[Chronique] Patrick Bouvet, Canons

[Chronique] Patrick Bouvet, Canons

mars 13, 2007
in Category: chroniques, UNE
1 1523 3

Peu après Nouvel âge, sa dernière installation sur inventaire-invention, dont on a rendu compte le 18 décembre 2006 [ici], avec Canons, Patrick Bouvet livre un dispositif plus ample qui nous propose une dizaine de variations autour de trois figures féminines des plus actuelles que le texte entrecroise très habilement.

La première est une femme obscure et complexée, lectrice égarée qui subit le discours injonctif de la presse féminine. Le travail de cut-up et de boucle fait déboucher le mélange de psychologisme et de conseils pratiques – notamment en matière de relaxation – dont regorgent les magazines féminins sur des suggestions à caractère ouvertement sexuel :
« vous n’êtes pas
consciente
des possibilités
des signes
votre entourage va
succomber
à votre charme
vous allez prendre
tout le monde
debout
jambes écartées
en appui sur un meuble
ou une chaise
réceptive
aux expériences
réceptive
au monde
poussez
les genoux sur le côté » (p. 69).

Dans un décor sordide évoqué par une série de notations brèves, surgit une performeuse survoltée au beau milieu d’une faune marginale décrite de la même façon, à coups de phrases nominales. S’ensuit une performance trash. Cette fois, le texte progresse par contamination de diverses isotopies : du corps – malmené, charcuté ou grotesque -, de la violence, du capitalisme, de la psychanalyse et de la psychiatrie, de la prostitution, de l’exhibition et du voyeurisme, de l’érotisme, de la toxicomanie, de l’art, de la politique…

Enfin, on retrouve les techniques du cut-up et de la boucle pour esquisser le portrait d’une jeune actrice qui souhaite échapper à la superficialité de son image et préserver son intimité, mais dont le discours est miné par la facticité. Après le vous et le elle, la personne utilisée est la première. Loin d’être gratuit, ce jeu sur les pronoms permet un va-et-vient entre extériorité et intériorité, l’appréhension multifocale et polymodale d’un monde aliénant, déshumanisant : comment (sur)vivre dans un monde dominé par l’argent et la violence, y compris envers soi-même ? dans un espace et un temps saturés ? comment être dans un univers hypermédiatisé ? comment (sur)vivre au milieu des canons, y compris média-esthétiques ?

,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

View my other posts

1 comment

  1. Pingback: Libr-critique » [News] News du dimanche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *