[Manières de critiquer] Poésie et critique (3), par Emmanuel Ponsart

[Manières de critiquer] Poésie et critique (3), par Emmanuel Ponsart

mai 30, 2008
in Category: manières de critiquer, UNE
0 7903 4

  Pour une présentation de CCP par Emmanuel Ponsart (voir aussi l‘interview de Tanger)

La revue Cahier Critique de poésie a été créée en 2000 à partir d’un double constat :

• d’une part, la singularité, la vivacité, le foisonnement, la multiplicité des démarches liées à la poésie contemporaine, la richesse de la création en poésie, la curiosité qu’elle déploie notamment en direction des autres disciplines artistiques, la recherche qu’elle mène avec les nouveaux supports, le volume impressionnant de sa production, l’inventivité que ses acteurs développent pour la faire circuler et vivre ;

• d’autre part, le peu de cas qui en est fait par les pouvoirs publics [1]En accueillant et, avec d’autres partenaires bien entendu, en soutenant financièrement le cipM, la ville de Marseille fait figure d’exception notable : non seulement elle permet d’organiser des manifestations et expositions diverses, comme des ateliers d’écriture et de lecture, mais encore elle met à disposition des lecteurs une bibliothèque de plus de trente mille documents et développe un site internet consacré à la poésie., sa désaffection de la plupart des "grandes" maisons d’édition, le peu de cas qui en est fait dans les médias, l’impossibilité, aujourd’hui, pour un jeune lecteur, de s’orienter dans un rayon de librairie ou de bibliothèque (lorsqu’il existe), qui ne lui offre souvent que des dos sur lesquels sont inscrits un nom d’auteur, une maison d’édition et un titre, l’absence – pour la majorité de sa production – d’un retour critique, l’absence pour ses lecteurs d’une information qui puisse donner envie de lire, qui puisse répondre à une curiosité légitime, l’absence, de plus en plus marquée dans la presse, les radios (à l’exception notable de France Culture) et les chaînes de télévision d’une simple information sur l’existence de cette production si riche.

Ce double constat nous a conduits à réfléchir sur l’opportunité qui nous était offerte de rendre visible cette production souvent cachée, souterraine, underground pour une part, d’offrir régulièrement un panorama critique permettant tout d’abord de rendre compte de son foisonnement.

Le recensement de cette production nous a été facilité par la politique d’acquisition de notre bibliothèque spécialisée qui s’efforce d’enrichir progressivement son fonds de poésie, qu’il s’agisse de livres, de revues, de CD ou de DVD. A pris ainsi corps l’idée d’une revue semestrielle à seule vocation critique (aucun poème n’y est édité), permettant de retrouver facilement l’ensemble de la production du semestre précédent. Le problème crucial était bien évidemment de réunir les critiques capables de rendre compte d’ouvrages parfois difficiles. Très rapidement, nous avons pris conscience que la seule solution valable à long terme était de suivre le jugement de Charles Baudelaire, qui fut inscrit en quatrième de couverture du premier numéro : "Je considère le poète comme le meilleur de tous les critiques".

L’architecture de la revue a été rapidement mise en place :

[+] ouverture sur un dossier consacré à un poète important ayant publié au cours du semestre, dossier généralement composé d’un entretien, de plusieurs articles critiques abordant l’ensemble de l’œuvre, de documents iconographiques et d’une bibliographie la plus complète possible ;

[+] une section "Livres", où sont recensés environ deux cents livres par numéro, certains pouvant même faire l’objet de plusieurs notes critiques en vue de varier les angles d’approche ;

[+] une section "Revues", dont l’article plus important porte sur l’ensemble du travail éditorial, les autres articles ne traitant que du ou des numéros parus durant la période ;

[+] une section sur les collections, les anthologies, les ouvrages collectifs, les livres pour la jeunesse, les CD et les DVD ;

[+] une section regroupant un certain nombre de chroniques sur les concerts, les expositions, les festivals, les ventes aux enchères, la poésie numérique, les sites internet, les libraires ;

[+] une section, dirigée par Claude Royet-Journoud, qui traite de quelques livres – le plus souvent épuisés – hors actualité ;

[+] une liste "Vient de paraître", qui rassemble les titres n’ayant pu être critiqués, pour une raison ou pour une autre ;

[+] enfin, trois index permettant de retrouver rapidement les auteurs et les revues recensés ainsi que les collaborateurs ayant contribué au numéro.

Un comité de rédaction fut mis en place, chargé de repérer les ouvrages que nous aurions pu oublier dans notre liste, de choisir collectivement l’auteur du dossier, d’indiquer les priorités dans les choix. En plus des deux directeurs de la publication (Eric Giraud et Emmanuel Ponsart), ce comité de rédaction comprend le président de l’association cipM (Jean Daive) et quelques "vigies-conseil" ayant chacun son propre réseau, ses propres préférences de lecture (Jean-Marc Baillieu, Jean-François Bory et Marie-Laure Picot).

Après un premier numéro expérimental où trente-cinq collaborateurs ont écrit, chaque livraison accueille en moyenne quatre-vingts critiques. La revue ne voulant pas développer ou défendre un modèle critique théorique, nous avons l’assurance, par cette multiplicité d’intervenants critiques (trois centaines environ en huit ans), d’une pluralité d’angles d’attaque, de positionnements, de tons, d’approches. De la simple note de lecture à l’étude approfondie, de la recension informative au texte critique de création, tous les genres sont représentés dans CCP. Chaque numéro, de deux cent cinquante à trois cents pages, offre des notes ou études critiques sur plus de deux cents livres, auxquels s’ajoute un nombre équivalent dans la rubrique de simple recension "Vient de paraître".

Ses dossiers ont été consacrés à Franck Venaille, Pierre Guyotat, Louis-René des Forêts, Emmanuel Hocquard, Roger Lewinter, Anne-Marie Albiach, Matthieu Messagier, Jean-François Bory, Jacques Roubaud, Guy Debord, Pascal Quignard, Dominique Fourcade, Christian Gabriel / le Guez Ricord, Claude Esteban, Jean Daive et, en avril dernier, à Roger Giroux & Maurice Roche – liste d’auteurs qui correspond à de nombreux éditeurs : Al dante, Bourgois, Farrago, Flammarion, Inventaire/Invention, Ivrea, Gallimard, Mercure de France, Nous, Obsidiane, P.O.L, Seuil,  Le Temps qu’il fait…

Ainsi, au fil des livraisons, se compose un panorama des poètes contemporains les plus importants – parmi les quelque quinze cents recensés. Et peu à peu nous tenons le pari que nous nous étions fixé : d’une part, montrer l’ampleur et la richesse de la production poétique ; d’autre part, donner des éléments critiques d’appréciation dans ce foisonnement. Bénéficiant d’une bonne distribution, CCP doit encore améliorer son implantation dans les bibliothèques – auxquelles, du reste, elle fournit un nombre important de données bibliographiques.

Reste à inviter toute personne curieuse de poésie à tenter l’aventure… (il lui en coûtera le prix modique de 15 € par numéro et de 25 pour un abonnement annuel de deux numéros).

CCP-Cahier Critique de Poésie

coédition cipM / Farrago (diffusion/distribution CDE SODIS)

250 à 300 pages, format 21 x 17 cm, 15 € le numéro, 25 les deux annuels

commandes et abonnements : http://www.cipmarseille.com

, , , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *