[Chronique] Ecritures du vide : 2. Jérôme Bertin, Un homme pend, par Fabrice Thumerel

mai 18, 2017
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 1402 12
[Chronique] Ecritures du vide : 2. Jérôme Bertin, Un homme pend, par Fabrice Thumerel

Trois textes récents, qui se présentent sous des formes variées, font du vide le noyau de l'écriture : après celui de Maud Basan, et avant celui de Patrick Varetz, penchons-nous sur celui de Jérôme Bertin, dont c'est le douzième livre. En route pour le vide : psychique, métaphysique, social, scriptural...

Jérôme Bertin, Un homme pend, éditions Le Feu sacré, janvier 2017, 48 pages, 9 €, ISBN : 979-10-96602-00-1.

"Je dirai le cancer de l'être-sans, de l'être-larve.
Je dirai la misère. J'écrirai avec mon sang s'il le faut, la certitude que l'on doit
se réveiller avant la nuit totale qui engendrera le chaos. J'écris pour tuer,
et pour que ces meurtres à l'encre sauvent ce qu'il y a encore de sauvable" (p. 41).

Non pas un homme qui dort... Un homme pend, dans le vide. Celui d'"une société où l'enseignement de l'ignorance forge des esprits soumis à la consommation à outrance et à l'égoïsme le plus lâche" : "Le lèche-vitrines devient art d'état. La pornographie une institution. L'individualisme fait de nous ces atomes parfaitement inconséquents et inoffensifs". D'où la révolte : "Je veux venger ma race écrivait Annie Ernaux. C'est effectivement tout un peuple qui a besoin des livres pour se libérer du joug de la bêtise ambiante, de la soumission" (40). Mais comment échapper à la pose de l'artiste rebelle ?

Un homme pend, dans le vide de la page - le vide de la poésie. Toute posture n'est-elle pas imposture ? "Poète maudit", "poète rebelle", homo absurdus... En un temps de saturation (de l'espace comme de l'espace social et culturel), le postpoète met en scène le vide auquel plus que jamais est confronté tout écrivain authentique. Si son éditeur a le feu sacré, Jérôme Bertin, lui, a un sacré foutre, un sacré foudre. Le bâtard du vide n'a en effet de cesse de compisser les "artistes du vide postmoderne" (15), les "petits rebelles de l'art" (46), la Beauté académique, les Parnassiens, les Muses... Sans illusions sur le rôle de l'écrivain aujourd'hui : "Qu'y a-t-il derrière l'habit de l'écrivain. Plus grand chose. Une machine à écrire et c'est tout. Que reste-t-il une fois éludé le masque. Un marasme infernal de solitude et de dégoût" (25). Mais dans le même temps, il met en scène son propre ratage : le "suicidé raté de la société" (11) est "un imposteur" (19), un "bouffe-varices" (8) qui fait partie des "fous de l'étron" (38)... Cette autobiographie du vide qui accumule les baisades - les cons et les fions - fait ainsi la nique au genre dominant de l'autofiction.

À défaut d'excéder le vide, le postpoète choisit la fuite en avant, optant pour l'excès. D'où une punch poésie dont le moteur à explosions repose sur un phrasé tonique et divers jeux sur le signifié et le signifiant (anadiploses, détournements, échos sonores, calembours et à-peu-près, paronomases...) : "Jouer carte sur étable" (19), "camarade de crasse" (21), "J'ai dépassé mille fois le mur du fion" (21), "contre la montre. Contre la mort" (26), "Vers d'autres corps. Vers d'autres forts à prendre encore" (26), "en avant la muse. Le museau dans le foutre, aveugle, j'écris la foudre" (30), "Les physiques de la marge font des barges au pieu" (32)...

, , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>