[Livre - news] Sandra Moussempès, Colloque des télépathes, par Fabrice Thumerel

[Livre – news] Sandra Moussempès, Colloque des télépathes, par Fabrice Thumerel

juin 7, 2018
in Category: Livres reçus, News, UNE
0 1200 12
[Livre – news] Sandra Moussempès, Colloque des télépathes, par Fabrice Thumerel

Sandra Moussempès, Colloque des télépathes & album CD Post-Gradiva, éditions de l’Attente, 2017, 96 pages + CD, 14 €, ISBN : 978-2-36242-067-2. [Écouter

Du côté éditorial…

Un fait divers de l’ère victorienne se dévoile en filigrane, autour des sœurs Fox qui communiquaient avec les esprits. En parallèle à cette ambiance gothique l’auteure convoque celle tout aussi étrange des années 69-71 à Hollywood, temple des sectes hippies, des starlettes en devenir et d’une idéologie inquiétante et joyeuse qui berça aussi son enfance. Comme une auto-fiction poétique caméra au poing, le récit alterne les époques, revient sur ces femmes, héroïnes amplifiées par des états modifiés de conscience.
L’album Post-Gradiva est la bande son du livre. Sandra Moussempès utilise les différentes textures de sa voix chantée qu’elle intègre à l’énonciation du poème en vocalisations narratives. Les atmosphères cinématographiques questionnent la notion de temporalité et les sensations de déjà-vu en provoquant une forme d’hypnose.

► On pourra rencontrer Sandra Moussempès lors de sa séance de signature ce dimanche 10 juin : Marché de la poésie à St Sulpice, stand 110-112 des éditions de l’Attente, de 15 à 17H.

Note de lecture : Du spirituel en poésie /FT/

"La nature est une maison hantée,
l’Art, une maison qui essaie de l’être
" (Emily Dickinson, citée en exergue).

"À défaut de supprimer tes pensées, capture celles qui restent
envoûtantes, mêmes placées sur une coupelle" (Colloque…, p. 16).

"Poésie : philosophie, musique partent du même axiome,
elles ne retracent pas, elles soulèvent le pot aux roses
" (p. 47).

Dans Post-Gradiva, œuvre en soi par laquelle on doit commencer, ce sont la voix et le sens qui sont suspendus : par/dans les sussurrements, chuchotements, ricanements, glissandos, vocalisations, effets sonores, boucles rythmiques… Enchantement garanti : quelle puissance hypnotique !
Post-Gradiva : celle d’après la mort du père, qui voulait qu’elle soit "la Gradiva du Château des Carpates" (54)… Gradiva posthume : la fille s’essentialise, se spitualise, éthérise sa voix pour communiquer avec le fantôme du père : "Je suis là pour voir si tu es là dans les cieux" (53)… De la poésie comme spectrographie.

Ce n’est pas un hasard si le point de départ de Sandra Moussempès se situe en un XIXe siècle auquel feront écho d’autres époques vertigineuses : l’intéressent le symbolisme ambiant, « la dimension psychanalytique de l’époque (syndrome de l’hystérie, de la conscientisation des symboles ou "retour du refoulé") », l’"esthétisme cryptique light" qui "permettait de redéfinir la notion d’une transe poétique" (35-36)… Pour l’auteure, le poète se fait spirite : contre les "subconscients plastifiés" (27), son esprit cherche "l’aura de l’ailleurs" (27), à "ouvrir des portes qui donnent sur d’autres portes" (23), à donner "sur une rue surnaturelle" (83)… Il doit viser la mise en crise des signes/signaux sociaux pour favoriser la mise en scène/voix des fantasmes et fantasmagories. D’où la prédilection affichée pour les atmosphères oniriques du cinéma.

, , , , , ,
Fabrice Thumerel

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *