité Chinoise de Production en cours de formation, rendrons el Baba à sa mama verita le jour où liberté + égalité avec leurs cousines sisters & brothers se réaliseront dans des organisations concrètes, tactiles, sensibles et vivantes, et non plus via ces reproductions de vieilles cartes mémoires du temps jadis jamais vécu ersatz de culture hors-sol. Les 3 jeunes chinoises. Unifiées. Attendent en vain quelques réactions des pouvoirs publics et ou de la finance internationale ou et de l’industrie chinoise. En vain. Elles nourrissent el Baba comme elles pensent devoir faire et mais : sans pouvoir lui fournir sa dose quotidienne de mama verita. Baba. Dépérit. Sans même geindre ni pleurer. Baba. Devient tout gris. Tout gris + tout ridé + vieux et triste avec des expressions de mort grimaçante, sans la moindre perspective de résurrection. Les 3 jeunes chinoises. Rédigent un nouveau communiqué de presse. Nous, Unité Chinoise de Production en cours de déformation, rendons ce jour el Baba à sa putain de mama verita, et, quant à la démocratie, qu’elle soit représentative, républicaine, populaire, revancharde : qu’elle aille se faire foutre avec ses racines de commandement du peuple par le peuple. Nous. Reviendrons avec d’autres mignons dans quelques mois. Annexe : par cause de soi nous entendons ce dont l’essence enveloppe l’existence c’est-à-dire ce dont la nature ne peut être conçue que comme existante voilà c’est tout pour aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

 

, , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>