[News] News du dimanche

[News] News du dimanche

septembre 22, 2019
in Category: Livres reçus, News, UNE
0 1074 47
[News] News du dimanche

Encore une quinzaine des plus riches vous attend : l’agenda automnal de Valère NOVARINA ; RV avec Tinbad, la Maison de la poésie Paris, le festival MidiMinuitPoésie #19, le 29e Salon de la revue…

Agenda de Valère Novarina

Du 20 septembre au 13 octobre 2019, RV avec Valère NOVARINA, L’Animal imaginaire – qui vient de paraître chez P.O.L (240 pages, 16 €) – au Théâtre de la Colline : il est encore temps de réserver.

Pour l’écrivain de la déprise plutôt que de la maîtrise, en un temps où nos irresponsables optent pour « un radical changement des choses à l’identique » (p. 37), nous les « posthuminiens » n’avons comme but dans la vie que celui de « mourir par les chiffres » (14)…
Dans cette pièce parfaitement rythmée qui se termine sur la prière de l’Ouvrier du drame « pour tous les hommes ayant oublié d’exister », nous retrouvons la materia prima du poète : ses peuples, son point de vue anal-pas-banal – y compris sur la mort –, ses discours, danses et chansons carnavalesques…

Lundi 23 septembre à 19h30 au mk2 Quai de Loire, dialogue et projection avec Valère Novarina et Wajdi Mouawad.

Valère Novarina est à la langue ce que la mécanique quantique est à la science. Sa manière de creuser les mots, dérouter les phrases, libérer la pensée, crée une musicalité qui ouvre les sens et d’où surgissent des perspectives inattendues.
Wajdi Mouawad, auteur et metteur en scène, invitera son alter ego à dialoguer autour des mots, de leur oralité, leur présence dans l’espace par le corps et le souffle des acteurs.
Le documentaire sur l’œuvre en mouvement de Valère Novarina Ce dont on ne peut parler, c’est cela qu’il faut dire sera également diffusé, en présence du réalisateur Raphaël O’Byrne.

Infos pratiques
durée du film 1h
11,70 € la place, réservation mk2.fr
7.90 € pour les adhérents de La Colline, les étudiants et les demandeurs d’emploi
6,90 € pour les moins de 18 ans

Samedi 5 octobre 2019 de 11h à 16h30 – Grand Théâtre : La République des traducteurs 2. Atelier de la pensée autour des traducteurs de Valère Novarina

Événement organisé sous la direction de Marco Baschera, professeur émérite de littérature générale et comparée et de littérature française à l’Université de Zurich, Constantin Bobas, professeur en études néo-helléniques et études interculturelles à l’Université de Lille, directeur du Centre d’Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères.

Conférence inaugurale et commentaires : Frédéric Boyer, auteur et directeur des Éditions P.O.L.

Dans un espace de théâtre, les modérateurs soumettent aux traductrices et aux traducteurs trois courts extraits de textes (récents et anciens) de Valère Novarina. Leurs traductions s’affichent en direct sur un écran géant, placé sur la scène du théâtre de La Colline, autour du texte original. Puisque leurs échanges sont captés par des micros et diffusés dans la salle du théâtre, les traducteurs sont à même de tisser et dévoiler de vive voix « un foyer de reconnaissance et de découverte » vivant par les langues qui le sédimentent et l’inspirent.

Tout en travaillant, ils discutent ensemble des problèmes que suscitent les textes et soulèvent des questionnements profonds sur ce qu’est le langage humain.

Pour franchir le seuil de ce foyer, nul besoin d’être polyglotte ou de manifester une expérience particulière dans le domaine des langues : la production des huit traducteurs et des modérateurs qui les accompagnent de leurs commentaires et questionnements favorisent la participation du public. Le travail se développe « entre ouverts ». Il a lieu en direct, vers le dehors, car il est mouvant et tourné vers le public.

La République des traducteurs se propose de créer des contacts privilégiés entre les langues et les cultures à la recherche d’un lieu de rencontre avec l’altérité et le vivre ensemble. Elle tente d’expérimenter de nouvelles formes concrètes de la mondialisation en visant également une dimension politique afin de penser la relation réciproque entre le commun et le singulier. Car elle met l’accent sur les différences dans l’approche des langues à des phénomènes apparemment analogues. Et c’est à travers la traduction, cette « épreuve de l’étranger », que se manifestera un une résonance universelle d’ordre linguistique et non pas une équivalence conceptuelle.

en présence de Valère Novarina et des traducteurs :
Georgine Ayoub – arabe
Gioia Costa – italien
Amin Erfani – anglais
Yuriko Inoue – japonais
Natalia Mavlevitch – russe
Louisa Mitsakou – grec
Zsofia Rideg – hongrois
Leopold Von Verschuer – allemand

ainsi que d’autres traducteurs invités…

entrée libre sur réservation au 01 44 62 52 52 ou billetterie@colline.fr Grand théâtre

Libr-événements

► Le numéro #22 de Muscle vient de paraître, avec notamment : des poèmes de Santiago Papasquiaro traduits par Rafael Garido (Santiago Papasquiaro est un auteur culte dans le monde hispanophone. Dans Les détectives sauvages de Roberto Bolaño, le personnage d’Ulises Lima s’inspire de Papasquiaro, co-fondateur (avec Bolaño) du groupe infraréaliste au Mexique. Ses poèmes sont inédits en France) ; et des poèmes de Bingjie Luan, jeune artiste et poète chinoise à l’écriture précise, directe et inclassable.

Une grande soirée de lecture MUSCLE est organisée le vendredi 4 octobre, à la librairie L’hydre aux mille têtes, à Marseille.

Simon Allonneau et Laura Vazquez ont créé le groupe TSUKU ; leur deuxième clip vient de sortir, intitulé « Nulle part ».

Vendredi 27 septembre 2019, 18H30 à L’Autre Livre (13, rue de l’École Polytechnique 75005 Paris) : Soirée à l’occasion de la parution des Cahiers Tinbad n° 8.

Soirées à la Maison de la poésie de Paris :

Mardi 8 octobre à 19H30, Librairie Le Merle moqueur, à l’occasion de la parution de l’extraordinaire Profession de foi signée Jacques CAUDA :

MidiMinuitPoésie #19, du 9 au 12 octobre à Nantes (poésies / musiques / arts visuels) : Le Lieu Unique (2, Quai Ferdinand Favre à Nantes).

Toute la programmation du Festival sur WWW.MIDIMINUITPOESIE.COM

« Sommes-nous prêts à la tempête et aux déluges des mots, à traverser l’érosion grêleuse de notre époque dans la confluence d’un prisme et d’un spectre verbal diluvien qui détournent, brisent ou reformulent nos vocabulaires ?» *

Pour cette 19e édition, le festival MidiMinuitPoésie continue d’agiter la ville et le verbe. Cet évènement invite pour quatre jours une trentaine d’auteurs et artistes nantais, français et étrangers pour faire découvrir la vitalité de la création poétique actuelle. Privilégiant la lecture à voix haute comme mode de contact avec l’émotion poétique, MidiMinuitPoésie propose des lectures, lectures-concerts, performances et entretien avec les invités.
Cette année, le festival tisse des liens entre la poésie et les arts sonores et expérimente différentes approches avec la nourriture.
De nombreuses commandes de textes sont passées aux auteurs pour singulariser les lectures proposées lors du festival : des textes inédits d’Erell Latimier et Eric Pessan – deux auteurs nantais – autour de l’imaginaire de l’espace ; une création de Véronique Pittolo autour de l’exposition « Saveurs d’artistes, dans la cuisine des peintres » du Musée d’arts ; et une thématique d’actualité soumise à trois auteurs – Olivia Rosenthal, Pascale Petit et Emmanuel Adely – sur laquelle ils sont invités à s’exprimer personnellement et littérairement.
Pour toucher le grand public, le festival investit aussi la ville avec une installation plastique et littéraire monumentale du street artist indien Daku.
Enfin, le temps fort de douze heures de programmation se reconduit, investissant l’étage du lieu unique – scène nationale de Nantes, samedi 12 octobre.

* Philippe Boisnard, extrait de la préface de UV, de Magali Daniaux et Cédric Pigot (Supernova, 2015).

Du vendredi 11 au dimanche 13 octobre, 29e Salon de la revue : découvrez le programme complet.
En ouverture d’un Salon qui promet, venez faire la JAVA avec nous le vendredi 11 à 20H30, salle Antoine Emaz : débat animé par Fabrice Thumerel ; à l’honneur : Vannina Maestri et Jean-Michel Espitallier, fondateurs de la revue avec Jacques Sivan ; lectures de Anne Kawala et de Nicolas Richard.

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *