[Chronique] Jean-Luc Lavrille, Jetés aux dés, par Christophe Stolowicki

[Chronique] Jean-Luc Lavrille, Jetés aux dés, par Christophe Stolowicki

octobre 23, 2018
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 768 28
[Chronique] Jean-Luc Lavrille, Jetés aux dés, par Christophe Stolowicki

Jean-Luc Lavrille, Jetés aux dés, intervention graphique de David Christoffel, Atelier de l’Agneau, coll. « Architextes », septembre 2018, 90 pages, 16 €, ISBN : 978-2-37428-017-2.

Jeté aux dés dans la fosse aux « sons sans leçon » le lecteur respire, et d’aise Mallarmé dans son tombeau, pour une fois que le sollicite un poète de telles concision, densité, lucidité nourries d’emportements justes ; « creusant cratères critères d’écriture », « un objet forme de Dé perdant six fois la face » roule dans notre arrière-palais ce que la roulette verbale impaire passe dont notre manque s’amplifie et s’allège et s’abrège – de tant de dés qui roulent sur leur erre faut-il qu’on désespère, non.

Aux trois coups d’intertitres bi-syllabiques premiers (« a thée », « ô té », « thé ô ») levé le rideau, entrent en scène à brefs échos « l’étau / […] léthal / occis mort » de tant d’oubli que létal hache, « nuées de criquets cris et hoquets » que « plus jamais dieu / insidieux » de synérèse ne lâche comme la plaie de gypse. Avec Jean-Luc Lavrille prodigue d’oxymores, frayant, desserrant ses impasses en apories, le pas de deux n’ouvrage pas de littérature potentielle mais l’effective, la jointive, la dessoudée.

Au biplan réacteur de clichés surexposés, superposés, en butte au gel, en proie au sel (cum grano), au champ contrechant de pure poésie, celle culminant en cette pénultième fin de siècle qui « dérape par happés d’Europe » d’un coup de dés. De prince des poètes déprisant son art pour celui qui lui adviendrait à pic de ténèbres. De l’Autre qui faute d’avoir vécu a eu raison dans tous ses mépris, brassé son sang, d’outre-tombe sans commissions. Le cliché de destins croisés. De sépulcre en sépulture délasser culture.

Jean-Luc Lavrille hume et nourrit. De railler en vers décalés « pitoyable la pythie / et son / appeau long python / sans vie / sans pneu attique » fait bondir le lecteur de son starting-block à son trépied. Son « sas aux sciés tropes défigurés » fait fulgurer l’effet augure dont les fées n’ont cure ni les renoncules. Exaltant le sens occulte, exultant d’ « héliogamie / viol raptide », de gaîté fée rosse, de gaîté fait rostre d’un espadon, des gaîtés de l’escadron il ne conserve que la pointe sèche sapide. Fuyant « l’âme hélas la / mélasse », gréé de gai savoir, agréé pour créer aux grilles du non-sens un croisement, un métissage de terre-neuve et de terre sienne.

Souvent la poésie verticale, d’égrènement alenti, trahit son artefact, son conformisme narquois ou pénitent au mode dominant : prosaïque s’engonçant dans l’habit taillé sur mesure pour les touristes de Gomorrhe, quitte à retailler les pieds. Celle de Jean-Luc Lavrille, quand il y recourt (« une voix // off / poursuit / poussières et suies // l’image / soudain / de la // diphtonguïté sexuelle » dont une liesse, une hardiesse essuie le dimorphisme) se tronçonne par seule nécessité, rétrécissement aortique de ce qui ne s’avorte en ce jardin d’orties, hachures de virulence. Non vains jeux de langue spatiale mais son ressort mis à nu, à nue, annuités payées cash.

Paronomases en saccade appellent à présent la profération pleine page sans ponctuation ni blanc – à la lecture vive les sursauts d’impulsion ou de recharge dont à profusion Elvin Jones relance, propulse Coltrane. À bout d’étranglement programmé (« cramé macramé macule mon cul mon flux mafflu maladroit mon bras droit mon drame madame mon gros magot […] mon guignon maquignon ») la langue démêle à la feuille les nœuds gordiens de son histoire, de son sanctuaire de saccage et d’accords – quand le silence se fait elle glisse « // tes lestes scopies / ces lestes copies ».

L’abstrus (« hachoirs qui langagent », « plates plantes du pied / vestiges oedipeux ») d’un cran se dessert à chaque poème nouveau. La liberté de langue en ses retranchements, en son épanchement épand son miel de scories, son corps âme et lie au pays de cocagne, de qui pairs gagne. Improvisant chorus de « mer / déposséïdée déblousolée / décésarisée décalottée déculottée / désempalée dézeugmée désemparée / […] désanacoluthée désanalculottée / désanaphorisée désamphorisée / […] et de rerum naturae / déprobicandidée déchismée déchiasmée […] », bref. Mais non moins : démultipliée, déniée, déhiscente, démontrant qu’un coup de dés préfixe un renfort.

, , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *