[Dossier sur la subversion - 5] Andy Vérol, (auto)portrait vérolé...

[Dossier sur la subversion – 5] Andy Vérol, (auto)portrait vérolé…

janvier 19, 2011
in Category: créations, UNE
0 241 0

L’intérêt de ce texte d’Andy Vérol – dont on visitera le site – réside dans l’examen antihéroïque des consciences – la description cynique des esprits vérolés par le biais de l’autoportrait…

Je ne me suis jamais leurré sur mon sens du courage… J’aurais été un collabo parce que je n’aime pas plus être français que naze, parce que les juifs, les roms, les darfouriens, les haïtiens, les maghrébins sont des beaufs insipides, comme tout le monde… Parce que je suis lâche,comme toi, incapable de m’extirper de mes connexions internet, mes caddies poussés dans des supermarchés… Je n’aurais pas connu Jean Moulin, et me serait contenté de ne pas regarder la vérité en face. J’aurais été cynique, comme Céline, j’aurais été un merdeux comme Cocteau… en aucun cas je n’aurais tenté de risquer ma vie pour sauver une République pathétique bâtie par des bourgeois, des menteurs, des vendeurs de mensonges… J’aurais été collabo en 1940, j’aurais été silencieux en 62, tout comme je suis baîllonné par le manque de couilles quand il s’agit d’extirper les criminels de guerre "modernes" que sont les dirigeants "démocratiques" des états occidentaux… J’aurais été aussi efficace qu’un string pour chauffer un cul, aussi crédible qu’un guevariste qui pousse un caddie et n’achète que du bio dans les supermarchés et paie un abonnement internet auprès d’une multinationale de l’encule sociale… J’aurais été honnête : lâche. J’aurais été intègre : planqué.

, , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *