[Création - série] Dreamdrum, Thomas Déjeammes / Claude Favre

[Création – série] Dreamdrum, Thomas Déjeammes / Claude Favre

mai 10, 2013
in Category: créations, UNE
1 1394 5

Avant même que nous ne lancions le Dossier qui lui est consacré, Claude Favre nous livre l’un de ses agencements répétitifs dont elle a le secret pour accompagner la photo grattée de Thomas Déjeammes. [Lire/voir Dreamdrum 3]

Ceux qui parlent en langue étrangère

Ceux qui mangent les arêtes

Chauffent l’eau se laver

Ceux qui connaissent l’heure de la tombée du jour

Ceux qui mangent la nécessité

Qui en parlent souriant

Ceux dont les noms sont des tombeaux

Dont les noms ne sont dits par personne

Par personne parfois

Ceux dont les noms sont des noms de loups

Renards pâles

Fils du vent

Ceux qui ont un nom pour les papiers

Un nom pour le vent

Ceux qui dansent

Ceux qui n’ont pas volé pas tué

Ceux qu’on violente

Qui ne parlent pas des morts

Car les morts sont là on ne dit pas les noms

Les morts sont là

Ceux qui aiment les toutes petites choses

Comme chacun les entend

La vie est là

 

 

 

Ceux qui ont peur des pentes

Qui n’ont le temps de rien

Ceux qui mangent sans questions

Ouvrent le réfrigérateur mangent

Ceux qui ont des titres des diplômes

Plastrons blancs ceux qui parlent

Discourent discours blanc

Ceux qui ont des phrases conques

Ceux qui séduisent se caressent

Caresse nombrils et nombreux

Ceux qui folie ordinaire

Ceux qui ont des papiers dorment

Ceux qui disent on dit

Ceux qui excluent

Ceux qui disent déchet humain

Disent pas responsables prêts à tout

Ceux qui ont peur du vent

Qui coupent la langue

Peur du vent des phrases folles

Ont peur du vent ceux qui font peur

 

 

 

Ceux qui parlent en langue libre

Qui parlent en langue et libres

Ne laissent pas de traces

Ne sont pas visibles silencieux

Ceux qui sont ceux

Que personne ne peut suivre

Ceux qui ignorent l’ouest et la droite

Que l’on perd plus qu’ils ne se perdent

La source est au sud-est de mon frère

N’ont pas d’ombre

Pas d’ombre mais ils sont presque

Et d’ailleurs

Leurs traces imprononçables

Ceux qui déroutent les ombres

Ceux qui n’ont pas d’histoire

Ceux libres de guerre

Ceux qui ont des chants contre la terreur

Qu’on poursuit qui poursuivent

Sans chemin ombres légères

Qui marchent sans étoiles marchent

Marchent ils sont ceux qui marchent

Sous le sol marchent les absents

Ceux qui ferment les yeux

Ombres légères

Qui dansent dansent

Dansent ceux qu’on ne voit pas

 

 

 

Ceux qui ont un nom pour les papiers

Perdus pour les papiers seul un nom pour le vent

Ceux qui ne sont pas ceux qui disent

Ceux qui se taisent et sans peur

Ceux qui ne séduisent pas

N’ont pas les phrases

Ceux qui n’ont plus n’ont pas peur ni

Du silence et des ombres et des chants

N’ont rien

Que la langue dedans qui savent ne pas

Qui savent ne savent pas toujours étrangers

Ne leur donnons pas de nom

Ceux qui font danser les langues

Les langues dans le vent

Le vent soufflant leurs traces

Danse le vent

, , , , , ,
rédaction

View my other posts

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *