[Livre + présentation] Inter-actions C.L.O.M. (Joël Hubaut) de Philippe Boisnard

[Livre + présentation] Inter-actions C.L.O.M. (Joël Hubaut) de Philippe Boisnard

novembre 27, 2007
in Category: Livres reçus, UNE
4 2057 1

Philippe Boisnard, Inter-action C.L.O.M. (Joël Hubaut),Contributions à une réflexion sur l’art et la littérature post-modernes. éditions Le clou dans le fer, 64 p.
ISBN: 978-2-9526347-7-9. Prix : 9 €. [site des éditions]

[4ème de couverture]
Cette étude s’interroge sur la notion de la post-modernité à partir de l’oeuvre poétique et plastique de Joël Hubaut, particulièrement par l’analyse d’agencements situationnels mis en place par le projet C.L.O.M.
Étudiant la logique de ces derniers chantiers inter-actifs, l’auteur est amené à proposer une étique post-moderne critique, qu’il reste aujourd’hui à approfondir

[Présentation]
J’ai écrit ce texte pour témoigner, d’un des artistes qu’il me paraît essentiel de connaître ou de découvrir. Le travail de Joël Hubaut ne date pas d’aujourd’hui. Mais cela fait déjà plus de trente ans, qu’il a commencé ses chantiers épidémiks, que cela soit graphiquement ou au niveau des installations. Nous avions donné à voir ici même, des inédits d’un cahier de 1972-1974, qu’il nous a confié [ici , ici et ici].De même l’importante monographie publiée par Les presses du Réel, témoigne de ce parcours atypique : puisqu’il traverse en totalité le champ des arts et de la poésie.
Mais, malgré un travail reconnu, chroniqué à de nombreuses reprises en articles, n’avait pas encore été faite, une mise en perspective problématique de son travail, notamment, de ses chantiers C.L.O.M. (Contre l’ordre Morale).
Cet essai tente d’aborder cette ouverture problématique. Il s’articule en deux parties. Une première consacrée à la mise en tension de la post-modernité et de la modernité. Ceci aussi bien à travers des auteurs français (Lyotard entre autres) que des auteurs américains de la philosophie pragmatiste ou analytique (Shusterman). La seconde partie, s’appuyant sur ces premières analyses, met en lumière la force du travail de Joël Hubaut, confrontant son oeuvre aux dernières esthétiques, notamment l’esthétique relationnelle de Nicolas Bourriaud.
En cherchant à clarifier ce champ de l’art, in fine, je démontre que chez Joël Hubaut, il est possible d’ouvrir une réflexion éthique, qui remet en perspective notre existence dans ce monde contemporain.

, , , , , , ,
Philippe Boisnard

Co-fondateur de Libr-critique.com et administrateur du site. Publie en revue (JAVA, DOC(K)S, Fusees, Action Poetique, Talkie-Walkie ...). Fait de nombreuses lectures et performances videos/sonores. Vient de paraitre [+]decembre 2006 Anthologie aux editions bleu du ciel, sous la direction d'Henri Deluy. a paraitre : [+] mars 2007 : Pan Cake aux éditions Hermaphrodites.[roman] [+]mars 2007 : 22 avril, livre collectif, sous la direction d'Alain Jugnon, editions Le grand souffle [philosophie politique] [+]mai 2007 : c'est-à-dire, aux éditions L'ane qui butine [poesie] [+] juin 2007 : C.L.O.M (Joel Hubaut), aux éditions Le clou dans le fer [essai ethico-esthétique].

View my other posts

4 comments

  1. yves justamante

    Il a l’air alléchant ce livre.
    Petit problème que je me pose à la lecture de l’article : c’est la notion très vague de postmoderne, postmodernité.
    N’ayant pas de grosses connaissances théoriques, je m’interroge cependant sur l’utilisation de la notion de « postmoderne » à des fins a

  2. yves justamante

    artistiques. C’est à dire, il me semble, en oubliant le principal quant à l’invention de la notion, c’est à dire une visée avant tout politique. Ne pourrait-on pas utiliser un autre mot : « moderne », même s’il est galvaudé ici et là, paraît encore convenir et résister à l’opacité du préfixe qu’on osa lui accoller. Ou alors forger un autre mot. Intermédia semble idéal.
    Car accoller le mot postmoderne à une création exigeante et contemporaine me semble contreproductif. Je me base, au départ de ma réflexion, sur le livre de Jordi Vidal sorti il y a peu,  » servitude et simulacres  » , dans lequel l’auteur affirme que l’invention du concept est tout sauf neutre, qu’il est là pour masquer le but de son apparition : la prétendue fin de l’histoire et DONC l’abolition de la lutte des classes. ( C’est un raccourci de ma part, excusez de la maladresse ).Enfin, sentant que je vais très mal en parler, je me contenterai de vous recommander sa lecture. On pourrait peut-être débattre du sujet dans un espace consacré à ça.
    Encore bravo pour ce site très riche et ouvert à la critique, ce qui paraît aujourd’hui assez extraordinaire.

  3. rédaction

    Dans ce livre, je prends soin tout au long de la première partie de revenir sur la question de la post-modernité, notamment en la remettant en perspective 1/ dans le cadre d’une déconstruction de la modernité et de ses gestes; 2/ en la mettant dans l’horizon des pragmatiques américains, qui tentent aussi bien de montrer en quel sens elle est à distibgué de l’hyper-modernité, qu’elle se constitue au niveau de esthétique, éthique et philosophique.

    Mon parti est d’abord de mettre en évidence ce qu’est une époque post-moderne, et ceci à partir de la constitution du sujet humain humain (Lipovetsky est là important). Et delà de comprendre comment certains types d’oeuvre justement ne peuvent appartenir à la modernité ni négatives (Prigent par exemple) ni positive (l’univers rationnel issu de la révolution rationaliste du XVIIème), mais par leur forme d’intervention (souvent lié au dispositif, et impliquant des processus sociaux) et leur matérialité serait davantage post-moderne, se posant à distance de la logique du propre définissant la modernité, pour interroger, représenter, mettre en perspective une autre constitution de l’homme en rapport à sa situation.

    Bon il faudrait entrer dans le détail de cet essai et des discussions politiques, esthétiques et éthiques que j’y ai posées en liaison avec de nombreux auteurs.

    En tout cas merci d’avoir posée cette question.

  4. yves justamante

    Merci pour la réponse.
    Je vais lire ton livre dès que je me trouverai un petit moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *