[News] 22e salon de la Revue

[News] 22e salon de la Revue

octobre 10, 2012
in Category: Livres reçus, News, UNE
0 1711 2

12-14 octobre à Paris (Espace des Blancs-Manteaux, 48 rue Vieille-du-Temple 75004), 22e Salon de la Revue. A cette occasion paraît le 22e et dernier numéro de la revue Fusées ainsi que le n° 48 de la Revue des revues, avec notamment un Hommage à l’ex-doyenne revue de poésie, Action poétique. Dès demain soir, deux rendez-vous à ne pas manquer : avec Europe, qui fête son 1000e numéro, et Ce qui secret.

Comme chaque année seront présentes des revues aussi nombreuses que variées, parmi lesquelles A Verse, Algérie Littérature/Action, Les Cahiers Bataille, CCP, DOC(K)S, Faire part, La Faute à Rousseau, Grumeaux, Gruppen, Il particolare, Nécessaire, Nu(e), Nunc, RoToR, Rouge déclic, Ubu, Vacarme… Voir le programme complet des manifestations et des exposants : ici.

Parmi les rencontres, on s’arrêtera tout particulièrement sur celle avec la revue Fusées, dirigée par le peintre Mathias Pérez (salle Vargaftig, samedi 13 octobre, 18H30-20H) : après 22 numéros, cette revue de luxe tire sa révérence, pour, sans doute, faire place à une autre forme de publication.

Dans le 22e et dernier numéro paru juste avant ce 22e Salon, livraison qui propose un lumineux hymne au sensible signé Christophe Manon, ainsi que d’intéressants dossiers sur Patrick Beurard-Valdoye, Mathias Pérez ou encore le peintre Abesh Bivore Mitra, "radieux détraqueur" selon Emmanuel Tugny, Claude Minière présente la spécificité d’une revue comme Fusées dans un champ où, pour être devenue "générale" et avoir oublié "le sens de la cérémonie", la littérature n’est plus qu’allitérature : "Se soucie-t-on encore de savoir se fait une revue, quelle est son adresse ? Sous quel ciel, par quels corps ? Le lieu est un atelier vers lequel convergent, de manière éphémère, des "travaux" sortis d’autres ateliers, des documents, des poèmes en recherche de leur poésie. Le terme même de "revue" n’est qu’à moitié justifié : pour une part, les Fusées proposent des vues de première main, sans calcul quant à l’assurance du "rentable" de la publication. C’est ce qui fait l’aventure, l’ouverture d’un secteur, l’éclairage inattendu et festif du paysage. […]. Fusées projette une vive et sèche lumière sur des écrivains et des peintres dans leurs ateliers. Voulez-vous voir ou préférez-vous être pris dans l’étourdissement de l’allitérature ?"

Extrait de l’article de Fabrice Thumerel, paru dans le dossier de La Revue des revues : "Action Poétique (1950-2012) : six décennies d’action poétique-politique"

Action Poétique, c’est plus de 350 auteurs et traducteurs publiés, et 210 numéros – le dernier étant une quadruple livraison (n° 207-210), et certains comportant un numéro bis.

Parmi les quelque 250 auteurs de "textes", la liste de ceux qui figurent au moins dans vingt-cinq numéros révèle une grande disparité dans la dotation de capital symbolique et une grande variété de pratiques poétiques (écritures lyriques, "blanches", diversement formelles…) : Adelen (C.), Agostini (N.), Balpe (J.-P.), Bobillot (J.-P.), Boudier (Y.), Buisset (D.), Cany (B.), Deluy (H.), Depaule (J.-C.), Dobzynski (Ch.), Etienne (M.), Giraudon (L.), Guglielmi (J.), Jouanard (G.), Lance (A.), Lartigue (P.), Marchand-Kiss (C.), Minière (C.), Plon (M.), Ray (L.), Regnaut (M.), Rossi (P. L.), Roubaud (J.), Roudinesco (E.), Todrani (J.), Vargaftig(B.), Vassiliou (V.), Viton (J.-J.), Wyckham (S. J.).

Parmi les revues exclusivement – ou presque – consacrées à la poésie, Action Poétique était la plus ancienne et la plus diffusée (deux milliers d’exemplaires environ, en France et à l’étranger). Comment expliquer ce relatif succès ? Par sa position centrale essentiellement, acquise et préservée par une suite de positionnements stratégiques : se réclamant d’emblée d’un néo-surréalisme révolutionnaire et prenant pour modèle Les Cahiers du Sud (1914-1966), elle est en phase avec un milieu littéraire et poétique dans lequel le surréalisme est encore influent et où s’impose la notion d’ "engagement" ; elle accompagne ensuite les dernières avant-gardes historiques – tout en prenant ses distances par rapport à Tel Quel et au concept même d’ "avant-garde" – et les nouvelles écritures poétiques de ces trente dernières années.

, , , , , , , , , , , , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *