[Chronique - news] Valère Novarina, Disparaître sous toutes les formes, par Fabrice Thumerel

[Chronique - news] Valère Novarina, Disparaître sous toutes les formes, par Fabrice Thumerel

avril 27, 2017
in Category: chroniques, Livres reçus, News, UNE
0 1346 8
[Chronique - news] Valère Novarina, Disparaître sous toutes les formes, par Fabrice Thumerel

En même temps que l'Exposition "Disparaître sous toutes les formes" (peintures et dessins), qui se tient jusqu'au 28 mai au Musée de l'Abbaye Sainte-Croix (Les Sables d'Olonne), est paru un superbe catalogue structuré en deux temps : la reproduction des œuvres est précédée par les textes lumineux de Gaëlle Rageot-Deshayes ("Rien n'est possédé par les yeux"), Olivier Dubouclez ("Peindre à la trace. Sur le geste pictural de Valère Novarina"), Vicenç Altaió ("La Peinture se trouve à l'extérieur de l'intérieur du théâtre") et de Robin Sevestre ("L'Étymologie du geste").

Valère Novarina, Disparaître sous toutes les formes, Cahiers de l'Abbaye Sainte-Croix, n° 132, 2017, 104 pages (70 pages d'illustrations en couleurs), 24 €, ISBN : 978-2-913981-61-4. [Bandeau et arrière-plan : Possession, dépossession, 2016, acrylique sur toile de 2m x 2m ; en bas, à droite : L'Île de Medamothi, 1983, acrylique de 160 x 160 cm © Valère Novarina]

 

De quoi s'agit-il ? "Dans ces fresques, ces parades forcenées, ces figures de cirque, ces acrobaties, ces morts, ces ressuscités, ces cérémonies et ces danses inchoatives, c'est-à-dire qui fouillent la terre, la goûtent pour en revêtir leur corps et glorifier ce qu'elle a d'éphémère, l'absorbent et la recrachent, dont le fil rouge qu'on voit dans plusieurs œuvres est comme le sang versé de la parole, il y a toute une épopée du geste qui sème, bénit, offre, tue et délivre"... Ainsi Robin Sevestre décrit-il le drôle de monde que présente cette exposition, sans oublier de prendre la nécessaire distance réflexive : "Cette œuvre est une féroce entreprise d'inspiration et d'expiration du monde : une traversée en spirale des règnes dont le corps est la rose des vents, sensible aux influx et aux reflux de la matière, au graduel de ses vibrations, à l'éclat et à la ténuité de ses métamorphoses" (p. 28-29)... Comment rendre compte d'une telle "épopée du geste" ? Chaque critique choisit sa formule synthétique : "art proliférant" pour Gaëlle Rageot-Deshayes, "art excentrique" pour Olivier Dubouclez, "radicalisme antipictural" pour Vicenç Altaió, "chimie pneumatique" pour Robin Sevestre.

En cette époque de fermeture socioculturelle et de repli identitariste, l'œuvre de Valère Novarina est des plus enivrantes : la voix négative nous invite à rejeter tout enracinement, tout assujettissement, toute assignation à résidence immobiliste pour ouvrir l'espace du dedans à l'infinité des possibles. Être, c'est être disséminé dans l'espace et dans le temps.

Disparaître sous toutes les formes, qu'elles soient scripturales ou picturales... En milieu novarinien, quel que soit le geste créateur - celui de l'écrivain, du peintre ou du comédien -, faire c'est être habité par la matière (du langage comme de la peinture), c'est se dé-faire, se perdre, disparaître. Créer, c'est être dépossédé de soi, s'abandonner à la furor, aux forces surgissantes - corporelles, pulsionnelles ou esthétiques. Créer, c'est se mesurer à la démesure du monde, dépasser les limites pour s'ouvrir à l'infini. Nulle identité dans ces conditions.

La puissance transfiguratrice du geste novarinien est régie par le couple antinomique apparition/disparition, matériel/spirituel, Un/Multiple, chaos/méthode... Dans cet espace de la métamorphose où ça travaille, règne la tension entre rouge et noir, matière et antimatière, présence et absence, humanité et animalité... L'œuvre novarinienne est un creuset dynamique où apparaissent et disparaissent des formes emportées dans un tourbillon ; où, à peine apparu, chaque centre s'évanouit - de sorte que "le centre est partout, la circonférence nulle part", pour le dire à la façon de Pascal...

Ce qui est sûr, c'est qu'un tel goût baroque pour l'inachevé et la démesure nous permet de mieux respirer.

 

PAYSAGES PARLÉS, textes de Valère Novarina, par Claire Sermonne et Mathias Lévy dans le cadre de la Nuit des musées

Au Musée de l’Abbaye Sainte-Croix des Sables d’Olonne le 20 mai 2017 de 19h à 23h


Paysages parlés, suite pour voix (Agnès Sourdillon, comédienne) et cordes (Mathias Lévy, violon improvisé), sur des textes de Valère Novarina.

Entrée libre.

Plus d’informations : http://www.lessablesdolonne-tourisme.com/fiche/detail/17414/Decouvrir~Agenda-Evenements~Expositions/la-nuit-des-mus%C3%A9es
Le site du Musée : http://www.lemasc.fr/masc/

Musée de l’Abbaye Sainte-Croix
Rue de Verdun
85100 Les Sables d’Olonne
Tél : 02 51 32 01 16

, , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>