un entre(deux)tien avec Maïté Kessler de la revue Broch# par Franck Doyen

un entre(deux)tien avec Maïté Kessler de la revue Broch# par Franck Doyen

avril 4, 2006
in Category: entretiens
0 1195 3

Dans le cadre du partenariat avec 22 (Montée) des poètes, nous publions l’entretien qu’a consacré Franck Doyen à Maïté Kessler dans le n°46

22(M)dP : « Maïté Kessler, depuis quand existe broch. # ? Et quelles y sont vos intentions?
Maïté Kessler : Ce projet est né en septembre 2004 et, au départ, je voulais faire quelque chose d’informatif surtout ( d’où la matière de la revue : photocop’, noir & blanc, de simples agrafes, du A4, brut de décoffrage !). Le rythme de publication idéal aurait été celui des semestres universitaires. Comme un enseignant, j’aurais fourni la matière première première, au lecteur ensuite de faire son travail, comme l’étudiant « traduit » les polycopes qu’il reçoit quotidiennement. L’autre chose importante dans ce projet est d’essayer de mixer : des auteurs connus, d’autres moins, d’autre nullement ; et mixer les médias, le texte et l’image notamment.
22(M)dP : Comment diffusez-vous broch. # ?
Maïté Kessler : Je n’arrive pas à prendre le temps et à m’organiser mieux pour la diffuser davantage. Il faut que cela change ! Pour l’instant je profite des événements existant comme le Salon des Revues, le Printemps des Poètes, etc, pour la diffuser, mais je dois arranger cela. Une autre chose intéressante était sa présentation lors du festival vidéo au Centre d’Art Contemporain d’Hérouville Saint-Clair. Hors contexte ou en tous cas confrontée à d’autres média, elle prenait une dimension toute autre, enrichissante ; telle un virus qui arrive à pénétrer plusieurs corps, à s’étendre à plusieurs champs. Et voilà d’ailleurs le texte qui accompagnait les brochures, imprimé en parallèle :
«Riche d’un ôte-agrafes horizontal, de plusieurs chargeurs de documents automatiques & manuels, d’une agrafeuse intégrée, exécutant plus de 50 photocopies à la minute, autant de recto/verso s’il le faut, le copieur Océ 3165 est le partenaire idéal des structures, petites ou grandes, dont le but est d’informer et de diffuser largement et pour un moindre coût tout type de connaissance.Riche de personnalités du monde de l’art, de personnalités évoluant dans des univers poétique et de boucherie, d’une extrême rigidité ou d’une souplesse sans bornes, doté d’un militaire, d’une pâtissière, d’un électricien, …, mon carnet d’adresse est mon partenaire idéal lors des moments de grande lassitude que je connais en ne fréquentant qu’un seul et même corps, ne labourant qu’un seul et même champ.Fatiguée de tourner en rond et, tel un mixeur Bosch, j’ai à élaborer un plat homogène, un tout, un même où se rencontrent mineurs & majeurs, bons, bruts, et truands, chacun restant bien dans son camp à tout prix; car c’est dans ce Même composé d’individus autonomes que vont se créer les différences qui en feront la richesse.Le résultat étant à la hauteur des moyens investis.»
22(M)dP : Vous souhaitez passer du support papier à l’événementiel. Où en êtes-vous?
Maïté Kessler : J’ai réussi pour le premier n° à organiser dans un atelier à Paris une soirée avec quelques participants, uniquement parisiens. Mais la chose devient compliquée ensuite lorsqu’il s’agit de faire venir des gens de province et de leur financer au moins leurs déplacements, logements, etc… Quand je reste seule à travailler là-dessus sans m’organiser pour recevoir des subventions; chose à laquelle je pense sans pour autant prendre le temps d’y travailler encore.
22(M)dP : Comment rencontrez-vous vos auteurs (et récipoquement) ?
Maïté Kessler : Les participants à la brochure font parti de mes environnements sonore,
visuel et gustatif. Il s’agit de personnes rencontrées lors de manifestations de poésie, d’expositions pour la plupart ; d’autres, trouvées en chemin pendant mes 6 années passées dans des écoles des Beaux-Arts ; des autres encore, vus, lus & entendus, sur disque & sur papier auxquelles j’ai dans un second temps envoyées des propositions de participations, comme celle-ci, à Serge Pey :
« Bonjour,
Nous ne nous sommes jamais parlé de vive voix mais je vous avais dejà ecrit il y a quelques années, pour un projet de bras de fer, d’un répertoire de poète ; je fabrique aujourd’hui une brochure en photocopie à laquelle a participé Georges Hassoméris ; il me semble qu’il vous l’a montré au dernier Marché de la Poésie, place Saint-Sulpice. Et je vous envoie aujourd’hui ce mail pour
1 – vous demander une adresse postale à laquelle vous envoyer un exemplaire
2 – vous proposer de participer au n° 3, cet automne.
J’espère que cela vous ira.
Maïté Kessler »
22(M)dP : Pouvez-vous nous en dire plus sur le prochain broch# (numéro 2 ettroisième du nom) ?
Maïté Kessler : Dans le troisième numéro, très en retard, il y a plusieurs éléments nouveaux : Laurence Dénimal, éditée chez Al Dante et rencontrée au Salon des Revues par l’intermédiaire de Georges Hassoméris ; Serge Pey donc, et une personne complètement extérieure aux autres, rencontrée ni dans un salon ni dans un festival mais lors d’un goûter et autour d’un verre de vin un dimanche après-midi, Jérôme Laperruque, musicien et auteur d’une chronique dans le magasine Chronicart, qui ne connait pas les autres participants, et la réciprocité doit pouvoir se vérifier. Je me dis qu’il participe bien à la richesse de l’ensemble, par sa nature d’étranger à tout cela ; ou peut-être pas et, cela ne réside peut-être qu’uniquement dans mon fantasme d’arriver à une mixité totale et assumée et perceptible.
22(M)dP : Avez-vous de l’événementiel en prévision pour 2006 ?
Maïté Kessler : Toujours cette volonté d’organiser quelque chose dans les locaux de l’Université de la Sorbonne; un possible qui engendrerait sans doute une confrontation intéressante entre le public et les auteurs. D’autres endroits seraient évidemment accessibles mais, comme je l’ai dis plus haut, je dois d’abord me résoudre à trouver les moyens financiers pour le faire au mieux.
Voilà. »

, ,
franck doyen

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *