[Chronique] Claude Favre, A.R.N. Agencement Répétitif Névralgique, par Sébastien Ecorce

[Chronique] Claude Favre, A.R.N. Agencement Répétitif Névralgique, par Sébastien Ecorce

avril 10, 2014
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 2651 26
[Chronique] Claude Favre, A.R.N. Agencement Répétitif Névralgique, par Sébastien Ecorce

Le propre des textes singuliers est de susciter diverses écritures-lectures : après celle de Jean-Nicolas Clamanges, voici celle de Sébastien Ecorce, tout aussi inspirée dans sa radicale différence.

Claude Favre, A.R.N. agencement répétitif névralgique_ voyou, éditions de la Revue des Ressources, février 2014, 146 pages, 10 euros, ISBN : 978-2-919128-07-5.

[Ce volume reprend A.R.N. – que nous avons eu le bonheur de publier dans le dossier Claude Favre en 2013 – et Interdiction absolue de toucher les filles même tombées à terre, développe Comme quoi un mot est un galop et propose Précipités].

 

Le titre est annonciateur (et finement trompeur) de cette force motrice de la langue de Claude Favre. Il reprend un mouvement dans son intégralité publié dans différents sites numériques de qualité, revues et éditeurs indépendants. Mais il est surtout révélateur des identités différenciées qu’il s’agit d’ineffacer. Ce titre suggère qu’il y a de la réplication, de la transformation, et de la trans-duction. Il permet de saisir avec toute facilité l’arrière-fond génétique quant à l’emprunt connoté des pratiques, de déterminations et de transmissions, dans la nature du code (qui reviendrait selon Claude Favre à un faire-corps dans ses actes, ou ses coordonnées). Voyou n’est pas tant là un ajout superflu, dans la mesure où il comporte toute la directionnalité, la profondeur du biais.

Il y a de la scansion, de la répétition, de la plasticité, de la spatialité, dans ces voix. On pourra bien évidemment y décrypter un sens de la structure qui sera limité tant les lignes d’intensités sont riches, segmentées, et proliférantes. Ces bouches abattoirs signent bien souvent d’étranges tétanies, de phosphorescences parcellaires, de complications (complexions) sémantiques, de glissements batailleurs. De l’annotation, de l’incision, de la partition souveraine de l’enfant roi perdu dans son royaume sans sujet de n’être autre que ce commencement perpétuel, de ces trajets, retours. Car savoir aussi que ce n’est jamais le même retour. Nous avançons à pas. Ou au galop ; qu’il faudra raccrocher bien sûr à cet emportement de pouls. Si bien qu’à quelle distance se placer deviendrait presque un impératif si nous voulons frontalement nous lier durablement à cette poétique si singulière, rigoriste et douce. Année lumière ou infra mince. Un Ancien ne nous rappelait-il pas en brouilleur de l’habiter : qu’il ne préférait pas habiter dans l’infini. Ce que Claude Favre ne pourrait infirmer tant elle se joue de ces déterminations à habiter la langue, qu’elle aimerait tant réveillée vivante (je veux la grammaire vivre). Tous les démons tous les esprits cette troupe dans cette traque. C’est la chair qui dicte les emboitements. Claude Favre ne tient pas les choses à distance. Elle écarte finement par ces traversées crans, pour une autre présence. Il y a souvent l’examen froid jovial et lyrique de l’arrachement. Il y aussi, souvent, en ce que la langue du poème est capable de faire passer le temps comme une lame ou un couteau au cœur de l’expérience. Il y a ce temps de prise en charge des énoncés, car la vérité n’est pas l’exactitude.

Si les mots manquent toujours étant cette cinétique de la caravane et des troupes arythmiques. Mais une a-rythmicité qui joue la retrouvaille avec le passage et la décohérence d’un rythme primitif, qui ferait souche et serait en quelque nature princeps au nom d’un réel qui cogne ou d’un sang qui fouette. Tout un système de notations fines, parfois infimes (liens, coupures, sauts, impasses), autant de marques infiltrées qui réifient le souffle pour nous en rendre le potentiel en d’autres fronts. Une implication du corps dans la langue. De rétroaction, de morcellement et de rétrocession. Tout une cinétique de couches minces qui donnent matière, la condensent pour la faire éclater avec douceur (pointe, aiguille, le mouvement, danse). Attendre un point de crise : ou un point de danse dans le mouvement qu’il manque des mots toujours. Pour phraser, il faut savoir parler carnes.

Un corps pour vivre a des verbes. Nous sommes des parlêtres un peu perdus dans l’éblouissement. Même si ça pavane et pagaille. Tout ne se fige pas. Se réamorce. Ça repart tort travers ; et toute possibilité de repartir parce que ça rompt brutalement. Toute une jouissance qui n’est jamais languide, mais tensive. Ces cruautés adoucies par ce qu’elle lance comme propositions d’erreurs, son fou bestiaire. Ce qui renforcera cette trajectorialité, ces petits scénarios voyous. Se croiser ; se recroiser, tisser et détisser, encore dans ce drôle de mix. Mix qui n’est pas à considérer sur le seul angle du montage, mais d’un atavisme (ou une puissance de dévoration) syncrétique, impossible de la grammaire qui déploie ce corps dans la langue. Se cogner au Réel, comme ce qui n’a pas de régime. Elle dit le réel n’a pas de régime régiments de vérité. Il y aura toujours l’issue possible d’un coup qui foire en cette grammaire vivre, qui fonde les séparations pour mieux les relier, assez de seul pour faire communauté. Cet homme de ne, est. Comme le rythme, c’est de cette division, basée sur ce corps qui confond, s’éloigne, plus loin que les discours, qu’il peut y avoir la concrétude d’un lien.

Grammaire donne aux humains ce qu’il en était sorti du Monde. Leur confère un mode de nouage. Un point nodal arraché entre les voix. Le réinscrit dans le périple de bête et de ces mondes hospitaliers. Des petits rituels. Des paroles de diseurs. Se déplace et module l’adresse. Qu’elle déjauge comme entropie. Beautiful crâne, au-dessus du vide. On le voit. Elle danse. Grammaire est cette dette lourde d’une éternité, mais aussi, l’oubli, un temps qui ne reviendra pas, ces petits pharmakons, en tentant de l’habiter si ce n’est pas la paralysie.

La reconnaissance précède son devenir cavalière en des langues fictives affiliatives et recombinantes. Elle projette des mémoires de langues. Déplace sous le visage d’emprunt une altération d’un savoir possible, cette grammaire entre l’anonyme et du mendiant. Un Nous tente toujours de pluraliser. Même si elle le reconnaît la scansion poétique défamiliarise. Tresse les sons des mots perdus. Dans la mortelle douceur des chants. Coupés. C’est ça le réel, elle dit à en. Jouant des mauvaises et terrifiantes rencontres. Animal totémique. La Bête ou un corps horde au tournant refaisant place ou vide. Ou sa place. A la faveur de quoi le monde peut avoir lieu de cette résistance. Elle voudrait dire, des pratiques de déterrement et faire circuler une mémoire, une grammaire vivante de l’interdit. Elle synthétise cette fonction : mi dieu, mi-homme, mi bête, avec ce côté cuiseur à faire gémir le verbe. Mettre en acte un verbe d’état, de transformation, faire vibrer cet état de commencement en un rejaillir vivant. Faire battre ce temps des croyances et des coexistences.

Cette idée centrale et diffuse d’un commencement et d’un revenir. Revenir reviens : au-delà du simple abord du redoublement, un temps à jouer avec les seuils pour lequel le temps ne se laisse pas absorber, faire croiser des lieux de grandes solitudes que ces voix creusent, testent par leur résistance et redistribuent en des franges dangereuses, des espaces d’isolements qui permettent le développement du jeu avec le langage, ça vous sauve, ce jeu, ni passé, ni futur, ni d’ailleurs, pris dans cette incertitude insurrectionnelle, ce champ de manœuvre, ce mouvement d’un monde où il faut faire retour, de passeurs et de mondes culbutés, où les rêves décomposés se consument et se consomment comme des chairs, des retrouvailles comme dans l’évocation même des morts, comme autant de cristallisation et de floraisons, enfant un peu, et s’il peut y avoir dérive c’est pour que cela se rejoue aussi au plan de l’infantile dans la répétition ou l’énumération, l’extraction vaporeuse et stuporale, si elle se met en fureur, c’est pour mieux nous faire porteur de ces courants, de ces limons, saillies ; où chaque courant est la prise non figée d’un commencement, puisqu’elle tisse d’affronts ses propres débandades.

 

Il sera malaisé de scinder les deux premiers opus tant ils se répondent, par une forme d’unité, de récitatif qui les subsument, justement. Un décentrement porté dans et par la danse même. D’imagines et dérives. De galop fracturé, qui renvoie là aussi à la précision des coupes, de la métrique à ouïr, discrète, dans l’écoute quasi physiologique de position mobile dans ces parlers. Elle rassemble des parlers composites ; qui bruissent d’expressions archaïques, apprend à lire, dé-lire dans son petit conservatoire vivant ; ce corps traversé, la respiration vigoureuse qu’elle déclenche à la moindre corporéité du verbe ; Claude Favre puise au pneumatique, à la composition-devenir des pompes, entre enfoui et perdu, même si du montage préfiguré dispose l’allant, toujours du phrasé, le versant et la coupure en avant sec, car la coupe est l’apnée au sec. Elle explore les voix comme des traces mnésiques, les collige : quel chaos boite pandore.

 

Un peu agnostique, épiscopalienne, mystique sans créance en ce qu’elle interjecte ces noms d’absence au monde en cette sacralité du commencement, dans ces modes de touches, et ces sauts. Le saut dans le vide pouvant constituer son mode d’enquête. Ne dit-elle pas admirablement, ou plutôt faussement (facétie des biais) admirablement, qu’elle n’est pas métaphysique. Voudra brouiller avec finesse toute cette généalogie qu’elle jugerait pesante. Préférer l’esquive (voie naturelle plus ou moins incorporée des sans crédos ou des sans parts) pour mieux replonger dans ces phases d’excavations. Cette grammaire, par le travers. Les biais. Tenter d’autres nouages même si le corps la langue ça tourne et quelque fois pire. Ce pire telle une indicialité (et le revers d’indocilité) de cette reprise métaphysique qu’elle semblait vouloir faire refluer, faussement.

 

Le recueil précipité apparaît plus ramassé. Quelques novations typographiques, telle l’esperluette. Un peu comme changer de virgule. Faire amas et coalescence. Produire aussi du différent en cet alignement. Cela confère de la tonicité dans l’insistance. Du renforcement dans ce qui est convoqué. Le temps fuit. Et nous sommes pas bien équipés. Dans l’attente. Une attente qui assigne. Qui fera sarcophage. Alors tout un biais papillon. Rat. Chiens chacals. On pense effraction. Exfiltration. D’aller en déchié, nous prenant par l’encolure d’une cécité qu’il y a toujours cette fonction défécatoire et excrétoire (Rabelais, Guyotat) dans la langue, propitiatoire pour tendre vers cet allant, dans l’ordre de la connaissance (et ce mouvement du défait). Tout un art du bruissement, du bruissement au bruire, et du bruire au bruit, à la carcasse, déjà à l’œuvre. Grenades en têtes. Ce corps dans l’articulation des voix. Rappel d’une incise du grand Vitez. Plus loin, une note de Quignard, quasi cosmogonique. Et l’on sait que ces encoches-là, ne sont pas dues au hasard. Qu’elles font partie vivante de cette toile. De cette mise en espace. Qu’elles peuvent être de nature à infléchir. Des langues pleins la bouche. La parole ne négocie rien. Si ce n’est un jeu de disparition. Je serai tout de viande agonisée pour ne justement pas agoniser et se faire piège mortel.

Comment pourrait-on se faire ajuster ? Dans ces cadrages d’histoires d’histoires, dans ces mal monde qui confinent aux marges de l’histoire, en des centres gravités qu’elle refuse de prendre pour de pures images, à nous braquer son télescope pour nous faire sortir de soi, en des plongées d’attentions aux bords inconsolés ; nous sommes touchés par le beau voir. Même si on fait l’ange / de quoi que voir saisir ? Entendre ce qui fait œuvre. Le doigt sur la bouche. Et ce petit décalage : quel œil quand le doigt sur la bouche ? Suspection inspection. L’auteur perpétue son régime de l’enquête sur une fugue plus ou moins continue qui se dérobe. Et ce désir qui fait décalage. Nous rappelant une nouvelle fois que la vie est non seulement ajustements face aux cordes, mais aussi cette force comique et non tragique (cf. Lacan) ; Précipité serait donc un monde d’arrière passages, un monde d’arrière fond, d’arrière geste, un fond, et une façon de glisser sur tous les tableaux. Quelques requis seraient presque à considérer : la concentration et le décalage.

 

Le dernier opus de l’ouvrage nous laisse des traces mnésiques, pathiques, quasi électriques. Long déroulé de chute, avec cette pesanteur. Froideur sèche. Clinique. Et lyrique. La dureté des chiens errants de l’Histoire. De vers ciselés comme des couteaux. On ne nomme pas les femmes. Mais les filles. Comme des grandes, seules. Elle les englobe dans sa langue, qui n’est qu’un filet dans le dispositif de chutes, leur insuffle une forme secrète d’affection, de dernier rempart contre la barbarie. Longue exécution. Arrachement. Sorte de monolodie puissante et fractionnée qui joue sur cette scansion dans la disparité forclosante de l’atteinte au corps. De la colonisation et du sursaut. Les filles dans l’orbite de ce schéma exécutoire Du-Il.

 

Ce Il qui désanthropise les filles, tout en réanatomisant en d’autres plans leurs corps puisque seul point d’entrée, d’intrusion, par la radicalité de gestes négateurs et du langage crevé, d’invasivité et perforatives séries : touchers, touchers, prolongées d’un savoir ou pré-savoir, où l’impensé d’un savoir dans l’angle aveugle de ces nominations. Rivés à ces suspensions, le fait de défaillir et de se reprendre à terre par le langage. Qu’elle relativise avec cette vue radicale, Les filles ça va pas comme il. Les filles ça toujours ça pire. Les filles pour dé-génériser un langage qui ne peut, au final, qu’accompagner cette chute. Qui accompagne l’opération dévitalisante de ces annexions. Dans l’émeute et la discordance. Des bouches colères. Ce nom de la colère ressassée. Au milieu de ces terres incultes. Est-ce que la chute peut ruiner ce nom de la colère. (« Le monde s’en est allé nous a quitté… » – cf. Celan). La colère ça un genre à tomber. Est une catastrophe qui n’est pas seulement subjective. Elle n’est pas cette fois-ci cet écart, cette ruse ou ce délitement du signifiant. Elle est là. Même si de mauvaise manière. On ne peut pour autant l’assimiler à de la glose qui tombe et qui borderait ainsi le vide. La tombée ou la chute ne fera pas sépulture ni protection d’une mauvaise mort ; la chute qu’elle parvient à polyphoniser, cette chute qui finira par porter, par ces remâches, ces syncopes, qui humanise en retournant celle-ci en parade de colère aggravée. Des dédoublements, des redoublements, des retours secs. Un champ d’honneur qu’elle métabolise avec des circuiteries d’hallucinations. Des rixes et grenailles. Toutes ces filles pas toutes ne relèvent pas du nom vidé ou des effets d’une purge. Deviennent personne par ce qui les rattache à la terre. En cette gravitation. Jamais terrassée, même à terre. Une oscillation entre impuissance et résistance. A terre, le vocabulaire presque à l’envers. Certaines se relèvent. Encore de la place pour de la motricité d’une colère. Que la chute diffracte. La colère est cette présence qui les relie secrètement au péril de la chute. Pas toucher à terre : les corps increvables. Exilé dans le devenir du regard sans altérité de Il qu’elle brise par cette déflagration de tombée, rendue perméable ; qu’une voix ouvre le peu d’espace de transmission. La chute n’est pas immuable. Et résister à la colère. Y fixer non pas un terme, mais un différé. Une trame apparaissante. Et tenter de réécrire l’humanisation du nom : les filles. Face à ces Il d’oubli et d’effroi. Que la chute fait communauté dans la diffraction. Quelles tombent de partout. Qu’il y a bien une forme de commandement ou une injonction au destin que la voix tentera de ralentir. Celles des vivants déjà morts qui savent honorer leur morts et vivants. Pas de saintes. L’errance lourde et légère. La chute ou la tombée faisant figure de topos où peut surgir l’imparlable. Avec des mots tombés, eux aussi, d’où querelle. Comment parler ou faire silence dans ces machineries de désinterprétations des liens, dans la césure entre les vivants. Se ressaisir dans la logique même de la chute à forger les puissances créatrices qui sauvent leurs corps.

, , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *