[News] A quoi bon la poésie ? A quoi bon encore des poètes ?

[News] A quoi bon la poésie ? A quoi bon encore des poètes ?

octobre 6, 2012
in Category: News, UNE
1 1912 8

À la suite des essais de Christian Prigent (1996) et de Jean-Claude Pinson (1999), tout en renvoyant à l’"Excitation" récente de Sitaudis et à mon étude sur la crise-de-la-poésie, vu la situation institutionnelle faite à la poésie en cet automne 2012 (tentative de suppression de la commission de poésie au CNL, coupe drastique dans les subventions à la manifestation "Le Printemps des poètes"), on peut poser à nouveau la double question : à quoi bon encore des poètes ? à quoi bon la poésie aujourd’hui ? Et relayer cet appel, en espérant qu’un maximum de Libr-lecteurs le relaieront. /FT/

Le CNL a failli supprimer sa commission poésie, ce fut évité de justesse grâce à la mobilisation de nombreux poètes ! L’Union des écrivains, dont nous sommes, va bientôt se dissoudre. Tels sont, parmi d’autres, les déclencheurs qui nous incitent à agir.
Depuis une trentaine d’années des médiateurs et éditeurs, souvent poètes eux-mêmes, ont réalisé un véritable travail de promotion de la poésie, mais cela suffit-il ? Non. La poésie reste mise à l’écart, en raison de sa singularité.
Il nous semble nécessaire de tirer la sonnette d’alarme et de faire appel à tous les poètes pour qu’ils se rassemblent.

Paul de Brancion, Brigitte Gyr, Mathias Lair

Le Printemps des Poètes est dans une situation critique : après 10 années de réductions constantes des moyens alloués à l’association, le ministère de l’éducation nationale nous a annoncé au cours de l’été la coupe imprévue de 40% de la subvention 2012. (60.000 € de moins).
Cela entraîne un défaut de trésorerie tel qu’il implique la disparition à brève échéance de la structure, et consécutivement de la manifestation.
Le ministère de la culture, qui maintient son soutien, ne peut compenser ce retrait ; la seule solution est pour nous de récupérer auprès du ministère de l’Education nationale la somme qui manque avant la fin 2012.
Vous pouvez nous aider en écrivant personnellement au Ministre de l’Education nationale, pour lui dire votre attachement au Printemps des Poètes et témoigner de l’importance de son action auprès des acteurs éducatifs et culturels.
Ce peut être une lettre brève, mais vous comprendrez que plus le ministre recevra rapidement de nombreux courriers l’alertant sur la gravité de la situation et l’inquiétude qu’elle suscite, plus nous aurons de chances d’obtenir gain de cause.

Adressez votre courrier à : Monsieur Vincent Peillon
Ministre de l’Education nationale
110 rue de Grenelle
75357 Paris SP 07

, , , , , , , , , ,
rédaction

View my other posts

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *